mis à jour le

Une Algérienne sacrée reine du pur-sang arabe

Elle a fondé à Montauban, dans le sud-ouest de la France, le haras de Monlau, il y a 20 ans, sans aucun moyen. Le 10 mars dernier, à Houston, aux USA, une Algérienne de 67 ans a reçu l'Award (le trophée) de la meilleure éleveuse de chevaux de course du monde, juste après avoir été élue meilleure éleveuse de France. C'est la première fois qu'une «non-américaine» reçoit cette récompense, qui fuit même les Européens depuis toujours. Cette femme, qui a honoré l'Algérie, c'est Marie-Ange Bouceffa-Bourdette, une éleveuse de pur-sang arabe de course de type «performers». Cette dame, originaire de Taghemount Azouz, Tizi Hibel (Beni Douala) en Grande-Kabylie, mais qui a grandi à Alger, issue d'une famille chrétienne depuis plus de cinq générations, d'où son prénom, s'est hissée au sommet grâce uniquement à son travail. Elle a fondé à Montauban dans le sud-ouest de la France, le haras de Monlau, il y a 20 ans, sans aucun moyen et aujourd'hui les milliardaires de la planète et les émirs du Golfe lui achètent ses chevaux au prix fort. Et pour cause, les chevaux de Marie-Ange trustent toutes les victoires. Jugez plutôt, rien que pour cette année, son cheval Al-Mamoun de Monlau a remporté les deux plus importantes courses de turf du monde, celle de Dubaï et du Qatar, et le Grand prix de l'Arc de triomphe de Paris. Marie-Ange a d'autres chevaux qui gagnent aussi d'autres courses moins prestigieuses à travers le monde. Les chevaux de Marie-Ange gagnent même chez nous en Algérie puisque son pur-sang fétiche, Ali Baba de Monlau, a remporté récemment la Grande course d'Alger. Et, elle se déplace en Algérie à chaque grande course. Cette femme de caractère, qui s'est faite toute seule souffre du boycott du milieu du turf français, furieux qu'une Algérienne sortie de «nulle part», soit devenue N°1 dans un milieu fermé réservé à une certaine «noblesse». Après sa récompense, elle n'a pas eu une seule ligne dans la très nombreuse presse spécialisée française, alors qu'aux Emirats, en Arabie Saoudite ou au Qatar c'est une star depuis plus de 20 ans. Les familles royales du Golfe lui ont même fait des ponts d'or pour venir s'installer chez eux, mais pour Marie-Ange, Montauban et Alger sont les seules villes où ses chevaux sont heureux et le bien-être de ses animaux, c'est sacré.  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

arabe

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Yémen: 22 civils tués dans des raids de la coalition arabe près de Sanaa

Yémen: 22 civils tués dans des raids de la coalition arabe près de Sanaa

AFP

Zimbabwe: Mugabe compare les manifestations au printemps arabe

Zimbabwe: Mugabe compare les manifestations au printemps arabe