mis à jour le

La justice retrouve la voix

Il aura fallu une prise d'otages spectaculaire et des scandales en série de corruption politco-financière s'étalant sur plusieurs continents pour que la justice daigne enfin communiquer. Dimanche 20 janvier, 4 jours après l'attaque terroriste contre la base de Tiguentourine à In Amenas, le procureur de la République près le pôle pénal spécialisé de Sidi M'hamed (Alger) annonce, via un communiqué, l'ouverture d'une information judiciaire. C'est une première (ou presque) pour un appareil judiciaire naguère fonctionnant en vase clos et cultivant à l'excès un mutisme à la limite du mépris. L'opération de prise d'otages (800 travailleurs dont une centaine d'Occidentaux de nationalités norvégienne, américaine, britannique, française, roumaine, japonaise, autrichienne) ayant ciblé ce site gazier géré conjointement par Sonatrach, le britannique BP et le norvégien Statoil, a fait rompre le silence qu'observent religieusement les autorités judiciaires, silence pourtant gardé même au plus fort des massacres des populations par les Groupe islamistes armés. Dimanche 10 février. L'emballement «à l'international» des scandales de corruption à Sonatrach, touchant aussi bien le vieux continent (Italie, Suisse) que l'Amérique du Nord (Canada et Etats-Unis) fait réagir le parquet. Un communiqué du procureur général près la cour d'Alger, Belkacem Zeghmati, a indiqué, dimanche 10 février, qu'une information judiciaire était désormais ouverte dans le cadre de l'affaire dite «Sonatrach II». Le parquet général (PG) près la cour d'Alger informait «l'opinion publique» que les faits révélés sont «en relation avec l'information judiciaire déjà ouverte dans le cadre de l'affaire dite Sonatrach II», précise le communiqué. Vendredi 8 mars. Un deuxième communiqué du même parquet promet que l'information judiciaire dans le cadre de l'affaire Sonatrach II «connaîtra, sans nul doute, une cadence accélérée» dès réception des résultats des commissions rogatoires internationales par «le juge d'instruction et la convocation ou l'émission de mandats de justice à l'encontre de toute personne impliquée», a affirmé le procureur général.  En effet, acculée par les révélations de la presse italienne et canadienne notamment qui ont dévoilé, entre autres, l'existence de malversations dans la passation de gros marchés de  Sonatrach et d'un système huilé de corruption impliquant de hauts responsables algériens et des sociétés étrangères (ENI et SNC-Lavalin, etc.), la justice algérienne s'est révélée prompte à s'autosaisir. S'autosaisir lorsque les révélations émanent de médias étrangers, faire le mort quand c'est la presse locale qui porte le scandale sur la place publique, une règle que semblent respecter scrupuleusement les autorités judiciaires. Le président Bouteflika, premier magistrat du pays, s'est quant à lui exprimé en deux occasions sur le sujet. Une première fois, soit le 24 février dernier, pour dire sa «révolte» et sa «réprobation» des pratiques de corruption, et le 19 mars dernier pour assurer que l'Etat n'hésitera pas «à demander des comptes à ceux qui ont failli à leur mission, quels que soient leurs postes». Comme s'il était tombé des nues, le président Bouteflika n'en a pas moins couvert les errements de son proche ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, qui pour rappel n'est plus en poste depuis 2010.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

justice

AFP

Gambie: la justice ordonne la libération sous caution du chef de l'opposition

Gambie: la justice ordonne la libération sous caution du chef de l'opposition

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

voix

AFP

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

AFP

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

Djibouti: le président Guelleh réélu avec 86% des voix

AFP

Présidentielle aux Comores: 19 des 25 andidats exigent un recomptage des voix

Présidentielle aux Comores: 19 des 25 andidats exigent un recomptage des voix