mis à jour le

BMCI affiche des ratios de solvabilité solides

 

Malgré un environnement difficile, «le Groupe BMCI a réalisé des résultats particulièrement solides», a d'emblée souligné M. Jacques Ardant, Président du Directoire de la banque. Et dans cet environnement difficile, le Groupe BMCI continue à réaliser d'importants investissements qui touchent en gros trois volets importants, a expliqué le Président du Directoire. D'abord, au niveau des ressources humaines, la banque a recruté quelques 1 000 collaborateurs depuis 2010 et a offert plus de 110 000 heures de formations à ses salariés. Ensuite, ces investissements ont concerné les nouvelles technologies avec la modernisation de la plateforme informatique en cours de réalisation et le développement de la plateforme de la banque multicanal qui s'enrichira bientôt avec le lancement du m-banking. Enfin, ces investissements ont surtout concerné l'extension du réseau avec l'ouverture d'une trentaine de nouvelles agences en 2012.

En termes de réalisations, globalement, tous les indicateurs sont au beau fixe. Au niveau commercial, comme l'a expliqué M. Rachid Marrakchi, Directeur Général de la BMCI, les dépôts de la clientèle ont continué à croître dans un environnement marqué par l'assèchement des liquidités. Ainsi, l'encours moyen des dépôts clientèle de la banque a augmenté de 6,3 % à 42,5 milliards de dirhams. Les ressources non rémunérées ont progressé de 3,8 % à 24,3 milliards de dirhams, représentant 57 % des dépôts de la banque. Grâce à la prépondérance des dépôts non rémunérées, le coût de refinancement de la banque se situe aux environs de 2 %.

Parallèlement, la banque poursuit sa politique de financement de l'économie nationale avec un encours moyen en hausse de 4,7 % à 50,2 milliards de dirhams, tiré par les crédits de trésorerie et à la consommation qui ont évolué de 7,4 %.

Un coût du risque de 460  MDH

Par ailleurs, grâce à sa dynamique commerciale, la banque a recruté de nouveaux clients pour porter son portefeuille à 500 000 particuliers et 6 100 entreprises.

Ces performances commerciales conjuguées au renforcement des synergies entre les métiers et filiales du groupe ont impacté le produit net bancaire (Pnb) consolidé qui a progressé de 3,2 % à 3,3 milliards de dirhams (+6 % hors éléments exceptionnels). La croissance du Pnb est tirée par la marge d'intérêts en hausse de 6,8 % à 2,6 milliards de dirhams et la marge sur commissions en progression de 9,4 % à 424 MDH qui ont largement compensé les reculs enregistrés au niveau des opérations de marché. Les frais de gestion ont augmenté de 9 % à 1,4 milliard de dirhams sous l'effet notamment des importants investissements réalisés par la banque et visant particulièrement à étendre le réseau avec l'ouverture d'une trentaine de points de vente et le recrutement de 307 nouvelles recrues. Du coût, le coefficient d'exploitation s'établit à 44,5 % pour le Groupe et reste parmi les meilleurs de la place. Le résultat brut d'exploitation consolidé a reculé de 1 % à 1,8 milliard de dirhams à cause de la hausse significative des charges.

Par ailleurs, le coût du risque consolidé a fortement augmenté de 41,5 % à 460 MDH. Outre la dotation d'une provision de 350 MDH aux risques avérés, le Groupe a affecté une provision de 111 MDH à des risques non avérés par mesure de prudence. Grâce à ces dotations, le taux de couverture des créances en souffrance du groupe ressort à 68 %.

Lancement du m-banking

In fine, le résultat net consolidé du Groupe BMCI s'amoindrit de 1,4 % à 812,4 MDH. Toutefois, grâce à une distribution modérée de dividende et à l'impact de l'émission d'un emprunt subordonné de 750 MDH, les capitaux propres consolidés sont en hausse de 6 % à 8,3 milliards de dirhams. Ce renforcement des fonds propres permet au Groupe BMCI d'afficher un ratio de solvabilité consolidé d'environ 13 % dont un tier 1 de 12 %, très largement supérieur aux normes exigées par  Bank Al-Maghrib.

Du côté des perspectives, la banque compte poursuivre et accélérer la cadence de ses investissements dans les années à venir. L'accent sera mis sur la distribution multicanal : réseau d'agences, guichets automatiques bancaires, Internet, centre de relation-client et enfin, le e-banking et le m-banking. Rien qu'au niveau du réseau, la banque table sur une augmentation du nombre de ses agences de 25 % à l'horizon 2014 par rapport à 2012, ce qui offre plus de proximité avec la clientèle.

Du côté du m-banking, les premières applications du m-banking seront disponibles dès cette année et la BMCI compte travailler, dans la mesure du possible, avec tous les opérateurs télécoms de la place, a expliqué M. François Guillon, Directeur chargé des Particuliers et Professionnels de la BMCI, qui ajoute que «grâce à ces investissements, la BMCI va offrir un service personnalisé à chaque client via une offre multicanal complète».

Enfin, un dividende de 30 dirhams par action est proposé aux actionnaires. Il est en hausse de 20 % par rapport à celui de l'année précédente. Il correspond à un taux de distribution de 53 % qui permet de rémunérer les actionnaires tout en renforçant l'assise financière de la banque.

Moussa Diop

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables”