mis à jour le

Vue du delta du Niger, après une attaque contre des installations pétrolières, mars 2013 / AFP
Vue du delta du Niger, après une attaque contre des installations pétrolières, mars 2013 / AFP

Le MEND, ces terroristes que le Nigeria voulait trop vite oublier

Le groupe armé refait surface, après un silence de 3 ans, pour réclamer une juste répartition de la richesse pétrolière.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Nigeria est acculé de toutes part. Au nord comme au sud.  Une instabilité devenue chronique, notamment alimentée par des groupes terroristes ou indépendantistes.

Le dernier cas en date, c’est l’attaque survenue le 5 avril dans la région pétrolifère du delta du Niger, dans le sud du Nigeria. Une attaque à l’issue de laquelle douze policiers ont été portés disparus.

Mais cette attaque ne doit rien au hasard. Quelque temps auparavant, le MEND (Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger), un groupe armé opérant dans la région avait menacé de reprendre ses opérations, à la suite de la condamnation à 24 ans de prison «pour terrorisme» d'un de ses anciens chefs, Henry Okah, en Afrique du Sud.

Déni de réalité

La police nigériane a tôt fait d’écarter la thèse de possibles représailles du MEND, penchant plutôt pour un différend sur les accords d’amnistie. En effet, dans le cadre d’un accord conclu avec le gouvernement fédéral, un salaire mensuel est versé aux anciens militants du MEND.

Pourtant, le mouvement a bel et bien revendiqué l’attaque de vendredi, alors qu’il n’était plus actif depuis 2009. Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger réclame une meilleure répartition des ressources du pétrole pour les populations de la région. 

Sabotages à répétition

Une reprise de la violence dans cette partie du pays pourrait fortement paralyser l’industrie pétrolière du Nigeria.

Le groupe armé qui s’est illustré par des actions de sabotage des installations des compagnies pétrolières étrangères, avait déjà clairement indiqué, en février 2012, que «le moment venu [ils allaient] réduire à zéro l’industrie pétrolière du Nigeria et [qu’ils chasseraient] les compagnies qui [les] volent».

Entre 2007 et 2009, les sabotages répétés du MEND avaient déjà fait baisser la production de pétrole brut à un million de baril par jour contre 2, 6 millions en 2006.

Lu sur BBC Africa

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: La ville du Cap n'a plus que 100 jours de réserve d'eau  En Côte d'Ivoire, le gouvernement interdit la vente de cartes SIM aux moins de 16 ans  Les citoyens africains ont davantage confiance en leurs leaders religieux qu'en la justice 

MEND

Actualités

24 ans de prison en Afrique du Sud pour le chef présumé du Mend

24 ans de prison en Afrique du Sud pour le chef présumé du Mend

Instabilité

Pourquoi l’Afrique de l’Ouest est mal partie

Pourquoi l’Afrique de l’Ouest est mal partie

ENLEVEMENT

Au Nigeria, l’enlèvement est un business d’avenir

Au Nigeria, l’enlèvement est un business d’avenir

pétrole

AFP

Gabon: Shell se retire du pétrole et du gaz onshore

Gabon: Shell se retire du pétrole et du gaz onshore

AFP

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

Anti-corruption au Gabon: l'ex-ministre du Pétrole en prison

AFP

Nigeria: grève des salariés du pétrole et du gaz

Nigeria: grève des salariés du pétrole et du gaz

delta du Niger

Pollution

Trois pays africains dans la liste des endroits les plus pollués au monde

Trois pays africains dans la liste des endroits les plus pollués au monde

Satellites

L'aventure spatiale du Nigeria ne sert à rien

L'aventure spatiale du Nigeria ne sert à rien

Géopolitique

Le Nigeria peut-il survivre?

Le Nigeria peut-il survivre?