mis à jour le

Jeune diplômée chômeuse face à Marzouki : Le pays réel face au pays légal

Par Soufiène Ben Farhat

Par-delà l'anecdotique, le fait est révélateur. Lors de sa visite à Monastir, M. Moncef Marzouki, président provisoire de la République est abordé par une jeune fille qui tient à parler, mordicus. Elle se présente comme une diplômée du supérieur et chômeuse. Et de dire tout de go : « Lorsque vous êtes arrivé, vous avez dit que vous êtes issu du peuple, n'est-ce pas ? Mais on ne vous a vu qu'avec les gens des ligues de protection de la révolution et les politiciens. Vous gagneriez à vous réunir avec les pauvres et les gens du peuple ».

Visiblement pris de court, le président bredouille quelques mots tandis que son sourire se fige au point de devenir forcé. Une main se tend, il s'y agrippe, s'échappe presque.

La situation est éloquente. La jeunesse qui a fait la révolution pâtit toujours de l'exclusion. Les politiciens lui tournent le dos. Elle dresse le constat d'un double échec : en premier lieu, le sien propre à accéder à un statut meilleur que ce qu'il en était à la veille de la révolution, il y a deux ans et trois mois. En second lieu, l'incapacité de la classe politique, auto-parachutée après la révolution, à prendre en charge les besoins et les attentes du pays profond.

Dans le face-à-face bref mais si intense Marzouki-la jeune chômeuse, deux mondes se regardent en chiens de faïence. D'un côté, le pays légal se prévalant d'une légitimité estropiée et profondément entamée. Quelques milliers de voix pour accéder à la magistrature suprême pour un mandat d'un an ferme qui risque de déborder sur presque trois ans. De l'autre côté, le pays réel, souffrant, pauvre, aux prises avec les vicissitudes d'un vécu toujours de plus en plus difficile. Un pays désespéré, bougon, triste et angoissé par des perspectives sombres.

M. Moncef Marzouki n'a peut-être pas le temps de méditer les propos de la jeune fille en détresse. Il a d'autres chats à fouetter. Ses proches collaborateurs feront tout pour le fixer sur d'autres priorités.

Depuis quelques mois, le chef de l'Etat s'est installé dans une logique électoraliste. Ce qu'il voit en prime, c'est la dernière ligne droite en vue de la prochaine élection présidentielle. Une ligne particulièrement longue en fait. C’est-à-dire semée d'embuches.

M. Moncef Marzouki s'abîme depuis dans un slalom éprouvant. Et émouvant. Il oscille entre des critiques timides du mouvement Ennahdha suivies d'attaques en règle de l'opposition, en guise de rachat auprès d'Ennahdha.

Ces dernières semaines, c'est l'alignement présidentiel indéfectiblement pro-Nahdha qui l'emporte. Les opposants, les libéraux, les laïcs et les démocrates radicaux en ont pour leurs frais. Les sorties du chef de l'Etat à leur encontre, notamment dans les médias étrangers, les étripent.

Après avoir donné l'impression d'en avoir désespéré, Moncef Marzouki entonne de nouveau son hymne à la gloire de la Troïka. Il n'a peut-être plus le goût, ni les moyens, de faire cavalier seul. Alors il essaie de montrer patte blanche et pique dans la rédemption. Ses calculs, ses alliances électorales ne sont pas encore mis au grand jour. Mais ses charges récurrentes et appuyées contre l'opposition sont on ne peut plus manifestes depuis peu.

Cela en dit long sur les vraies motivations et les dispositions mentales et émotionnelles profondes de la classe politique aux commandes.

En fin de compte, la brève discussion à sens unique entre le président Marzouki et la jeune diplômée chômeuse est révélatrice. Elle témoigne, par l'absurde, du profond malaise dont pâtit le pays dans son ensemble.

Encore faut-il que les politiciens aient des yeux pour voir, afin d'en déchiffrer la vraie teneur.

publié par S.B.F le 8 avril 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

jeûne

AFP

En Algérie, excès et gaspillage s'invitent au repas de rupture du jeûne

En Algérie, excès et gaspillage s'invitent au repas de rupture du jeûne

AFP

Au Maroc, une jeune jockey pionnière sur les hippodromes

Au Maroc, une jeune jockey pionnière sur les hippodromes

AFP

Afrique du Nord/Proche-Orient: un jeune sur cinq veut émigrer

Afrique du Nord/Proche-Orient: un jeune sur cinq veut émigrer

Marzouki

Politique

Tunisie: Marzouki élu à la tête du parti Al Irada

Tunisie: Marzouki élu à la tête du parti Al Irada

AFP

Tunisie: Marzouki lance un parti face

Tunisie: Marzouki lance un parti face

AFP

Tunisie: l'ex-président Moncef Marzouki va lancer un nouveau parti

Tunisie: l'ex-président Moncef Marzouki va lancer un nouveau parti

pays

AFP

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

AFP

Migrants: le président ivoirien pour une mobilisation des pays musulmans

Migrants: le président ivoirien pour une mobilisation des pays musulmans

Immigration

Migrants: les pays européens appelés à l'aide

Migrants: les pays européens appelés à l'aide