mis à jour le

SIT-IN DE L’ASSAMM DEVANT LE MINSITERE DE LA SANTE Eva Marie Coll Seck interdit la tenue de la manifestation


Les membres de l'association sénégalaise pour le suivi et l'assistance aux malades mentaux (Assamm) voulaient tenir un sit-in, hier, dans le hall du ministère de la santé et de l'action sociale, pour remettre un mémorandum au président de la République, Macky Sall. Mais, l'autorité administrative, par crainte de trouble à l'ordre public, interdit la rencontre qui a finalement eu lieu à la Raddho. Mécontentement, Assoumana Dione, président de ladite association, a été plus que déchainé.
L'association sénégalaise pour le suivi et l'assistance aux malades mentaux (Assamm), par la voix de son président, Assoumana Dione, a montré toute sa déception, hier, après l'annulation de son sit-in dans le hall du ministère de la santé et de l'action sociale par l'autorité administrative, craintive de trouble à l'ordre public. Considérant cela comme de la folie, Assoumana Dione, précisera : «nous n'acceptons pas cette forfaiture et nous interpellons directement le président de la République, Macky Sall. Nous étions dans un Etat de droit mais présentement non». Les les malades mentaux errants, souffrant énormément et décédant même dans les rues, M. Dione accusera le ministre de la santé, Eva Marie Coll Seck, de vouloir caser une clientèle politique au niveau du centre qui leur était destiné à Kaolack, pour avoir mené le combat depuis 13 longues années.
Sur le mémorandum qui devait être remis au président de la République, M. Dione réclame également la signature d'une convention entre le ministère de la santé et de l'action sociale et l'Assamm, pour permettre aux bénéficiaires d'y recevoir une prise en charge totale et gratuite, leur facilitant une bonne réinsertion dans la société. «Nous gérons le centre, en rendant compte suivant les textes et les règlements en vigueur, mais vouloir nommer un directeur à Kaolack c'est insulter les malades mentaux, c'est trahir le peuple sénégalais», dira M. Dione. Toutefois, M. Dione compte saisir leur avocat, Assane Diomba Ndiaye qui dictera la suite à donner, après cette interdiction. «Mais, ce que nous exigeons, c'est que le président de la République nous reçoive dans les plus brefs délais, au risque d'être responsable de tout ce qui adviendra dans ce pays», menacera-t-il.
Cheikh Moussa SARR
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

sit-in

AFP

Tunisie: accord pour mettre fin

Tunisie: accord pour mettre fin

AFP

A Vintimille, sit-in pacifique de migrants qui souhaitent entrer en France

A Vintimille, sit-in pacifique de migrants qui souhaitent entrer en France

AFP

Togo: sit-in de journalistes pour exiger la libération d’un confrère

Togo: sit-in de journalistes pour exiger la libération d’un confrère

santé

Santé

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Santé

Les morsures de serpent, un fléau que l'Afrique semble ignorer

Les morsures de serpent, un fléau que l'Afrique semble ignorer

AFP

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

interdit

AFP

Secours aux migrants: la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes

Secours aux migrants: la Libye interdit "tout navire étranger" près de ses côtes

AFP

Guinée équatoriale: un journal interdit pour avoir parlé de censure

Guinée équatoriale: un journal interdit pour avoir parlé de censure

AFP

Un concert d'un Congolais

Un concert d'un Congolais