mis à jour le

Protestation des corps communs de la santé à Alger

 Les travailleurs des corps communs de la santé des hôpitaux d'Alger ont organisé lundi des actions de protestation pour demander  l'amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles.  Dans le grand hôpital d'Alger Centre, le CHU Mustapha Pacha, un sit-in,  ponctué par une marche de protestation a été observé la matinée dans l'enceinte  de cet établissement par les travailleurs du corps commun, scandant des slogans  accusant la tutelle d'être restée "insensible" et d'"avoir gardé la sourde oreille"  par rapport à leurs revendications "légitimes". Les corps communs de la santé, regroupant les agents de sécurité, les  chauffeurs, le corps administratif, les femmes de ménage, sont en grève de trois  jours et revendiquent notamment, une augmentation de salaire, l'élargissement de la prime de contagion aux corps communs, la régularisation des contractuels  et des vacataires pour leur permettre d'exercer "convenablement" leur métier  et de vivre "dignement". Pour le coordinateur national des corps communs, affilié à l'Union général  des travailleurs algériens (UGTA), Mounir Bitraoui, cette catégorie professionnelle  "est la plus méprisée" de la fonction publique.  "Nous ne demandons pas la lune. Nous voulons de la considération comme tous les autres fonctionnaires de la fonction publique. Notre dignité a été  bafouée", a-t-il déploré. "Nous avons des personnes qui ont été victimes de contagions, sans qu'il  reçoivent de prime à ce sujet. Nous sommes chaque jour à l'hôpital, comment  voulez-vous que nous soyons à l'abri d'une éventuelle contamination comme tous  les autres", s'est-il interrogé. Pour lui, l'ancien ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme  hospitalière, Djamel Ould Abbès, avait donné "son accord de principe" pour leur  octroyer une prime de contagion allant de 8.000 à 10.000 DA, mais rien ne s'est  concrétisé jusqu'à maintenant.          "Nous sommes le personnel le plus pauvre et le plus méprisé de l'Algérie. Des gens sont encore payés 9000 DA. Comment pourrions-nous vivre dans ces conditions? Des ouvriers professionnels de notre corps, qui ont plus de 25 ans  de service touchent à peine 16.000 DA", a déploré, pour sa part, le secrétaire  général de la section syndicale du corps commun du CHU Mustapha Pacha, Ahmed  Terrak. Un service minimum est assuré. Toutefois, l'activité a été perturbée  par ce débrayage, a-t-on constaté sur les lieux, où la plupart des malades viennent  de l'intérieur du pays. De son côté, la chargée de communication de la section syndicale du  corps commun du CHU Mohamed Lamine Débaghine (Ex-Maillot), Wassila Douar a indiqué  que le mouvement de protestation se renouvellerait jusqu'à satisfaction des  revendications des travailleurs. Elle a affirmé que les protestataires ne veulent nullement pénaliser  les patients, ajoutant que pour eux, la grève est "la seule voie de recours  pour se faire entendre par les pouvoirs publics". Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière  a été contacté pour avoir sa réaction mais en vain.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

protestation

AFP

Mali: sanction maintenue pour la Fédération de foot, malgré la protestation de la Fifa

Mali: sanction maintenue pour la Fédération de foot, malgré la protestation de la Fifa

AFP

Présidentielle en RDC : appel

Présidentielle en RDC : appel

AFP

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

Viol de Zouhoura: vent de protestation au Tchad avant la présidentielle

santé

Santé

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Le coût du diabète en Afrique est une bombe à retardement

Santé

Les morsures de serpent, un fléau que l'Afrique semble ignorer

Les morsures de serpent, un fléau que l'Afrique semble ignorer

AFP

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

Les mille maux du secteur de la santé en Tunisie

Alger

AFP

Paris et Alger veulent renforcer leurs liens

Paris et Alger veulent renforcer leurs liens

AFP

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve