mis à jour le

Le ministre demande «plus de temps»

Le ministre de l'Education a signifié une fin de non-recevoir aux syndicats autonomes de l'éducation, revendiquant une réouverture du dossier de la révision du statut régissant la corporation. Dans son intervention, lors de la journée d'étude dédiée à l'évaluation de l'étape obligatoire de l'enseignement, M. Baba Ahmed estime que les enseignants ont vu la plupart de leurs revendications satisfaites. Une satisfaction qui s'est concrétisée à travers la hausse du salaire et la révision du régime indemnitaire qui ont induit des dépenses au Trésor public de l'ordre de 400 et 300 milliards de dinars. «Le salaire de l'enseignant a été triplé en l'espace de 10 ans», a relevé le ministre qui a dénoncé le recours à des grèves en période des examens. Le ministre a, en marge de cette rencontre, signifié que «rien ne justifierait la réouverture du statut particulier régissant la corporation», et de rappeler que «le statut a été adopté en mai 2012 par décret 240/12 et publié en septembre 2012». Le ministre a rappelé que les catégories qui sont montées au créneau, à savoir les chefs d'établissement et les proviseurs, devraient considérer les avantages qui leur sont accordés, tels que le logement de fonction et le véhicule de service. «Nous sommes en train d'appliquer ce statut depuis six mois. Donnez-moi des justificatifs qui pourraient motiver une autre ouverture du dossier. Nous n'avons pas encore épuisé tout le contenu de ce statut», a déclaré le ministre qui demande «plus de temps» pour examiner les revendications des syndicats qui estiment que le statut serait plus avantageux pour les enseignants que pour le corps de l'administration. Concernant la prime des zones du Sud et des Hauts-Plateaux, dont la révision est revendiquée par les syndicats, le ministre de l'Education a annoncé que le Premier ministre serait sur le point de l'annoncer, puisqu'elle est du ressort de la direction de la Fonction publique. Unpef : grève nationale cyclique de trois jours à partir de ce lundi Des arguments qui ne sont pas assez convaincants pour des syndicats autonomes. L'Unpef a annoncé hier une grève nationale cyclique de trois jours et le boycott des examens de fin d'année. «Le syndicat a décidé de trois jours de grève par semaine, chaque lundi», a annoncé M. Amraoui, secrétaire national chargé de la communication à l'Unpef. L'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation estime «peu convaincant» les propos du ministre «qui a bloqué toutes les portes du dialogue et n'a laissé aucun choix aux syndicats  autonome». Concernant la révision de la prime du Sud et sa comptabilisation en fonction du salaire de base actuel, le syndicat estime qu'aucun texte n'a été publié pour le moment. «Les propos tenus par le ministre quant à la prochaine révision de ce montant ne sont que pour apaiser la colère des travailleurs qui attendent des décisions concrètes», selon le même syndicaliste.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

ministre

AFP

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

AFP

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

Guinée-Bissau: l'ONU exhorte le président

AFP

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Somalie: un haut responsable limogé après la mort d'un ministre