mis à jour le

Journaliste/Critique : Elections 2013 Le couteau à la gorge

Risque de scrutin bâclé, la situation de la région de Kidal, le retour de l'administration et surtout la sécurisation des localités libérées constituent aujourd'hui les goulets d'étranglement pour les organisateurs.

Le début du mois de janvier marque aussi le début de la lutte pour la libération des 2/3 du Mali du joug des islamistes. A partir de cette date deux régions ont été libérées (Gao et Tombouctou) mais pas tout à fait sécurisées. S'agissant du cas de Kidal, son sort reste incertain car interdit aux forces armées nationales et est sous contrôle du Mnla. Le Mali compte aussi des milliers de refugiés dans les pays voisins, le retour de l'administration dans ces régions est lent et s'avère un risque dangereux. Malgré tous ces défis les autorités de la transition se disent capables d'organiser des élections dans quelques mois. Quand bien même moins de Maliens semblent être convaincus que le pays sortira vainqueur de cette situation. ''Nous ne devons pas aller à une élection pour aller à une élection. Nous devons travailler à réunir toutes les conditions afin que ces élections soient les plus inclusives possibles, c’est-à-dire la participation des populations déplacées et réfugiées'', a laissé entendre Mountaga Tall, président du Cnid- Fyt et candidat au scrutin prochain. Selon lui, c'est la seule façon de donner une légitimité incontestable au nouveau Président.

De l'avis d'Aboubacar Habiboulaye, juriste, le fait d'aller aux élections n'est pas mal en soi, puisqu'un président démocratiquement élu est la condition préalable de la communauté internationale pour aider le Mali, elle veillera au bon déroulement des élections mais il faut être très prudent avec le cas de Kidal qui risque de ne plus faire partie du Mali si cette région ne participe pas aux élections. « Sur le terrain les campagnes seront moins bonnes par crainte des explosifs dans certaines zones (nord). La saison des pluies risque aussi d'avoir un impact sur le bon déroulement des scrutins, vu que la loi électorale exige la fermeture des bureaux de vote à 18 heures », a-t-il ajouté.

Le sort de la région de Kidal semble être la préoccupation majeure des Maliens et de l'avis de Gaoussou Haïdara, ''pour aller aux élections il faut absolument que nous recouvrions l'ensemble de notre territoire ce qui est loin d'être le cas, une région du Mali est complètement coupée du reste du pays''. La situation post-élection constitue aussi l'inquiétude de ce membre de la société civile, qui a requis l'anonymat : ''je pense qu'organiser des élections à une date pareille serait lourde de conséquences pour un pays qui est déjà fragilisé sur beaucoup de plans. Mieux vaut organiser une élection où la majorité de la population peut y prendre part que de se trouver avec une crise post-électorale au dos comme on a l'habitude de voir dans d'autres pays africains''.

Une chose est certaine François Hollande se dit intraitable sur l'organisation des élections prévues pour juillet prochain.

Aboubacar Dicko

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

élections

AFP

Mali: élections municipales sans entrain et sous tension

Mali: élections municipales sans entrain et sous tension

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

AFP

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

Attaques de 2013 en RDC : vingt ans de prison pour 17 adeptes d'une secte

AFP

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013

Comores: lourdes condamnations après la tentative de putsch d'avril 2013