mis à jour le

© Damien Glez - Tous droits réservés
© Damien Glez - Tous droits réservés

Ivoiriens, choisissez votre ADO!

Technocrate cosmopolite, chef de guerre ou politicien… Homme aux multiples facettes, Alassane Dramane Ouattara (ADO) doit encore s'imposer comme président de tous les Ivoiriens.

Qui se cache derrière la voix éraillée de l’énigmatique président de Côte d’Ivoire?

Peut-être y a-t-il plusieurs Alassane Dramane Ouattara (ADO)…

ADO le technocrate

La plus célèbre des facettes de Ouattara est celle de brillant économiste. Il est titulaire d’un doctorat en économie obtenu au Drexel Institute of Technology et à l’Université de Pennsylvanie, aux Etats-Unis. C’est encore le pays de l’Oncle Sam qui accueille ses pas de technocrate dans le cadre du Fonds monétaire international (FMI). A l’âge de 42 ans, en 1984, ADO en devient le directeur du département Afrique. Il sera directeur général adjoint du FMI neuf ans plus tard.

En 1988, il occupe le poste de gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). En 1990, c’est encore au technocrate que le monde politique fait appel. La crise économique frappe la Côte d’Ivoire d’un Félix Houphouët-Boigny vieillissant. Le «Vieux» nomme le «pompier» Ouattara président du comité interministériel de la coordination du programme de stabilisation et de relance économique. Il finira par lui confier les clefs du gouvernement. Alassane Ouattara devient Premier ministre le 7 novembre de la même année.

Durant les perturbations post-électorales, c’est encore son réseau d’influence dans les instances économiques et financières internationales qui lui permettra d’assécher conséquemment les ressources de son adversaire Laurent Gbagbo.

Si certains doutent aujourd’hui des compétences de l’historien Gbagbo, personne ne conteste le savoir-faire de l’économiste Ouattara. Mais cela ne vaut pas popularité ad vitam aeternam. L’ancien Premier ministre d’Houphouët a appris que la rigueur budgétaire n’est pas toujours du goût de la population. Le profil de technocrate brillantissime finit même par lasser. L’Ivoirien des quartiers populaires s’agace facilement des «trop-connaît», surtout quand ils exhibent un peu trop leurs diplômes obtenus à l’étranger…

ADO le cosmopolite

Alassane Ouattara est sans doute fier d’être un citoyen du monde. Il a fait son école primaire en Côte d’Ivoire, puis ses études secondaires en Haute-Volta, avant ses études supérieures américaines où il côtoya l’ancien chef d’Etat sud-africain Thabo Mbeki.

Le père d’ADO, Dramane, était un descendant du fondateur de l’empire Kong, Sékou Omar Ouattara. Comment descendre d’une telle figure sans être internationaliste, quand on sait qu’au début du XVIIe siècle, cet empire chevauchait la Côte d’Ivoire, le Mali, la Haute-Volta et le Ghana ?

Ouattara a abondamment vécu à l’étranger, y compris en exil à la fin du règne de Bédié. Il a épousé, à l’étranger, une étrangère, Dominique Nouvian, qui construisit elle-même une partie de sa carrière de femme d’affaires à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. Ces pays non-ivoiriens rendront la politesse à ADO en le soutenant massivement –exclusivement si l’on considère l’occident– lors du contentieux électoral de fin novembre 2010.

Fallait-il pour autant que ses détracteurs traitent le cosmopolite d’apatride?

ADO la pomme de discorde

Le débat sur la nationalité de Ouattara était sans doute un prétexte pour ses adversaires. Il n’en reste pas moins qu’il a cristallisé les débats dans le landernau politique ivoirien depuis une bonne quinzaine d’années. En 1995, ADO est exclu de la présidentielle organisée sous la présidence d’Henri Konan Bédié. On avait introduit le germe de l’ivoirité dans une Constitution qui fondait l’éligibilité d’un candidat sur la nationalité ivoirienne de son père et de sa mère. Précédemment, il suffisait à un candidat d’être lui-même Ivoirien. Constitution sur mesure?...

Si les partisans de Ouattara font leur entrée dans le gouvernement «de transition» du général Robert Guéï, parvenu au pouvoir après le renversement de Bédié, ADO ne bénéficiera pas d’un assouplissement de la Constitution. Pour la présidentielle de 2000, sa candidature est écartée par la Cour suprême.

