mis à jour le

Laïcité light, Oignon de printemps et Merguez arabo-musulman !

Par Seïf Ben Kheder

En réalité, le médecin chômeur de Carthage joue bien le rôle du penseur de toute la classe politique en Tunisie. Son approche de la laïcité modérée et sa notion d'état civil ne différent en rien de ce que l'opposition défend dans les coulisses et même en public.

En effet, le consensus trouvé autour de l'article premier qui condamne la république à un destin de califat en instance et la démocratie à celui de théocratie en veilleuse, n'a été possible et sensé que par cette thèse extra terrestre de laïcité modérée, d'islamisme léger ou de Chariâa taille fine.

Ce qui insinue par la même, que celui qui sort de ces définitions imposées par la nouvelle classe politique, serait d'office taxé de l'adjectif extrémiste. Une taxe qui se paie en incarcération, en marginalisation ou en élimination physique. Le choix entre ces modes incarnerait l'unique aspect démocratique du nouveau régime qu'on nous propose, résultant du fameux consensus.

Il est à noter aussi qu'une autre frange de faux militants pour la laïcité corrobore indirectement cette thèse par son comportement inique et irresponsable en présentant la sécularisation des institutions et du système juridique comme un processus antireligieux en général, voire anti-islam en particulier. Elle coïncide parfaitement à la vision des intégristes grâce à laquelle, entre autres, ils ont pu s'emparer du pouvoir.

A tous ces spécimens de la nouvelle république des confusions préméditées, je rappelle votre pédigrée autofécondé que la laïcité n'admet aucun adjectif. Ni extrémiste ni modérée, ni positive ni négative.

Elle est l'incarnation de deux valeurs universelles, mères de toutes les valeurs : la liberté et l'égalité. Elle permet d'instaurer un espace public où règnent l'intérêt commun et le bien de tous dans une parfaite neutralité face aux jugements personnels des questions de l'éthique, des croyances et des spiritualités, qu'elles soient religieuses ou non.

Enfin, elle dépasse même son rôle de séparation de la religion et de l'état vers une dissociation de toute idéologie des lois publiques, émancipant l'homme au profit du rationnel.
Son résultat n'est autre que la consolidation de l'exercice du pouvoir par le peuple, promu comme unique référence à toute la classe politique. Laïcité et démocratie sont donc consubstantielles.

Malheureusement pour vous, l'universel ne peut se réinventer comme le particulier ne sait s'universaliser.

Marzouki est simplement votre porte parole dont la forme et le style vous mettent juste la honte.

Seïf Ben Kheder le 10 avril 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

laïcité

Vu de Ouaga

Le fiasco des islamistes était prévisible

Le fiasco des islamistes était prévisible

Reuters

France-Une charte de la laïcité dans les écoles fin septembre

France-Une charte de la laïcité dans les écoles fin septembre

AFP - Marc BRAIBANT

Canada: la laïcité comme valeur, les passions se déchaînent

Canada: la laïcité comme valeur, les passions se déchaînent