mis à jour le

Mali: à Koulikoro, des soldats maliens formés pour combattre les jihadistes

Au pied d'une colline, dans un camp militaire de Koulikoro, à 60 km de Bamako, le cliquetis des armes résonne: ce n'est pas la guerre, mais des soldats maliens s'entraînant sous les ordres d'instructeurs européens qui les forment au combat contre les jihadistes.

D'abord à genoux, puis couchés sur le sol, ces soldats commencent par apprendre à manier des Kalachnikov, sous l'oeil attentif d'instructeurs venus de sept pays membres de la mission de formation de l'Union européenne (EUTM): France, Royaume-Uni, Suède, Finlande, Lituanie, Luxembourg et Irlande.

"Nous sommes très motivés pour cette formation qui était nécessaire pour nous. Après, nous irons au Nord combattre les terroristes", affirme le sergent Moussa Maïga de l'armée malienne, parlant des islamistes armés qui ont occupé pendant près de dix mois en 2012 cette région qui représente les deux tiers du Mali.

Depuis le 11 janvier, les jihadistes en ont en partie été chassés par une intervention armée franco-africaine, en soutien à l'armée malienne qui, humiliée par la conquête fulgurante du Nord par les groupes armés début 2012, reste incapable de les combattre seule sans une solide formation.

Face au sergent Maïga, le lieutenant-colonel Gérard Veillefosse, de l'armée française, fait partie des 200 premiers formateurs de l'UE. "Le premier objectif est d'assurer la coordination du groupe", assure l'officier français, en notant que ces soldats ont auparavant été formés dans divers pays. "Ca ne peut pas fonctionner, parce qu'ils ne sont pas habitués à travailler ensemble", affirme-t-il, ajoutant: "Le ciment, c'est la cohésion".

Depuis le début de la formation il y a une semaine, le camp d'instruction militaire de Koulikoro grouille de monde: vendeuses de frites et de viande, maçons achevant la construction de hangars devant servir de salle de cours, agents de nettoyage et militaires s'y côtoient.

Au centre du camp d'environ six hectares, un hélicoptère vient d'atterrir près de tentes servant d'hôpital de campagne.

"C'est un exercice de transfert de blessés de guerre. Il faut se mettre véritablement dans une situation de guerre. Je n'aime pas le mot +simulation+, nous faisons comme si nous étions sur un terrain de conflit", explique Boubacar Tiné, officier malien.

"Fiers d'être Maliens"

Non loin de là, deux formateurs finlandais marchent difficilement. Venant d'un pays où il faisait -25°C quand ils l'ont quitté, ils ont encore du mal à supporter les 40°C de Koulikoro...

Les premiers soldats maliens en formation viennent de tout le pays. Parmi eux, des Arabes et des Touareg, deux communautés minoritaires souvent assimilées aux islamistes par la majorité noire du pays.

"C'est vous qui voyez en moi un Touareg. Moi, je suis un militaire malien avant tout. Nous voulons être formés pour défendre notre pays. Nous sommes fiers d'être des Maliens", explique Chérif, sergent touareg.

Maniement des armes et discipline de groupe pour les simples soldats, techniques de commandement pour les officiers.

Assis dans une salle du premier étage d'un bâtiment du centre d'instruction, ces derniers écoutent avec beaucoup d'attention un homologue français qui leur dit: "Lorsque vous donnez des instructions à un subordonné, vous reprenez à haute et intelligible voix, pour qu'il comprenne bien que ce sont des ordres".

L'ambition de la formation européenne est de mettre sur pied une armée nationale qui intègre aussi ce que représente le respect les droits de l'Homme, l'armée malienne actuelle étant régulièrement accusée d'exactions, en particulier contre les Arabes et Touareg.

Au total, quatre bataillons d'environ 700 militaires maliens doivent être formés. "Chaque formation va durer dix semaines et se fera en deux phases: une formation militaire générale et, très rapidement, une spécialisation", explique le lieutenant-colonel Philipe de Cussac, porte-parole de l'EUTM.

Une spécialisation "très pointue", selon lui, pour mettre sur pied "des forces spéciales", former des tireurs d'élite, des experts en télécommunications, génie, artillerie.

Les premiers soldats maliens formés par l'UE seront opérationnels dès le mois de juillet et iront, pour beaucoup d'entre eux, dans le nord du Mali où subsistent des poches de résistance islamiste.

AFP

Ses derniers articles: Fifa: deux ex-dirigeants africains radiés  Mali: le procès du chef de l'ex-junte Sanogo renvoyé  Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants 

soldats

AFP

Niger: cinq soldats tués et quatre disparus dans une attaque

Niger: cinq soldats tués et quatre disparus dans une attaque

AFP

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

Soudan du Sud: 56 rebelles et 4 soldats tués dans des combats

AFP

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

Egypte: 12 soldats tués dans une attaque dans le Sinaï

formes

group promo consulting

40 bouchers formés aux techniques de découpe et d’hygiène de la viande au Sénégal

40 bouchers formés aux techniques de découpe et d’hygiène de la viande au Sénégal

Nabil

Universités d'Eté du Cameroun : 34 acteurs formés sur la gouvernance des industries extractives

Universités d'Eté du Cameroun : 34 acteurs formés sur la gouvernance des industries extractives

Nabil

Sécurité routière au Burkina : 45 moniteurs d'auto-école formés et prêts à servir

Sécurité routière au Burkina : 45 moniteurs d'auto-école formés et prêts à servir

jihadistes

AFP

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

AFP

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

Les armées africaines sous-équipées face aux jihadistes

AFP

Libye: 80 jihadistes tués

Libye: 80 jihadistes tués