mis à jour le

Les syndicats paralysent les secteurs vitaux

Pari gagné pour les organisateurs de la grève de trois jours décrétée, les 8, 9 et 10 avril, dans 23 wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux, l'adhésion au mouvement de protestation a allégrement frôlé les 70% au premier jour de la grève. Bilan de la journée : «La mobilisation syndicale a été au rendez-vous et le message adressé aux pouvoirs publics a bel et bien été transmis», a déclaré Yahia Chouihat, président du bureau régional de l'Unpef région sud à El Watan. Et d'ajouter : «La grève sera reconduite lundi, mardi et mercredi, chaque semaine, avec des sit-in devant les sièges de wilaya et une réunion d'évaluation regroupera les différents syndicats, la semaine prochaine, pour décider de la suite de l'action de protestation au cas où les décideurs font encore la sourde oreille.» Pas moins de 7 organisations syndicales nationales ont participé à ce débrayage, à savoir le Syndicat national des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (Unpef), le Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), le Syndicat national des psychologues (Snapsy), le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), le Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap), le Conseil des lycées d'Algérie (CLA) ont paralysé le secteur de l'éducation ainsi que les universités, où le taux d'adhésion a atteint les 63,14% pour les cycles primaire et moyen au premier jour de la grève, atteignant les 71,54% dans les lycées, d'après les communiqués rendus publics par l'Unpef et le Snapest, hier en fin d'après-midi. Le taux général de participation, tous secteurs confondus, a, quant à lui, affiché les 69,34% avec des disparités régionales selon le degré de mobilisation et d'organisation et devrait être plus important dès la deuxième semaine de la grève, selon les organisateurs. Les grévistes pointent du doigt les pouvoirs publics qui «font la sourde oreille en omettant de mettre en application leurs engagements et revendiquent la révision de la prime de zone du Sud et des Hauts-Plateaux qui devrait être calculée sur le salaire de base actuel et non sur celui de 1989, la prime du poste spécifique actuellement calculée sur le salaire de base de 2001, et ce, avec un effet rétroactif depuis 2008», selon les différents communiqués de presse rendus publics dernièrement. Entamée dès 8h au niveau des différents paliers scolaires et universitaires, où élèves et étudiants ont été priés de quitter les classes au lendemain de la rentrée, la grève de trois jours a connu «une participation satisfaisante et prometteuse pour la suite», a indiqué Yahia Chouihat. Selon notre interlocuteur, les établissements de l'enseignement primaire et moyen des 16 wilayas couvertes par son syndicat régional ont connu une moyenne de participation de 63,14% avec des disparités régionales tout à fait explicites, confirme-t-il. Ainsi, les wilayas de Naâma, Biskra et Ghardaïa affichent plus de 75% de participation au regard d'une adhésion très forte de la corporation  affiliée à la lutte syndicale, en général, et à la cause commune des wilayas du Sud, plus particulièrement.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

syndicats

AFP

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

Nigeria: le gouvernement rencontre les syndicats pour tenter d'éviter une grève générale

AFP

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

Zimbabwe: la police empêche les syndicats de manifester contre les suppressions de postes

AFP

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent

Maroc: près de 10.000 personnes manifestent