mis à jour le

Elections 2013 au Mali: Ce qui se dessine…

La visite marathon que vient d'effectuer le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, dans notre capitale, a été à plus d'un titre très riche en informations. Désormais, et en dépit de nombreux effets d'annonce, non dénués d'arrière-pensées, qui se succèdent au plan national, les Maliens savent plus ou moins à quelle sauce sera mangé le processus électoral à venir.

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius
© AFP

Laurent Fabius l'a rappelé, c'est un engagement du Mali, inscrit dans la feuille de route de la transition, que d'organiser les élections présidentielle et législatives en 2013. En outre, la tenue de ces scrutins rassurera une communauté internationale inquiète du poids de l'ex junte dans la vie politique, sociale et institutionnelle de notre pays. Le fait nouveau est que l'accent est désormais plutôt mis sur la présidentielle pour l'échéance de juillet, ce qui induit un découplage, déjà largement accepté, des scrutins à venir.

Second point, si l'on en croit l'ex Premier Ministre de François Mitterrand, tous les leaders maliens qu'il a rencontrés sont d'accord avec ce calendrier, ce qui est assez surprenant lorsque l'on rapporte ces faits à certaines déclarations récentes de chefs des partis représentés à l'Assemblée Nationale, qui ont échangé avec Laurent Fabius le 5 avril dernier et ont même déjeuné avec lui.

La volonté politique des autorités de la transition d'aller aux élections a elle aussi été réaffirmé à notre hôte, ainsi que l'assurance de leur faisabilité au plan technique, comme l'a répété le ministre de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire, même si l'on peut encore, comme beaucoup d'observateurs, en douter.

Tertio, et c'est le ministre Tiéman Hubert Coulibaly qui l'a déclaré, si l'on s'attèle à trouver une solution pour que les Maliens déplacés puissent voter dans leurs nouveaux lieux de résidence sur le territoire national, rien n'est sûr pour les réfugiés, les conventions internationales en vigueur, bien que reconnaissant leurs droits de citoyens, ne leur octroyant pas dans le même temps le droit de vote sur leurs sites d'accueil de manière explicite.

Autres informations d'importance issues de la conférence de presse animée par les ministres français et malien des Affaires Etrangères, la mise à disposition d'un expert en informatique et d'une experte en processus électoraux par la France; une révision exceptionnelle à venir des listes électorales et le bouclage de l'appel de fonds pour financer les élections au Mali.

S'y ajoutent l'annonce d'une réunion, courant avril, aux Nations Unies, afin de finaliser la mise en ½uvre de la MINUSMA, qui remplacera la MISMA comme force onusienne de stabilisation et l'assurance de la continuation de la présence d'un fort contingent militaire français, un millier d'hommes auquel pourrait s'ajouter en appui un autre millier de soldats, comme «force combattante», pour lutter contre le terrorisme dans notre pays.

Signalons que Laurent Fabius était accompagné, entre autres officiels, de Mme Elisabeth Guigou, ex ministre de la Justice, actuelle Présidente de la Commission des Affaires Etrangères de l'Assemblée nationale française et de Son Excellence Gilles Huberson, nouvel Ambassadeur de France au Mali.

En compagnie de son homologue malien il a rencontré, outre les personnalités déjà citées, le Président Dioncounda Traoré, le Premier ministre Diango Cissoko, le Président de la Commission de Dialogue et de Réconciliation, Mohamed Salia Sokona,  et, bien sûr, la communauté française résidant au Mali.

Ce fut donc, comme le déclarera Laurent Fabius «une visite utile et positive dans un pays qui a retrouvé confiance et espoir». Nous ne partageons pas ces propos que nous trouvons trop optimistes pour l'instant, mais lui reconnaissons d'avoir levé sans aucune équivoque une suspicion récurrente concernant la position de la France lors de cette conférence de presse: «le MNLA est un groupe armé qui a vocation à désarmer et à voir ses éléments cantonnés à plus ou moins brève échéance, car il ne saurait y avoir deux armées dans un même pays». Le Mali restant, pour la France comme pour la communauté internationale, Un et Indivisible.

Ramata Diaouré

élections

AFP

Elections en RDC: Kabila va parler d'ici le 20 juillet

Elections en RDC: Kabila va parler d'ici le 20 juillet

AFP

Dépôt des candidatures pour les élections au Zimbabwe

Dépôt des candidatures pour les élections au Zimbabwe

AFP

Le Nigeria réhabilite tardivement le vainqueur présumé des élections de 1993

Le Nigeria réhabilite tardivement le vainqueur présumé des élections de 1993

2013

AFP

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

Un photojournaliste égyptien détenu depuis 2013 récompensé par l'Unesco

AFP

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

Nigeria: Boko Haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

AFP

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013

Madagascar: reprise du procès du lynchage d'un Français et d'un Italien en 2013