mis à jour le

Le Premier ministre à Banamba : REMERCIEMENT ET ENCOURAGEMENT AU CONTINGENT NIGERIAN DE LA MISMA

« Absolutely », c'est par ce terme en anglais que le Premier ministre, Diango Cissoko a mis au repos mardi les quelques dizaines de soldats nigérians de la MISMA (Mission internationale de soutien au Mali) en poste à Banamba. Le chef du gouvernement n'était pas à sa première visite chez nos frères et amis nigérians. Avant que ces militaires n'installent leur base à Banamba, à 150 km de Bamako, ils avaient déjà reçu pour la première fois la visite du Premier ministre Diango Cissoko à l'aéroport de Bamako où ils étaient cantonnés en attendant leur déploiement.

Installés juste à l'entrée de la ville de Banamba, les 1 200 éléments du colonel Te Gagariga de la République fédérale du Nigéria, assurent désormais la sécurité de cette ville qui n'est qu'à 70 km de Niono, une autre zone où les islamistes, dans leur fuite en janvier, ont tenté en vain de se fondre dans la population. La zone est aussi stratégique militairement, car à partir de Banamba on peut se retrouver facilement au nord du cercle de Nara, à l'est des cercles de Ségou et Nioro, à l'ouest du cercle de Kolokani et au sud du cercle de Koulikoro. L'état-major des forces africaines a ainsi reparti les zones entre les différents pays intervenant au Mali dans le cadre de la reconquête de l'intégrité du territoire ainsi que la lutte contre le terrorisme.

Un panneau fraichement peint indique aux visiteurs « NITBATT 1, AFISMA HEAD QUATER ». En français il faut comprendre : « Quartier général du bataillon nigérian de la MISMA ». Avant d'entrer dans cette base, il faut montrer patte blanche. On doit passer d'abord au poste de contrôle où un militaire fouille minutieusement les bagages et autres sacs à main tandis que sa collègue s'occupe des femmes. Une autre femme militaire, portant des gants blancs, règle la circulation au beau milieu de la route bitumée. Après cette étape, la presse est guidée vers une grande cour de réception. Dans cette cour, les responsables politico-administratifs et militaires sont installés autour de l'ambassadeur du Nigéria, Ilia Alia Dunya Nuhu, l'adjoint de la MISMA, le général Garba (de la République du Niger), le colonel  nigérian Te Gagariga, etc.

Ici, le Premier ministre  accompagné du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général Yamoussa Camara

Ici, le Premier ministre accompagné du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général Yamoussa Camara

De l'autre côté de la base que le Premier ministre a visité, accompagné du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le général Yamoussa Camara, et d'une forte délégation, on voit des camions de transport de troupes, des citernes de ravitaillement en eau et carburant, des véhicules de transmission radio, des ambulance vans, des pick-up flambants neufs en instance d'être repeints aux couleurs du désert (kaki, à l'instar de la tenue de la garde nationale du Mali)

A l'issue de la cérémonie d'accueil et de la visite des troupes et de leur équipement, le Premier ministre Diango Cissoko s'est dit impressionné par l'intégration rapide des forces nigérianes à Banamba. « J'ai le plaisir de me retrouver parmi vous aujourd'hui pour la deuxième fois sur le terrain. Le climat d'ici dénote vraiment l'esprit d'une solidarité exemplaire à saluer. Je vous salue pour votre intégration rapide. Le Mali est aussi votre terre. Tous nos encouragements pour les gros efforts que vous êtes en train de fournir pour que le Mali retrouve la paix. Sans la paix, pas de développement ».

Le visiteur du jour a aussi remercié le président nigérian, Goodluck Jonathan ainsi que le président en exercice de la CEDEAO, Alassane Dramane Ouattara, pour « le rôle majeur qu'ils ont joué » dans le dossier malien depuis l'éclatement de la crise dans notre pays.

Il faut dire que la rapide intégration des forces nigérianes est à mettre aussi au crédit des leaders politiques, administratifs et aux notabilités qui ont rassuré les populations qui, auparavant n'avaient jamais imaginé qu'autant d'hommes armés étrangers s'installeraient dans leur ville. Ces 1 200 éléments de la MISMA sont arrivés à un moment où les plus folles rumeurs indiquaient que les islamistes rôdaient dans les parages.

Après avoir signé le livre d'or du contingent nigérian, Diango Cissoko a expliqué aux journalistes qu'il avait accompli ce geste au nom du président de la République, du peuple malien, de toutes les institutions de la République pour dire merci à ces hommes et femmes qui sont venus aider le Mali à retrouver sa dignité et son honneur.

C'est par la remise de deux b½ufs et d'une enveloppe symbolique aux troupes nigérianes de la MISMA suivie d'une visite de courtoisie aux notabilités que le bref séjour du Premier ministre à Banamba a pris fin dans une ambiance parfaite et sous la bénédiction des sages du village.

A. DIARRA

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

ministre

AFP

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

AFP

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

AFP

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

MISMA

Autre Presse

Les soldats nigériens de la MISMA regagnent le bercail

Les soldats nigériens de la MISMA regagnent le bercail

Autre Presse

Opérations Serval et Misma : Des réfugiés maliens à Bobo-Dioulasso s’expriment

Opérations Serval et Misma : Des réfugiés maliens à Bobo-Dioulasso s’expriment

La Rédaction

MISMA : LE CONTINGENT HONORE

MISMA : LE CONTINGENT HONORE