mis à jour le

On vous le dit

Le pourrissement au SCHPM   Le blocage de la Société des courses hippiques et du Pari mutuel persiste, à telle enseigne que les salaires des travailleurs sont versés au compte-gouttes, tandis que les propriétaires de chevaux n'ont pas encore perçu leurs gains du mois de... janvier. Une situation rendue d'autant «plus insoutenable, que les complicités dont bénéficierait l'actuel DG au niveau du ministère de l'Agriculture et du Développement rural poussent clairement au pourrissement», soutiennent des propriétaires. Ces derniers justifient leur avis par la lettre adressée à Rachid Benaïssa, en date du 25 mars dernier, par les représentants des propriétaires des neuf hippodromes nationaux, où ils  y dénonçaient «la gestion hasardeuse et les mensonges répétés de la DG». Ils lancent un appel au ministre de tutelle pour  «choisir à la SCHPM un dirigeant à la hauteur». Les fous du volant défient le tramway   En dépit des campagnes de sensibilisation au danger du tramway en direction des automobilistes, beaucoup de chauffards ne semblent pas avoir pris au sérieux les conseils prodigués par les services de police et des responsables de la société chargée de la gestion de ce nouveau mode de transport. En effet, au vu du comportement de certains automobilistes, les accidents de la circulation sur la voie de passage du tramway, ne sont pas à écarter. A la rue de Tripoli, à Hussein Dey, des automobilistes font du slalom parfois avec les tramways, obligeant souvent ces derniers à ralentir. Il est inutile de signaler que certains véhicules sont stationnés de manière à gêner le passage. Il est temps de prendre les décisions qu'il faut pour éviter l'irréparable.   Le musée du Louvre à Paris fermé à cause des pickpockets                  Le musée du Louvre, l'un des plus grands au monde, a fermé hier en raison d'une grève des employés, excédés par les pickpockets qui les dévalisent au même titre que les visiteurs. Selon la direction, qui a déposé plainte auprès du parquet de Paris en   décembre 2012 et demandé des renforts de police pour juguler le problème grandissant des pickpockets, «200 agents ont exercé leur droit de retrait hier».   «Les services de la justice et de la police sont mobilisés», a déclaré une porte-parole de la direction, faisant état de «réunions de travail» afin de mettre en place un dispositif de sécurité adapté.           Des horaires de stationnement déphasés   Les plaques routières dans les milieux urbains, annonçant les horaires d'interdiction de stationnement des véhicules, sont déphasées, selon certains spécialistes de la circulation automobile. Suivant leur raisonnement, on apprendra que l'interdiction de stationner durant la journée jusqu'à 19 h a été instituée durant les premières années de l'indépendance, lorsque l'administration algérienne fonctionnait jusqu'à 18h. Aujourd'hui que l'administration ferme ses portes à 17h, il devient anormal de forcer les riverains  à poireauter pendant deux heures avant de pouvoir garer leur véhicule. Les services concernés devraient revoir cette décision au grand plaisir des résidants du centre-ville. Une stèle à la mémoire de Mohammed Ben Allel   La ténacité d' Ahmed Mebarek Ben Allel et celle des membres de l'Association de Sidi Ali Mebarek ont finalement payé.  L'autorité de wilaya de Tipasa a décidé d'engager les démarches pour concrétiser un v½u des citoyens. Ce projet consiste en la construction d'une stèle à la mémoire de l'illustre chahid méconnu, Mohammed Ben Allel, tombé en martyr dans la région de Sebdou (Tlemcen), les armes à la main, le 11 novembre 1843, à l'âge de 29 ans. Son cadavre a été décapité par les soldats français. Lieutenant et confident de l'Emir Abdelkader, ce fût un redoutable guerrier dans la lutte contre l'occupant français. La stèle du chahid sera érigée en lieu et place de celle du général Lamoricière, ennemi juré du martyr Mohammed Ben Allel. Une femme se suicide à Kouba   Une jeune femme âgée de 25 ans s'est donné la mort hier dans son appartement situé à la cité Djillali Liabès à Kouba. La victime (divorcée), qui n' en était pas à sa première tentative, a laissé une lettre dans laquelle elle demande pardon. La brigade de la sûreté de Kouba, dépêchée sur les lieux a ouvert une enquête.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien