mis à jour le

Budget : Benkirane coupe et plonge…

 

La décision d'amputer le Budget d'investissements de l'État de 25 %, soit 15 milliards de dirhams, quasiment prise en catimini jeudi dernier, est en train de provoquer un véritable tsunami politique. En effet, alors qu'il aura fallu attendre plus de quatre jours pour connaître avec précision le détail des coupes, (voir nos articles en pages suivantes), les protestations, y compris au sein de la majorité parlementaire, s'élèvent pour fustiger la démarche adoptée par le gouvernement Benkirane, celle du simple décret, qui met en pratique le Parlement sur la touche et viole, sinon la lettre de la nouvelle Constitution, du moins son esprit…

Le Chef du Gouvernement est ainsi sommé de s'expliquer devant la représentation parlementaire alors que désormais plus personne ne peut nier l'acuité de la crise qui frappe les Finances publiques, mais aussi l'économie nationale.

L'équipe Benkirane, qui a longtemps cru qu'il lui était possible de surseoir aux indispensables réformes de fond qu'appellent le gouffre abyssal de la Caisse de compensation et la fiscalité injuste et sélective, est aujourd'hui dans l'obligation de réagir. Mais, pour ce faire, il a opté pour la solution de facilité, en amputant le Budget 2013 de

25 %, ce qui a eu pour effet d'installer une atmosphère de suspicion et de crise à la fois au sein de l'opinion publique et des opérateurs économiques qui craignent que cette austérité étatique ne s'étende au tissu productif en son entier, avec des conséquences graves sur l'emploi, la consommation et la croissance.

Abdelilah Benkirane ne pourra sans doute pas faire l'impasse d'une autocritique qui devrait prendre la forme d'une déclaration devant le Parlement.

Plus vite elle sera faite, et plus rapidement se tairont les dissensions internes dans sa coalition, si préjudiciables à la crédibilité de l'action gouvernementale.

La crise, qui n'est plus occultée désormais, impose donc la transparence à ce gouvernement. Une transparence qui, traduite dans la communication et l'action, permettrait à Benkirane d'éviter que cette affaire ne se transforme en naufrage politique pour son équipe…

Fahd YATA

moustache7

 

budget

AFP

Accord

Accord

AFP

Togo: la hausse des prix

Togo: la hausse des prix

AFP

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Benkirane

AFP

Maroc: le roi va remplacer le Premier ministre Benkirane

Maroc: le roi va remplacer le Premier ministre Benkirane

AFP

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

AFP

Maroc: l'islamiste Benkirane reconduit Premier ministre

Maroc: l'islamiste Benkirane reconduit Premier ministre