mis à jour le

Crise au sein de la police : La section syndicale s’explique

Le sergent chef Mahamane Ousmane, secrétaire général du comité du Groupement Mobile de Sécurité,  était devant la presse le mercredi 10 Avril 2013 à la  CSTM afin d'éclairer la lanterne des hommes de la presse sur la crise qui est en train de miner la police malienne et les différents incidents survenus à la faveur de l'opération de désarmement.

Un véhicule de la police malienne
© AFP

Le sergent chef Mahamane Ousmane a entamé ses propos en faisant le film des événements qui ont conduit au chaos. « La grave crise qui est en train de sévir au sein de la police du Mali a des racines très longues. C'est un groupe de vieux policiers  véreux qui ont passé tout leur temps à détourner les fonds de la police qui sont à la base du problème », ajoute-il. « Ils ont tous des fils ou filles policiers qu'ils instrumentalisent afin que cette crise perdure »,  lance le jeune sergent chef. Il a précisé que tout a commencé avec la nomination de certains membres de la section syndicale de la police dirigée par Siméon Keita. Une nomination que les textes de la police reconnaissent notamment en leurs articles 120 et 121 de du statut national de la police, explique-t-il. C'est suite à ces nominations que « certains jeunes policiers ont mis en place un groupe dénommé le '' Groupe du 27 septembre 2012''  avec à sa tête le sergent Sékou Siriman Diarra. C'est eux qui sont à la base de toutes les dissensions  au sein de la police ». Le sergent chef Mahamane Ousmane s'indigne du comportement des hommes du commandant Abdoulaye Sylla qui ont fait irruption dans les locaux du GMS prétextant qu'ils vont désarmer les policiers. Une opération de désarmement fomentée en collaboration avec certains éléments du groupe de Sékou Siriman Diarra. A ses dires, ils ont été farcir la tête des membres du commandant Abdoulaye Sylla que le magasin des armes de la GMS  contient des armes très sophistiqués et qu'il serait nécessaire de les désarmer. Il a rappelé qu'ils ont jugé nécessaire de laver le linge sale en famille, raison pour laquelle « le bureau de Siméon a tendu la main au bureau dissident qui n'a ni récépissé afin qu'ils intègrent le syndicat afin d'éviter les affrontements surtout en cette période cruciale que le Mali traverse ». Le sergent chef Mahamane Ousmane a fustigé le comportement de certains hommes politiques qui financent le camp dissident.

« Nous demandons la libération immédiate et sans conditions  de nos camarades arbitrairement arrêtés. Sinon nous montrerons de quel bois nous nous chauffons »,  a-t-il martelé. Il a présenté les condoléances de la corporation à la famille du disparu durant les événements tout en appelant les populations à continuer la collaboration avec la police. La police est là pour leur sécurité, elle n'a pas  d'autre mission que cela, conclut-il. Signalons qu'en plus des 13 éléments de la section syndicale de la police arrêtés, Siméon Keita et son adjoint Ousmane Touré sont en taule aussi. Oumar Mariko était de la partie également, il a tenu à préciser qu'il est là au compte du groupe Kayira. Il a indiqué que  c'est grâce à la promptitude et au professionnalisme des éléments du Groupement Mobile de Sécurité (GMS) que la radio Kayira de Bamako n'a pas été brûlée. C'est en signe de reconnaissance de ce précieux service rendu qu'il a effectué le déplacement pour les accompagner pendant ces moments difficiles.  La Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM) a fait une déclaration dans laquelle elle condamne fermement les affrontements et demande que des enquêtes approfondies soient menées pour situer les responsabilités et infliger les sanctions méritées aux coupables. Elle exige la libération des camarades arrêtés en dehors de toute procédure légale et condamne l'occupation illégale des locaux des syndicats par des groupes armés.

Moussa Samba Diallo

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

crise

AFP

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

Kenya: pas de crise constitutionnelle en cas de report des élections (procureur général)

AFP

A l'ONU, la Centrafrique en crise craint de retomber dans l'oubli

A l'ONU, la Centrafrique en crise craint de retomber dans l'oubli

AFP

Un pilier du pouvoir togolais décède d'une crise cardiaque

Un pilier du pouvoir togolais décède d'une crise cardiaque

police

AFP

Kenya: la police disperse une manifestation d'opposition contre la Commission électorale

Kenya: la police disperse une manifestation d'opposition contre la Commission électorale

AFP

Kenya: la police saisie pour enquêter sur la commission électorale

Kenya: la police saisie pour enquêter sur la commission électorale

AFP

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police