mis à jour le

La caravane OCP 2013 dédiée à la filière Fruits & Légumes: Des pommes, des poires, …

La caravane OCP 2013 dédiée à la filière Fruits & Légumes Des pommes, des poires, … Et c'est parti pour la caravane 2013 !

Après l'édition 2012 qui avait été consacrée aux céréales, le groupe OCP s'apprête à vivre une nouvelle aventure avec les Fellahs du Royaume et c'est la filière Fruits et Légumes qui est à l'honneur cette année. Le coup d'envoi a été donné en ce début de semaine à partir du village de Ouled Hassoun dans la région de Marrakech Tensift El Haouz. Pour le groupe phosphatier qui lance cette opération, les objectifs sont les mêmes, à savoir l'amélioration de la productivité des agriculteurs. A en croire d'ailleurs les responsables de l'Office, le bilan de la caravane de l'année dernière est probant avec une livraison totale de plus de 500 mille tonnes d'engrais, soit une progression de 10 à 11 % de la demande par rapport à l'exercice précédent.

Ces mêmes responsables expliquent que 80 % des agriculteurs au Maroc sont des petits Fellahs dont environ 50 % parmi eux n'utilisent pas les engrais, d'où la faiblesse des rendements. A préciser dans ce cens bien précis qu'aujourd'hui, 1 million de tonnes par an d'engrais sont répandus dans l'ensemble des champs du pays, alors que les besoins réels sont estimés à 2,5 millions de tonnes/an. Alarmant quand même à l'heure où l'auto-suffisance, particulièrement en blé, devient de plus en plus une sérieuse source d'inquiétude, génératrice d'insécurité alimentaire.

Il est aussi important de constater que la sécurité alimentaire est de plus en plus une chimère au moment où les cours mondiaux des produits agricoles flambent de jour en jour rendant encore plus difficile l'accès des populations les plus vulnérables aux produits de première nécessité. A cela, s'ajoute, bien évidemment, la hausse des prix du baril de pétrole qui ne cesse d'impacter le coût des productions agricoles. Partant, le cas du Royaume reste problématique à plus d'un titre. Les indices démontrent aujourd'hui que notre pays vit la dépendance alimentaire depuis déjà des années. Les chiffres sont là et parlent d'eux-mêmes : plus de la moitié du blé est importée. Le maïs est importé à 100 %. Idem pour les huiles végétales. Et pour le sucre, il est assuré à plus de 60 % par les marchés internationaux. Ceci dit, pour répondre aux besoins de la consommation intérieure, le Maroc importe près de 68 % des produits agricoles, partagés entre 30 % de céréales, 17 % des huiles végétales et 4 % du sucre.

Une situation problématique au vu de la facture de la compensation. La fertilisation arrive… S'agissant maintenant des fruits et légumes, thème de la caravane OCP et sa Fondation pour cette année, il est important de noter qu'actuellement ce secteur agricole contribue fortement à garantir la sécurité alimentaire. Il couvre à 100 % la consommation nationale en légumes, fruits, agrumes et produits animaliers. La ''Caravane OCP Fruits & Légumes 2013'' prévoit de sillonner tout au long du mois d'avril le Sud du Maroc en quatre étapes : Marrakech, Agadir, Goulmim et Laâyoune.

Par la même occasion, on compte mettre en avant les distributeurs locaux d'engrais OCP en termes de formation du petit agriculteur et de diffusion de nouvelles solutions de fertilité : ''La Caravane s'adresse en effet aux petits agriculteurs des zones traversées afin de partager avec eux l'expérience et le savoir-faire des différents partenaires impliqués, dans un objectif de vulgarisation des techniques agronomiques performantes en mettant en valeur l'apport de l'utilisation raisonnée des engrais en général et des nouvelles formules adaptées aux sols et aux cultures marocaines en particulier'', dit-on auprès de la Fondation OCP. En dédiant une Caravane à la filière «Fruits, Légumes», OCP souligne son engagement auprès d'un des piliers du secteur agricole et agro-alimentaire au Maroc. Ce secteur occupe en effet une superficie 700.000 hectares dont 460.000 hectares de plantations fruitières (non compris l’olivier) et 240.000 hectares de cultures maraîchères. Les produits sont variés et divers.

Ils sont généralement regroupés en sous-secteurs plus ou moins homogènes dont les principaux sont : les agrumes, l’amandier, la vigne, le palmier dattier, le bananier et les cultures maraîchères. Les agrumes et les primeurs sont les piliers de la filière. La production globale moyenne est de l’ordre de 7 millions de tonnes dont près de 3 millions de tonnes de fruits et plus de 4 millions de tonnes de légumes. Le Maroc produit annuellement de près d'un million à un million et demi de tonnes d'agrumes. La production de primeurs occupe également une place significative dans l'agriculture marocaine avec 25 000 hectares cultivés et autour d'un million de tonnes de produits récoltés. Le secteur des primeurs occupe environ 8.000 producteurs, crée plus de 12 millions de journées de travail. D'une manière générale, le Maroc compte plusieurs grandes régions agricoles : le Souss-Massa (Agadir), la zone côtière située entre El Jadida et Larache, Marrakech, Fès, Meknès, Azrou, Khénifra, Nador, Taza, Béni Mellal, El Hajeb, Oujda, la vallée de la Moulouya, Tétouan, Tanger et le Gharb et le Sud.

Les exportations de fruits et légumes frais constituent une source de devises importante pour le Maroc. ''Les enjeux de la filière placent OCP en première ligne en matière de partage d'expertise, de savoir-faire et d'accompagnement. D'où l'organisation de la « Caravane OCP Fruits & Légumes 2013 »'', conclut M.El Houcine Elkourno, directeur des ventes Groupe OCP. Après El Haouz, les villes d'Agadir, Goulmim et Laâyoune sont les prochaines étapes de la caravane. En somme, les dés sont jetés. La fertilisation des sols marocains prend de l'élan, certainement doucement, mais sûrement. Une approche qui s'avère plus qu'un choix ou un luxe, mais plutôt une urgence pour s'assurer un maximum d'indépendance et de souveraineté alimentaire. La preuve de l'usage des engrais pour un rendement meilleur est attestée par des études et pratiques de terrain.

Ainsi, un hectare produit environ 18 tonnes de pommes de terre sans les fertilisants, alors qu'avec les engrais, le rendement passe au plus du double, soit 45 tonnes/ha… Qui dit mieux ?

Hassan Zaatit

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

filière

Actualités

Filière café-cacao en RCI : Un arrière-goût amer pour d’anciens barons

Filière café-cacao en RCI : Un arrière-goût amer pour d’anciens barons

Actualités

Procès filière café-cacao : Après les "ouvriers agricoles", "les propriétaires terriens" ?

Procès filière café-cacao : Après les "ouvriers agricoles", "les propriétaires terriens" ?

[email protected] (Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG)

On investit sur les semences dans la filière Cacao-Café

On investit sur les semences dans la filière Cacao-Café