mis à jour le

Vers une coordination nationale des corps communs

Les corps communs de la santé sont déterminés à mener leur combat jusqu'au bout. Leur coordination nationale, affiliée à l'UGTA, annonce une autre grève de trois jours à partir du 15 avril. Pour rappel, le débrayage que les corps communs ont observé pendant trois jours a pris fin hier. «Notre action de protestation est réussie. Elle a été suivie à 95% à l'échelle nationale. Au niveau d'Alger, le taux de suivi est à 100%», a déclaré Mounir Betraoui, coordinateur national des corps communs de la santé. A défaut d'exprimer leur ras-le-bol dans les espaces publics, les travailleurs des corps communs de la santé de l'hôpital Mustapha et ceux du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) ont marché, hier, à l'intérieur de l'hôpital Mustapha, à Alger. Encore une fois, les policiers se sont précipités pour fermer le portail de cet hôpital afin d'empêcher les manifestants de sortir dans la rue. «Nous voulons attirer l'attention de notre tutelle», a affirmé Ahmed Tirak, représentant des corps communs à l'hôpital Mustapha. Ainsi, les femmes de ménage, les agents d'administration ainsi que les agents de sécurité ont tenu à exprimer leur rejet de l'augmentation de 10% décidée par le Premier ministre. La grève des agents de sécurité a provoqué hier une véritable anarchie concernant la circulation des véhicules dans l'enceinte de cet établissement hospitalier, connu pour la grande affluence de la population. «Au moment où certains détournent des sommes colossales, les représentants du ministère des Finances rejettent notre demande de prime de contagion. Et notre tutelle n'a pas daigné les convaincre. Pourtant, nous sommes exposés au risque comme tous les fonctionnaires des établissements hospitaliers», a déploré M. Betraoui. Il n'écarte pas le recours à une action commune avec les corps communs des autres secteurs, notamment ceux de la solidarité nationale et de l'éducation.      

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien