mis à jour le

Une jeune Zimbabwéenne, Harare, 2008 / REUTERS
Une jeune Zimbabwéenne, Harare, 2008 / REUTERS

Le Zimbabwe et ses tristes écoles de commerce... de la rue

Faute de pouvoir aller à l'école, de nombreux adolescents sont contraints de devenir vendeurs ambulants.

Présentée comme cela, l’idée d’une école de commerce dans les rues peut être séduisante. Car, on s’imagine que les techniques enseignées dans les grands cercles académiques seraient  alors, en quelque sorte, «démocratisées»… Mais non! La réalité est plus troublante, comme nous l’apprend ce reportage d’Inter Press Service, dans les rues d’Harare, la capitale du Zimbabwe.

Le reportage nous entraîne dans le quotidien d’une adolescente de 14 ans, sortie du système éducatif et qui traîne aux abords des rues du centre-ville de la capitale. Elle est vendeuse de cigarettes, de bonbons et de cartes de recharges téléphoniques.

Dans cet univers que l’on imagine redoutable, la jeune fille apprend les dures lois du commerce et de la vie, nous fait savoir IPS. Elle vit dans une banlieue pauvre de Harare, et «les 25 dollars qu’elle gagne ne suffisent pas à payer le loyer et elle doit encore envoyer de l’argent à ses parents vivant dans un village reculé, à 500 kilomètres à l’est de Harare», ajoute IPS.

Des parents que la jeune fille se retrouve contrainte et forcée d’aider alors qu’elle devrait être à l’école.

«Mes parents m'ont envoyée auprès des proches, ici, pour trouver quelque chose à faire, car ils n’ont pas pu réunir les frais de scolarité pour moi», explique encore la jeune fille.

Mais, le cas de cette adolescente ne serait pas unique au Zimbabwe. Selon IPS,  qui rapporte des statistiques fournies par la Coalition nationale contr ela corruption, près de 63.000 enfants de moins de 15 ans sont obliges de travailler comme vendeurs, à travers tout le pays, qui compte 13 millions d’habitants?

Alors à quoi est dû ce phénomène? Un responsable de centre social explique à IPS que cela est la cause de la récente interdiction des ONG par le gouvernement. Or ces ONG payaient les frais de scolarité aux enfants défavorisés.

«Le gouvernement soupçonnait que ces organisations nourrissaient des ambitions politiques. Cela a fait que beaucoup d’enfants n’ont d’autre choix que de se tourner vers la vente.»

Lu sur IPS

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée  En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes 

ONG

AFP

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

Soudan du Sud: les Casques bleus mis en cause par une ONG

AFP

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

Attaque terroriste au Kenya: la version policière remise en cause par des ONG

AFP

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

Tunisie: des ONG critiquent Tunis au sujet de journalistes disparus en Libye

travail des enfants

Exploitation

L'argent sale du cacao ivoirien

L'argent sale du cacao ivoirien

Exploitation

Les mineurs d’or tanzaniens ont huit ans

Les mineurs d’or tanzaniens ont huit ans

Droits de l'enfant

Une occasion en or de s’attaquer au travail des enfants?

Une occasion en or de s’attaquer au travail des enfants?

Robert Mugabe

Corruption

Le Zimbabwe organise ses jeux paralympiques mais ne paye pas les organisateurs handicapés

Le Zimbabwe organise ses jeux paralympiques mais ne paye pas les organisateurs handicapés

C'est qui le patron?

«Veux-tu que je te frappe?», a lancé Mugabe à un journaliste qui l'interviewait

«Veux-tu que je te frappe?», a lancé Mugabe à un journaliste qui l'interviewait

Agriculture

Au Zimbabwe, les fermiers blancs prennent leur revanche sur Mugabe

Au Zimbabwe, les fermiers blancs prennent leur revanche sur Mugabe