mis à jour le

Maliens et élections : Quand la ploutocratie phagocyte la démocratie

En 1991, le peuple souverain du Mali s’est battu contre le régime dictatorial du général Moussa Traoré, pour l’instauration de la démocratie dans notre pays, pour plus de liberté et de droits individuels. Ce soulèvement populaire, au prix de sacrifices ultimes,  a conduit au renversement de Moussa Traoré et l’accession au pouvoir, le 8 juin 1992,  d’un président démocratiquement  élu. Cette démocratie, qui consiste en la prise du pouvoir à travers les élections, est devenue  une véritable ploutocratie. Lors des élections, les partis les plus nantis raflent la part du lion pour laisser les « miettes » à ceux- là qui sont moins nantis. De telle sorte que la démocratie a disparu ou a été tout simplement phagocytée par la ploutocratie.

Les élections dans notre pays sont devenues, au fil du temps, de véritables scènes de distribution d’argent. Désormais, les maliens ne votent plus pour un projet de société crédible et réaliste, encore moins pour les caractères d’un candidat. La capacité de mobilisation  d’un candidat ou d’un parti politique réside dans ses capacités dispendieuses de sommes d’argent. A telle enseigne que le slogan pour les votes est : » Pas d’argent, pas d’électeurs ». Ainsi, plus les capacités financières d’un parti ou d’un candidat sont  grandes, plus il a beaucoup d’électeurs.

Toutes choses qui dénotent qu’au Mali, les militants convaincus d’un parti  politique  sont très infimes. Les  maliens sont devenus des prédateurs qui, à la veille de chaque élection, virent  dans le camp de celui qui leur aura donné beaucoup d’argent ou autres biens (thé, tee- shirt, marmites, chaises, ustensiles et autres).Sans se soucier de leur avenir, du devenir de leur pays,  les maliens sont devenus des marchandises  électorales, prêts à se vendre au plus offrant.

Actuellement, il est difficile de parler de démocratie dans notre pays car, le pouvoir de l’argent a pris  le dessus sur les convictions réelles. Les votes ne sont plus conditionnés à la personnalité d’un candidat, à son projet de société, mais plutôt à sa capacité  de distribution financière lors des campagnes électorales.

Cette situation a des conséquences fâcheuse, car, ce sont toujours les partis ou candidats  nantis  qui raflent tout lors des élections (présidentielle, législative et municipale) au détriment de ceux qui ont la capacité financière très limitée et cela, quelque soit leur personnalité ou la qualité de leurs projets de société.

Aujourd’hui, les maliens, dans toutes les composantes,  doivent prendre conscience, changer de mentalité, prendre leur destin en main, en refusant d’être des cobayes électoraux. Ils  ne doivent plus songer au thé, au tee- shirt, aux petits billets de 1000F lors des élections, mais plutôt à leur avenir, à celui du Mali en votant pour un candidat qui est capable de développer leur pays et de leur offrir un avenir meilleur.

C’est à cette seule condition que nous parviendrons à l’alternance et partant la promotion et la consolidation de la démocratie dans notre pays.

Cette démocratie, il faut le déplore, est fortement grippée avec l’achat des consciences et autres pratiques frauduleuses lors des élections.

Il appartient donc à tous les maliens d’aller vers un changement de comportement afin de redresser notre démocratie pour le développement harmonieux de notre pays.

MD

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

élections

AFP

Angola: l'Unita siègera au Parlement même si elle conteste les élections

Angola: l'Unita siègera au Parlement même si elle conteste les élections

AFP

Élections au Kenya: la transparence, dommage collatéral de l'électronique?

Élections au Kenya: la transparence, dommage collatéral de l'électronique?

AFP

Angola: la victoire du MPLA au pouvoir aux élections générales confirmée

Angola: la victoire du MPLA au pouvoir aux élections générales confirmée

démocratie

AFP

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

Présidentielle kényane annulée: la presse salue la "maturation" de la démocratie

AFP

Tunisie: un parti islamiste radical appelle

Tunisie: un parti islamiste radical appelle

Politique

Kabila, un "obstacle" à la démocratie pour l'opposition

Kabila, un "obstacle" à la démocratie pour l'opposition