mis à jour le

Des ex-PDG de Sonatro devant la justice

Le procès en appel de l'affaire impliquant 24 anciens cadres de l'entreprise publique des travaux routiers (Sonatro), sise à Rouiba, a eu lieu avant-hier au tribunal pénal près la cour de Boumerdès. Les accusés ont été poursuivis pour les chefs d'inculpation de «dilapidation et détournement de deniers publics, passation de marchés non conformes aux lois et utilisation des biens de l'entreprise à d'autres fins». Ils ont déjà été condamnés en première instance à des peines allant de 3 à 4 ans de prison ferme assorties de fortes amendes. On retrouve parmi les mis en cause deux ex-PDG, deux DG, un commissaire aux comptes ainsi que de nombreux autres responsables de l'entreprise entre 2004 et 2010. On peut citer entre autres les anciens responsables de la carrière, des finances, un conseiller de l'ancien PDG, l'ex-directeur central des équipements et le gestionnaire de l'atelier des constructions, le responsable des grands projets, etc. Lors du procès, le procureur de la République a requis à leur encontre une peine de 4 ans de prison ferme et le payement de fortes amendes. L'affaire a éclaté en 2010 suite à une plainte qui avait été déposée auprès du tribunal de Rouiba concernant la disparition de plusieurs tonnes de bitume pour un montant évalué à 250 millions de centimes. Certains accusés sont soupçonnés également d'avoir signé des marchés en violation des lois en vigueur en causant un préjudice de plus de 102 milliards de centimes à l'entreprise. Cela en sus du matériel cédé à un prix symbolique à des privés comme les équipements des unités de Biskra et de Réghaïa, de Oued Semar et de Tizi Ouzou, et l'utilisation des moyens de l'entreprise pour la réfection des habitations touchées par le séisme du 21 mai 2003 appartenant à des cadres de l'entreprise.  La justice a établi que la plupart des transactions qui ont été signées entre 2003 et 2007 sont entachées d'irrégularités. Les enquêteurs ont découvert que huit camions de marque Volvo dont le montant est estimé à plus de 1,08 milliard de dinars ont été cédés sans respecter la procédure liée aux marchés publics. Les tentatives visant la liquidation de l'entreprise se sont poursuivies même en 2009, et ce, après le licenciement abusif de 370 travailleurs et des syndicalistes ayant dénoncé la mauvaise gestion de ses dirigeants d'alors. Le verdict de l'affaire sera rendu dans 15 jours.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

justice

AFP

Egypte: la justice annule une peine de prison

Egypte: la justice annule une peine de prison

AFP

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

Un collectif d'"amis" de Lamine Diack verse sa caution

AFP

Ouganda: la justice interdit un réseau américain d'écoles low cost

Ouganda: la justice interdit un réseau américain d'écoles low cost