mis à jour le

Comment Oumar Guèye et Pape Diouf ont été infiltrés par le Palais, la Primature et… Idrissa Seck

Sans le savoir, le ministre de l'Assainissement, Oumar Guèye et son collègue de la Pêche, Pape Diouf, étaient au c½ur d'une vaste opération d'espionnage lancée séparément par le régime de Macky Sall et le camp de Idrissa Seck.

Le gouvernement a tremblé de peur. La psychose d'un contrecoup politique a hanté les esprits des autorités étatiques. Le chef de l'Etat, Macky Sall, et le Premier ministre, Abdoul Mbaye, étaient sur le qui-vive. Enveloppés dans un épais voile d'incertitudes sur l'issue de la crise créée au sein de Rewmi. Le différend qui a opposé Idrissa Seck à ses lieutenants et ministres, Oumar Guèye et Pape Diouf, a sonné l'alerte au sommet de l'Etat. Le régime de Macky Sall, dans les premières heures qui ont suivi les déclarations de Idrissa Seck décriant la gestion du régime de Macky Sall, vivait dans une presque névrose politique née de la possible démission des deux ministres de Rewmi. D'ailleurs, tous les schémas-catastrophes ont été imaginés pour éviter un autre cas «Malick Gakou». L'ancien ministre du Commerce et numéro deux de l'Alliance des forces de progrès (Afp) avait démissionné avec fracas, en mettant le chef de l'Etat et son Premier ministre devant le fait accompli. Une situation qui avait installé un profond malaise au sommet de l'Etat.

Pour ne pas vivre encore cette expérience douloureuse, un plan a été mis en place pour anticiper sur les actions d'éclats que les deux ministres pourraient entreprendre en direction du gouvernement. Ce plan a tourné essentiellement autour de l'infiltration de l'entourage de Oumar Guèye et de Pape Diouf. Durant les jours qui ont précédé leur volonté clairement exprimée de s'écarter du chemin de la rébellion tracée par Idrissa Seck, les deux hauts responsables de Rewmi ont fait l'objet d'une surveillance permanente. Leurs déplacements, leurs contacts et leurs communications étaient suivis de jour comme de nuit. Cette filature s'est poursuivie jusque dans leurs cabinets ministériels respectifs. Des collaborateurs des ministres ont été mis à contribution pour prévenir les autorités de la présidence de la République et de la Primature sur les velléités de démission des deux membres du gouvernement. Ce qui serait un second camouflet pour Abdoul Mbaye et son patron, le chef de l'Etat, Macky Sall. Des renseignements journaliers étaient fournis à des personnes censées faire remonter les informations jusqu'à la source.

Perdus par leur entourage immédiat. Parallèlement à cette opération de prévention d'une crise au sein du gouvernement de «Benno bokk yaakaar» (Bby), une autre était lancée pour installer la crise au sein du parti de l'allié encombrant, Rewmi de Idrissa Seck. Un travail d'approche a été fait pour amener Oumar Guèye et Pape Diouf à se désolidariser de leur mentor. Ce plan a été piloté du Palais par des proches de Macky Sall. Après que les deux responsables de Rewmi ont manifesté leur volonté de «trahir», une stratégie a été mise en place et un plan d'exécution bien pensé. (Voir L'Observateur n° 2847 du lundi 8 avril 2013).

Seulement, Oumar Guèye et Pape Diouf n'étaient pas sur la seule ligne de mire du régime. Le camp de Idrissa Seck avait aussi développé une stratégie pour être informé de tout ce qui se préparait contre lui. En fin politicien, le Président de Rewmi a su s'appuyer sur des proches de ses deux ministres pour une remontée d'informations à temps réel. D'ailleurs, c'est cette infiltration qui a permis à l'ancien Premier ministre et maire de Thiès de «tuer» le plan de Oumar Guèye en le démettant de son poste de Chargé des élections du parti (voir L'Observateur n° 2875 du mardi 9 avril 2013).

C'est le lundi, vers 12 heures, que Idrissa Seck a été informé de la décision prise par le ministre de l'Assainissement de faire une sortie médiatique la veille, avec comme finalité : créer un courant au sein du parti. Idrissa Seck était même au courant de l'audience que Oumar Guèye a eue avec un (e) ministre de la République et très influent (e) dans le dispositif de Macky Sall. Il est ressorti de ces discussions avec la validation du plan d'instauration de la crise au sein du parti de Idrissa Seck. Lequel plan finit par échouer. Pour le moment.

L'OBSERVATEUR

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

pape

AFP

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

Le pape en Egypte auprès des coptes meurtris par des attentats

AFP

Face au pape copte, Sissi promet de traquer les responsables des attentats

Face au pape copte, Sissi promet de traquer les responsables des attentats

AFP

Le pape François appelle à la paix au Congo

Le pape François appelle à la paix au Congo

été

AFP

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

Nigeria: le chef de Boko Haram dément avoir été blessé

AFP

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

AFP

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

CAN-2017: pour Joseph-Antoine Bell, le tirage "n'a jamais été aussi bon" pour le Cameroun

primature

La Rédaction

Gouvernement : PASSAGE DE TEMOIN A LA PRIMATURE

Gouvernement : PASSAGE DE TEMOIN A LA PRIMATURE

D.Boye

[Audio] Me El Hadji Diouf crache sur la nomination de Aminata Touré

[Audio] Me El Hadji Diouf crache sur la nomination de Aminata Touré

D.Boye

[Audio] Réaction d'Aliou Sow après la nomination de Aminata Touré

[Audio] Réaction d'Aliou Sow après la nomination de Aminata Touré