mis à jour le

Scandale politique en France : L'affaire Cahuzac « secoue » le gouvernement français

Jérôme Cahuzac est depuis le 9 avril 2013 officiellement exclu du Parti socialiste (PS). Le bureau national du parti a décidé à l'unanimité l'exclusion de l'ex-ministre du Budget mis en examen pour fraude fiscale.

Depuis décembre 2012, le journal en ligne « Mediapart » accusait le ministre délégué chargé du Budget du gouvernement Ayrault d'avoir détenu un compte bancaire non déclaré, d'abord en Suisse puis à Singapour. L'intéressé avait nié en bloc à plusieurs reprises, affirmant même devant l'Assemblée nationale n'avoir « jamais eu de compte à l'étranger, ni maintenant, ni avant. » Pourtant, le 19 mars dernier, jour de l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Paris pour « blanchiment de fraude fiscale » et « perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la Sécurité sociale », Jérôme Cahuzac démissionne de son poste de ministre. Officiellement pour préparer sa défense, puisqu'il clame toujours son innocence.

Seulement, le 2 avril, Cahuzac passe aux aveux. Mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », il reconnaît enfin détenir un compte bancaire non déclaré à Singapour et demande « pardon » au Président et au gouvernement. Le 9 avril, le bureau national du Parti socialiste décide l'exclusion de Jérôme Cahuzac, membre depuis 1977.

A mesure que les enquêteurs et les journalistes s'engouffrent dans la brèche, le public découvre l'énormité de l'affaire. Et les protagonistes. Jérôme Cahuzac, chirurgien élu député, puis nommé à l'Assemblée nationale en tant que président de la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault l'avait nommé au Budget, le chargeant d'incarner la rigueur budgétaire (notamment la lutte contre la fraude fiscale ! ) dans un contexte de crise financière mondiale. La banque suisse « Reyl et Cie », fondée par un Français, qui gérait le compte de M. Cahuzac à travers une société « offshore » basée à Singapour. Son directeur François Reyl apparaît de plus en plus comme le spécialiste de l'évasion fiscale française, collaborant étroitement avec de nombreux responsables politiques et industriels français. Alors que selon ses propres aveux, les avoirs de Jérôme Cahuzac à Singapour se monteraient à 600 000 euros, plusieurs journalistes français et suisses parlent déjà de plus de 15 millions d'euros, citant des sources bancaires. Les retombées politiques de cette affaire seront importantes, car M. Cahuzac va devoir « rendre des comptes » au fisc (la direction générale des finances publiques, qui gère les impôts) et à la Justice. Il y a de fortes chances pour qu'il soit interdit de tout mandat public, y compris son siège de député qu'il souhaitait récupérer. Le pouvoir français, ensuite, doit faire face à la chute considérable de sa crédibilité auprès de la population française. François Hollande et son Premier ministre doivent également répondre aux critiques virulentes de l'opposition et décider si oui ou non, il y aura un remaniement ministériel.

Plus encore, c'est tout le système politique français, et au-delà, tous les acteurs de l'évasion fiscale qui sont mis en cause. Le scandale Cahuzac coïncide avec le lancement d'une enquête sans précédent sur l'évasion et les « paradis fiscaux ». L'ICIJ (centre international pour le journalisme d'investigation) vient de lancer l'opération Offshore Leaks, divulguant à de prestigieux journaux du monde entier une mine considérable d'informations bancaires secrètes relatives à ces pratiques délictueuses.

Si les deux informations n'ont officiellement pas de relation, le traitement de ces données bancaires a déjà permis de mettre en valeur le rôle de la banque Reyl et Cie, et ses relations avec des proches de Laurent Fabius, actuel ministre des Affaires étrangères et de l'ancien président Nicolas Sarkozy.

Henri LE ROUX/Stagiaire

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

scandale

AFP

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

Afrique du Sud: Zuma rembourse l'Etat dans le scandale de sa résidence privéee

AFP

Egypte: nouveau ministre sur fond de scandale de corruption

Egypte: nouveau ministre sur fond de scandale de corruption

AFP

Maroc: scandale autour du parti islamiste

Maroc: scandale autour du parti islamiste

politique

AFP

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

AFP

Nigeria: les doutes sur la santé du président font craindre une crise politique

Nigeria: les doutes sur la santé du président font craindre une crise politique

AFP

Maroc: décès d'une figure historique de la politique

Maroc: décès d'une figure historique de la politique

France

Algérie

La colonisation a été plusieurs fois qualifiée de crime contre l’humanité

La colonisation a été plusieurs fois qualifiée de crime contre l’humanité

Politique

Le «pèlerinage d'Alger» d'Emmanuel Macron

Le «pèlerinage d'Alger» d'Emmanuel Macron

AFP

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda

Non-lieu en France dans une enquête sur le génocide au Rwanda