mis à jour le

Coup de gueule : C'est quoi ça, ces télénovelas sur nos antennes !

Ce téléspectateur n'est pas du tout fier de la Télévision nationale du Burkina. Surtout pas des télénovelas qui passent en ce moment sur les antennes de la chaîne au c½ur des grands événements. Il s'en explique.

« Je voudrais m'adresser aux premiers responsables de la « chaîne toujours au c½ur des grands événements ». Monsieur le DG de la TNB, j'ai un pincement au c½ur depuis un bout de temps. Et je voudrais vous le faire savoir. Il s'agit des telénovelas communément appelés « feuilletons » que vous diffusez. Si j'ai bonne mémoire, cela fait longtemps que vous diffusez ces feuilletons dont les premiers dont je me souviens sont pêle-mêle, Marimar, Prêta Rubie, Paco, Entre justice et vengeance, Belle-mère et maintenant, Theresa.

Je veux savoir pourquoi ces genres de feuilletons qui, malheureusement nous coûtent chers sinon très chers alors qu'ils ne font pas du tout honneur à l'homme, surtout à la femme, notre s½ur, notre mère. Si je prends le cas de Theresa, le comportement de l'actrice principale est très honteux pour la femme. Elle fait la cour à presque tous les hommes. Imaginez les milliers de nos grandes s½urs, petites s½urs, tantes, cousines qui suivent ces feuilletons et qui pourraient être tentées par les mêmes comportements. Qu'elles n'aient plus froid aux yeux ou honte de quitter leur mari pour vivre momentanément avec son ami ? Ou encore qu'elles trompent leurs copines et sortent avec leurs mecs ? Est-ce, comme le dit si bien le musicien malien Samba Oussou, sommes-nous en train d'enseigner la trahison ? Pour ce qui me concerne, et vous sans doute, la chaîne nationale doit être un moyen d'éducation sur des valeurs et des vertus morales dignes. Si tel devrait être le cas, il va falloir limiter les dégâts ou du moins revoir vos copies en retirant purement et simplement ces feuilletons de vos programmes. Monsieur le DG, n'est-il pas mieux que vous voyez dans les albums des cinéastes africains pour nous acheter des séries qui vont nous faire rire et nous enseigner nos valeurs à nous ? Les exemples de séries burkinabè sont nombreux : L'as du lycée, Quand les éléphants se battent, Commissariat de Tampy, Le Testament, Affaires publiques... Certaines de ces séries sont réalisées par vos propres éléments et font ainsi honneur un peu partout, au Burkina, en Afrique et même dans le monde. Quand par exemple j'ai suivi « Congé de mariage », l'une des dernières réalisations de Boubacar Diallo qui concernait la vie des couples, j'étais heureux parce qu'il nous enseigne comment un bon père de famille doit vivre en famille et avoir de bonnes relations avec sa femme. Des pays comme le Mali, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et j'en passe, en produisent également de belles factures. Si notre pays est effectivement la capitale du cinéma africain, alors prouvez-le une fois de plus par la diffusion de séries africaines.

Heureusement que tout « l'écran », pardon le tableau n'est pas noir à la télévision. Aussi, voudrais-je vous féliciter pour les efforts que vous consentez pour valoriser notre musique et nos artistes à la télévision ». C'est tout simplement l'avis d'un téléspectateur qui aime son pays et sa télévision nationale.

Issiaka IDO

Un téléspectateur fidèle de la TNB

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

telenovelas

AFP

Côte d'Ivoire: les télénovelas conquièrent les écrans et les coeurs en Afrique

Côte d'Ivoire: les télénovelas conquièrent les écrans et les coeurs en Afrique

télénovelas

La vague des séries turques en Algérie

La vague des séries turques en Algérie

cinema

Le cinéma africain tisse ses toiles

Le cinéma africain tisse ses toiles