mis à jour le

Ban ki-Moon craint des retombées du conflit malien dans le Sahara Occidental

Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban ki-Moon, a appelé lundi à une résolution « urgente » de la crise au Sahara de peur des retombées du conflit dans la région faisant rage au Sahara, en particulier au Mali, rapporte Aufaitmaroc.com. « La montée de l'instabilité et de l'insécurité dans et autour de la région du Sahel requiert un règlement urgent de ce conflit de longue durée », a-t-il déclaré. Il a appelé l'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie, dans l'intérêt de la région et de la communauté internationale, dans un rapport sur le Sahara rendu public lundi après-midi à New York.

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

ban

AFP

Ghana: au ban de la société, des athées déclarent "leur existence"

Ghana: au ban de la société, des athées déclarent "leur existence"

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

Le Soudan du Sud est "au bord du gouffre", avertit Ban Ki-moon

conflit

AFP

Nigeria: les orphelins du conflit de Boko Haram dans la jungle urbaine

Nigeria: les orphelins du conflit de Boko Haram dans la jungle urbaine

AFP

Soudan du Sud: une famine causée par le conflit

Soudan du Sud: une famine causée par le conflit

AFP

RDC: fin de conflit annoncée au Kasaï, nouveau chef coutumier

RDC: fin de conflit annoncée au Kasaï, nouveau chef coutumier

sahara

AFP

Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario

Sahara occidental: espoir d'un règlement après le retrait du Front Polisario

AFP

Nouvelles turbulences au Sahara occidental

Nouvelles turbulences au Sahara occidental

AFP

Sahara occidental: le Front Polisario toujours sur le qui-vive

Sahara occidental: le Front Polisario toujours sur le qui-vive