Les vexations des ressortissants du Nord de la Côte d’Ivoire conduiront à la tentative infructueuse de coup d’Etat, le 19 septembre 2002. La rébellion s’installera durablement. Jusqu’en 2011, elle niera rouler pour Ouattara…

ADO le chef de guerre

Jusque dans ses derniers retranchements, Laurent Gbagbo justifiera son entêtement en rappelant que sa carrière d’opposant n’avait jamais cédé à la facilité des armes, quand bien même il avait subi lui-même des brimades physiques. A l’inverse, Alassane Ouattara serait l’instigateur de la rébellion armée. «Rébellion pour Ouattara» ou «rébellion de Ouattara», la nuance sera ténue lorsqu’il faudra situer les responsabilités dans certaines violations des droits de l’homme perpétrées, ces dernières semaines, par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire. ADO se retranchera peut-être derrière sa cravate, ayant officiellement délégué les questions de Défense à son ministre ex-rebelle Guillaume Soro.

ADO le politicien

Alassane Ouattara aimerait certainement qu’on cesse de le voir pour ce qu’il est –un technocrate feutré– et pour ce qu’il ne veut pas paraître –un chef de guerre. Il voudrait porter enfin le costume du politicien. Même en charge d’une partie non négligeable du pouvoir sous l’ère d’un Houphouët-Boigny vieillissant, même accompagné fidèlement par le Rassemblement des républicains (RDR), même avec le soutien plus large et plus récent du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), il n’a pas encore peaufiné son image d’homme d’Etat. Difficile de le faire, retranché dans un hôtel de luxe, en particulier quand son Premier ministre fait montre de plus de bagout en situation d’urgence.

Les années d’opposition de Ouattara n’ont jamais eu la flamboyance des luttes du tribun Gbagbo. Question d’absences trop répétées? Avait-il le choix, alors qu’on retrouvait assassinés nombre de ses partisans? Sa campagne électorale à la forme peu galvanisante a tout de même enfanté une majorité. Il lui faudra d’abord élargir celle-ci par la réconciliation, avant que l’érosion naturelle du pouvoir ne banalise, fort heureusement, ce mandat. Etre Président paraissait presque impossible pour Ouattara. Il serait parfait que ça devienne banal.  

ADO l’homme

Si une élection présidentielle est la rencontre d’un homme et d’un peuple, la majorité des Ivoiriens devra encore faire connaissance avec le vrai ADO, au-delà de toutes ces étiquettes qu’il devra arracher comme des oripeaux superflus. L’homme discret, né au centre de la Côte d’Ivoire (à Dimbokro) devra rester durablement au centre de son peuple. Pas dans l’autisme d’un technocrate réservé; pas dans la tour d’Ivoire d’un couple d’économiste et femme d’affaires argentés; pas dans une culture personnelle à ce point cosmopolite qu’elle déconnecterait le président du terroir ivoirien.

Le nouvel ADO est encore à découvrir. Peut-être même à inventer.

Damien Glez

 

Retrouvez tous les articles et les chroniques Coupé Décalé de Damien Glez:

Côte d'Ivoire: touche pas à mon expat!

Guillaume Soro, vrai vainqueur de la crise ivoirienne

Le casse-tête d'Alassane Ouattara

Vol au-dessus d'un nid de Koudou

Gbagbo s'accroche, le Burkina ricane

Dominique Ouattara, première dame d'affaires

IB, l'homme invisible d'Abidjan

Gbagbo candidat au martyre chrétien?

Le poids de la tradition et la tradition du poids

Les treillis en dérapage incontrôlé au Burkina

Couleur de peau et réactions épidermiques

 

Damien Glez

Dessinateur burkinabé, il dirige le Journal du Jeudi, le plus connu des hebdomadaires satiriques d'Afrique de l'Ouest.

Ses derniers articles: L'Afrique oublie ses drames le temps des jeux  Treize produits halal à la douzaine  Chine, labo des faux médicaments en Afrique? 

Alassane Ouattara

Crise

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Election présidentielle

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Politique

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Dominique Ouattara

Côte d'Ivoire

Magic System acteur de la réconciliation nationale

Magic System acteur de la réconciliation nationale

Femmes

Premières dames blanches d’Afrique noire

Premières dames blanches d’Afrique noire

Politique fiction

Le gouvernement rêvé pour la Côte d'Ivoire

Le gouvernement rêvé pour la Côte d'Ivoire

Félix Houphouët-Boigny

Rivalités

Abidjan ou Dakar, pour qui votre cœur chavire?

Abidjan ou Dakar, pour qui votre cœur chavire?

Vu de Dakar

L'Europe blanchit plus d'argent sale que l'Afrique

L'Europe blanchit plus d'argent sale que l'Afrique

côte d'ivoire

Faut-il abattre les caïmans de Yamoussoukro?

Faut-il abattre les caïmans de Yamoussoukro?