mis à jour le

Trois questions à Djibril Ndiaye, Président du parti GRAP «Idy n’a jamais digéré que Macky dirige le pays, à sa place»



Aux dernières nouvelles, le Président de la Commission de la CEDEAO aurait écrit à l'Onu pour faire appliquer la décision de la haute Cour, relative à la liberté de circulation des cadres du Pds impliqués dans l'affaire des biens présumés mal acquis. Votre sentiment sur la démarche ?

Elle est logique. Notre pays court des sanctions qu'il aurait pu s'éviter. Il faut être cohérent avec soi-même. Soit, nous appartenons à la CEDEAO et devons prendre acte de ses décisions supra nationales, soit, nous n'y sommes pas. Il ne peut y avoir deux poids, deux mesures. C'est une situation que j'ai eu à dénoncer récemment, et je persiste à croire que nous devons répondre aux injonctions de la CEDEAO. Le Sénégal aurait tort de faire autrement.
L'autre actualité, c'est encore la guéguerre Idy-Macky, jusqu'à déteindre sur des ministres, comme Pape Diouf et Oumar Guèye. Idy, a-t-il raison de tirer à boulets rouges sur un partenaire de Benno Bokk Yakkar dont il est membre ?
La logique d'Idy est claire. Ce sont les sénégalais qui ne font pas beaucoup attention à sa démarche. En réalité, le maire de Thiès n'a jamais digéré que Macky remporte l'élection présidentielle et devienne président à sa place, lui qui en a tant rêvé. En plus, comme il sait que la scène politique a été désertée par tous les grands partis, pour aller collaborer, désormais, avec le Président Macky Sall, il cherche à combler le vide. Il ne veut être que le chef de l'opposition car, c'est plus valorisant que d'être un collabo de Macky. C'est son rêve le plus fou et il fera tout pour avoir le statut, question de prestige.
Enfin, il y a quelques jours, le professeur Iba Der Thiam a enjoint l'Etat de se prononcer clairement sur la question de la dépénalisation de l'homosexualité qui fait l'actualité. Cela en vaut-il la peine ?
Oui. C'est une question essentielle qu'on ne doit pas esquiver. Nous-mêmes (de concert avec l'imam Massamba Diop de Jamra), sommes déjà montés au créneau pour exiger des explications claires au gouvernement, après avoir appris qu'une grande messe aurait été organisée par des organisations obscures à l'Assemblée Nationale. Mais jusqu'ici, on a l'impression que l'Etat fait la politique de l'Autriche. Sa position n'est pas du tout claire, alors que, dans un pays croyant comme le Sénégal, chaque citoyen est en droit d'attendre des réponses claires des autorités. On attendra le temps nécessaire mais, on finira par savoir ce que, réellement, le gouvernement veut faire avec ce projet de loi honteux qu'on lui prête.
Propos recueillis par Cheikh BA
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président