mis à jour le

Mali: l’opération Serval entre dans son quatrième mois

Soldat français à Gao, le 2 mars 2013.
REUTERS

L'intervention militaire française au Mali, l’opération Serval, a été entamée il y a trois mois, le 11 janvier. Cette semaine, la France a retiré ses premières troupes du Mali - une centaine d'hommes sur les 4 000 soldats français engagés - mais les opérations militaires françaises se poursuivent, comme l’a confirmé mercredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Les habitants de Bamako saluent l’intervention française

Ils ont fait du très bon travail, ils sont intervenus au moment où il fallait intervenir.

Trois mois après le début de la guerre au Mali, et conformément à la promesse du président français, François Hollande, qui avait annoncé un début de retrait des troupes françaises avant la fin avril, une première centaine de parachutistes français a quitté le nord du pays.

De son côté, le ministre français de la Défense a précisé que le désengagement - qui se poursuivra dans les semaines et les mois qui viennent - sera « progressif, sécurisé et pragmatique ». S’exprimant  devant les députés, lors de la séance des questions au gouvernement, Jean-Yves Le Drian a par ailleurs ajouté qu'il subsistera au Mali une force de mille militaires - une force permanente - pour lutter contre le terrorisme.

Opération Serval : bilan humain et matériel

Au total, ce sont 400 jihadistes qui ont été tués, soit un quart des effectifs, selon des informations recueillies par RFI. L'élimination d'un seul chef – Abou Zeïd - a été confirmée. L'armée française assure avoir fait 26 prisonniers, dont 8 mineurs qui ont été remis à l'Unicef. Depuis le début de l'opération Serval, on compte, au total - en incluant les jihadistes capturés par les Maliens - une centaine de prisonniers.

Côté matériel, l'ennemi a perdu une centaine de véhicules. Par ailleurs, dans l'Adrar des Ifoghas, des dizaines d'ateliers de fabrication de bombes artisanales ont été découverts, ainsi que des ceintures d'explosifs assemblées en série. 158 caches ont également été retrouvées ainsi que 90 tonnes de munitions ; 140 mitrailleuses ; 3 missiles portables Sol-air Sam 7 qui ne fonctionnaient plus ; des téléphones portables, des moyens radio, des ordinateurs, une imprimerie et des cartes SIM.

Beaucoup de ce matériel de guerre avait été récupéré dans les casernes de l'armée malienne ; assez peu d'armement provenait de Libye.

La plus grosse opération depuis 50 ans

La saison chaude va rendre les opérations françaises très difficiles. Cet engagement au Mali a été la plus grosse opération militaire nationale menée par l’armée française depuis 50 ans. Pour mener cette guerre contre le terrorisme, l’armée française doit s’adapter.

« Serval pourrait nous obliger à revoir notre manière d'opérer contre les jihadistes », laisse-t-on entendre au sein de l'armée française. « Serval fut une course contre la montre avant la saison chaude. Il a fallu être très mobile, ne pas dormir trois nuits au même endroit et prendre des risques », a ajouté la même source.

« Quand votre ennemi sait se camoufler et est équipé de puissants 4X4 V6 – flambant neufs – cela peut bousculer vos repères. Au final, pour les battre, il faudra peut-être leur ressembler », a confié à RFI une source militaire de haut rang avant d'ajouter : « Nous, nous avions besoin de 20 tonnes d'eau par jour, deux avions cargo (C-130) rien que pour ravitailler nos troupes... Ce n'est pas l'ennemi, mais la logistique qui a dicté notre man½uvre ».

Et cette même source d'assurer que «  la force de frappe ne suffit pas ; c'est la capacité à cibler qui est primordiale », avant de conclure : « Au bilan, les drones français sont dépassés ; l'aide de l'armée américaine, après la prise d'otages d'In Amenas, en Algérie, a été déterminante ».

Ce qu'il reste à faire…

Lorsque les soldats français sont partis vers le grand nord du Mali, les objectifs étaient clairs, à savoir, frapper al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans son fief et trouver les otages. Mais au bout de trois mois d'opérations, les otages sont toujours introuvables. Après avoir passé au peigne fin la vallée d'Ametetaï, la vallée de Terz, le cirque du Tigharghar, la région d'Abeïbara ou encore la région du Timétrine - zones sanctuaires des jihadistes - l'armé française n'a pas trouvé de traces des otages français.

« Dans l'Ametetaï, nous avons pris beaucoup de précautions avant d'intervenir, car nous pensions que les otages étaient retenus là bas. Soit ils n'y étaient pas, soit nous sommes arrivés trop tard », a confié une source militaire française à RFI.

«  Il ne faut pas penser « Mali » mais il faut penser « Sahel » et  au-delà », a poursuivi un général français avant d'ajouter : « À présent, les groupes armés vont opérer à partir des autres pays de la région. Rien qu'en Libye, on compte près de 300 katibas. Nous avons fait parler les boitiers GPS des jihadistes. Résultat : des aller-retour, très fréquents, entre l'Adrar des Ifoghas et le Sud-Ouest de la Libye, en transitant par la passe de Salvador, au nord du Niger. Par ailleurs, les écoutes réalisées au début de l'opération, prouvent que les Chebab de Somalie avaient proposé leur aide à Aqmi », a confié le général français.

 

Par RFI

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Serval

Mali

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Le centre du Mali est une bouillie où se mélangent djihadisme, banditisme et rivalité ethnique

Décoration

La légion d'honneur remise au président malien à l'Elysée à une odeur de soufre

La légion d'honneur remise au président malien à l'Elysée à une odeur de soufre

Terrorisme

Le djihadiste à l'origine des enlèvements de Français au Mali a été tué

Le djihadiste à l'origine des enlèvements de Français au Mali a été tué