mis à jour le

Primaires de l’Adema/Pasj : La démocratie à la maison d’abord

Depuis le 12 mars dernier l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma/Parti africain pour la solidarité et la justice) est entrée de plain-pied dans le processus de désignation de son candidat à la prochaine élection présidentielle au Mali annoncée pour juillet 2013. Le nom de celui qui aura la lourde responsabilité de porter les couleurs de l'Abeille à ce scrutin post-crise, sera, en principe, connu au plus tard ce soir à la faveur d'une réunion du comité exécutif (CE).

Oumar Ag Ibrahim, membre de la Commission de bons offices

Les spéculations vont bon-train sur les choix possibles parmi la vingtaine de candidats ayant postulé à ce sujet. Pour ne pas faire les choses à moitié, la commission de bons offices (CBO) commise à cette délicate tâche par le CE a édicté un ensemble de 21 critères visant les uns les autres à moraliser la vie politique à travers des acteurs peut-être pas saints mais auxquels on pourrait reprocher très peu de choses.
Hier, dans ces mêmes colonnes, nous annoncions un probable duel entre deux des 19 candidats en lice et dont aucun n'avait renoncé officiellement à ses ambitions de défendre les couleurs du parti. Il s'agissait notamment du 1er vice-président, Ibrahima Ndiaye dit Iba et le secrétaire aux affaires juridiques, Me Kassoum Tapo également 4e vice-président de l'Assemblée nationale.
Il reste entendu cependant que le choix définitif incombe au CE et la date impartie à cet effet expire ce 10 avril 2013 à zéro heure après la prorogation du délai initialement accordé à la CBO, dirigée par Oumarou Ag Mohamed Ibrahim, président du Haut conseil des collectivités (HCC).
La démarche n'est pas nouvelle pour la formation politique, car, faut-il rappeler que depuis le congrès de 1999, le parti d'Alpha Oumar Konaré a fait le choix historique de ne pas cultiver l'esprit de « candidat naturel » à une élection.
C'est ainsi qu'à l'issue d'une convention épique le parti majoritaire d'alors avait opté pour Soumaïla Cissé au détriment de Soumeylou Boubèye Maïga. Pour la présidentielle avortée de 2012, le même processus, mené de façon consensuelle cette fois-ci, avait permis de désigner le Pr. Dioncounda Traoré pour défendre les couleurs du parti dont l'emblème est constituée d'une Abeille solitaire sur un fond rouge-blanc.
A la date d'aujourd'hui, l'Adéma/PASJ est le seul parti politique à organiser des primaires en son sein pour le choix de son candidat à l'élection du président de la République. Sachant qu'ailleurs, tous les autres partis politiques s'identifient à des personnalités politiques généralement principal bailleur de fonds du parti, il va de soi que la démarche constitue en elle-même un acte de courage politique et se veut démocratique, malgré les insuffisances et lacunes qu'on pourrait à tort ou à raison lui trouver.
La démocratie n'est-elle pas la recherche permanente du choix de la majorité ? Si oui, alors il s'agit d'améliorer ce qui se fait actuellement à l'Adéma pour que notre système démocratique puisse véritablement en bénéficier.
Bréhima Sidibé

xxxxx
ADEMA/PASJ
Le candidat connu aujourd'hui
C'est aujourd'hui que la commission de bons offices de l'Adéma/PASJ rendra public le nom du candidat retenu pour la présidentielle de juillet 2013. Ça devrait se faire lors de la réunion hebdomadaire du comité exécutif (CE).
Le temps presse et les états-majors des partis politiques sont à pied d'½uvre pour être dans le timing de la présidentielle de juillet 2013. Si dans beaucoup de formations politiques, le candidat est déjà connu depuis l'année dernière, tel n'est pas le cas à l'Adéma où le candidat du parti à la présidentielle avortée du 29 avril 2012 est devenu président d'une transition dont les clauses lui interdisent d'être en course.
C'est dans ce contexte que 19 candidats se sont présentés à la candidature du parti. La commission de bons offices, dirigée par Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, a tout mis en ½uvre pour obtenir le consensus dans un premier temps, mais contrairement à l'année dernière, aucun candidat n'a daigné se désister, chacun croyant son heure arrivée.
La commission, face à cette difficulté, a été obligée de prendre l'avis des différentes coordinations du parti. De ces consultations sont sortis 21 critères qui brossent le portrait-robot du candidat souhaité par la base.
Sur la base de ces critères, la commission a fait une synthèse pour se retrouver avec un carré d'as dans un premier temps, composé, dit-on, d'Ibrahima Ndiaye, Me Kassoum Tapo, Ousmane Sy et Dramane Dembélé.
Selon les dernières nouvelles, elle était arrivée à sortir deux candidats que sont les deux premières personnalités citées. Elle a consulté Dioncounda Traoré et Alpha Oumar Konaré. Forte de toutes ces actions, elle rendra public le nom de l'heureux désigné.
Chaque candidat croise donc les doigts et attend. Ils ont tous signé aussi un acte d'engagement les amenant à se plier au choix de la commission.
Abdoulaye Diakité

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

primaires

group promo consulting

ZIGUINCHOR - Renouvellement de ses instances : Rewmi envisage des Primaires

ZIGUINCHOR - Renouvellement de ses instances : Rewmi envisage des Primaires

Actualités

82 écoles primaires en compétition pour l’élection du meilleur Sketch Scolaire 2013

82 écoles primaires en compétition pour l’élection du meilleur Sketch Scolaire 2013

démocratie

AFP

Sommet Afrique-France

Sommet Afrique-France

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

AFP

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?