mis à jour le

Affrontements au Caire, 7 avril 2013 / AFP
Affrontements au Caire, 7 avril 2013 / AFP

Violences confessionnelles meurtrières en Egypte

Les funérailles de quatre chrétiens se sont finis ce week-end en une violente bataille de rue au Caire.

Aujourd'hui, au moins une personne est morte et des dizaines d'autres ont été blessées au cours d'affrontements autour d'une cathédrale du Caire. Des centaines de personnes assistaient aux funérailles de quatre Coptes tués dans des affrontements dits interconfessionnels vendredi soir.

Dans le village de Khosous, quatre Coptes et un Musulman ont trouvé la mort dans les affrontements dans la nuit de vendredi à samedi. Les raisons de la dispute sont encore peu claires, mais l'argument confessionnel est avancé. Depuis longtemps, les Coptes, chrétiens d'Egypte qui constituent environ 10% d'une population de 90 millions d'Egyptiens, se plaignent de discrimination au travail, dans l'administration, lorsqu'ils veulent déposer plainte, mais ces récriminations ne sont pas largement reconnues... Ce qui est sûr, c'est qu'il est beaucoup plus difficile, au regard de la loi, de construire ou rénover une église qu'une mosquée, et que c'est souvent autour de ce genre de problèmes, ou d'histoires d'amour inter-religieuses, que les disputes, parfois meurtrières, naissent.

Ce dimanche après-midi, après les funérailles dans la cathédrale, quelques activistes Coptes auraient entamé une marche vers le ministère de la Défense pour réclamer une meilleure protection des Coptes. Selon un porte-parole de Maspero Youth Union, un groupe qui milite pour les droits des Coptes, les manifestants ont été attaqués à coups de pierres.

Selon le Ministère de l'Intérieur, ce sont les Coptes qui ont vandalisé des voitures du quartier qui ont suscité la colère des habitants du quartier et les affrontements à coups de pierres et de cocktails Molotov qui ont suivi.

Les médias rapportent qu'ont eu lieu des "affrontements entre Coptes et personnes non identifiées" : les Coptes sont identifies, les attaquants, non.

 

Le quartier d'Abbassiya, où se trouve le ministère de la Défense, a vu plusieurs manifestations ou sit-ins être attaqués par des « inconnus » ou des « résidents » au cours des deux années précédentes.

Dans cette vidéo, un Copte explique qu'il ne comprend pas pourquoi subitement, alors qu'ils sortaient de la cathédrale tranquillement, on les a attaqués. Un autre s'indigne de l'inertiede la police, qui était présente depuis le matin mais n'a rien fait.

Une fois mise en branle, la police n'a rien trouvé de mieux que de lancer des gaz lacrymogènes à l'intérieur même de la cour de la cathédrale

Les événements de Maspero, fin 2011, n'avaient pas suscité d'indignation générale. Une marche avait abouti devant le siège de la télévision et radio d'Etat (Maspero, au centre du Caire), et qui réclamait, de la part d'activistes coptes aussi bien que musulmans, plus d'intérêt des médias et moins de partialité dans le traitement des attaques. Elle s'était terminée dans un bain de sang, avec l'armée intervenant pour séparer, selon la version officielle de l'époque, les émeutiers, et étant ensuite attaquée par les Coptes. En réalité, les soldats ont écrasé et tué des dizaines de Coptes. L'Etat a fini par admettre cette version des faits mais l'armée n'a pas vraiment été inquiétée. A l'époque, la version officielle avait été largement crue par les populations peu éduquées, ce qui était assez inquiétant.

Politiciens et figures religieuses ne cessent de parler d'unité nationale, mais la religion est un facteur déterminant de l’identité d’un égyptien: les cartes d’identité portent le métier et la religion.
Un groupe de salafistes conscients de la propagande était descendu au c½ur des événements, pour venir au secours des Coptes. Ils sont connus sous le nom de Salafyo Costa (parce qu'ils se réunissaient dans un café Costa !). Leur fondateur, Mohammed Tolba, dit au sujet des événements d'aujourd'hui : « Je ne doute pas de la bonne volonté des Frères musulmans... Mais les bonnes intentions ne contre-balancent pas de mauvaises actions. »

Le président Mohamed Morsi, issu de l'organisation des Frères musulmans, a réagi six heures après, par cette déclaration :
« Le Président a appelé tous les citoyens à ne pas attenter à la sécurité et la stabilité du pays, ou à l’unité nationale, [...] il fera appliquer la loi fermement contre qui seront impliqués dans ces événements ».
Il a déclaré à la télévision nationale que « toute attaque contre les Coptes était une attaque contre lui. »

Pendant ce temps, les explications vont bon train. Qui a intérêt à diviser les Egyptiens ? Du côté de la présidence, on se contente d'appeler à des enquêtes diligentes. Du côté des Frères musulmans, on affirme « tous les lieux de culte sont sacrés et doivent être respectés. » https://twitter.com/Ikhwanweb
Le Parti Justice et liberté, le bras politique des Frères musulmans, « réitère sa condamnation de toute tentative de créer des divisions et des conflits entre les Egyptiens, [...] afin d'entraîner le pays dans la violence et le chaos. Les autorités compétentes doivent mettre à jour ces plans et punir les comploteurs. »

Théorie du complot de l'autre côté aussi, lorsque l'on voit circuler des caricatures montrant les Frères en train d'essayer de diviser les Coptes et les Musulmans.
Certains rappellent qu'il y a une semaine, des étudiants sympathisants des Frères avaient attaqué l'institution religieuse d'Al-Azhar, qu'aujourd'hui la police sous gouvernement Frère musulman attaque la Cathédrale.
L'explication plébéienne complotiste classique pointe un doigt accusateur vers Israël ou le Hamas.

Dans cette vidéo, un prêtre copte clame "A bas le guide suprême des Frères musulmans (morchid) »

Sophie Anmuth

Slate Afrique les blogs

Ses derniers articles: Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Tunisie : Le retour de la censure sur le Net?  Egypte: hommage paradoxal aux manifestants anti-régime militaire 

Coptes

Egypte

L'amour déçu des coptes pour le président al-Sissi

L'amour déçu des coptes pour le président al-Sissi

Terrorisme

«Nous sommes des étrangers dans notre propre pays», disent des coptes au Caire

«Nous sommes des étrangers dans notre propre pays», disent des coptes au Caire

AFP

Egypte: prison

Egypte: prison

bataille

AFP

En Afrique, la girafe entame une bataille pour sa survie

En Afrique, la girafe entame une bataille pour sa survie

AFP

Municipales en Afrique du Sud: bataille serrée dans plusieurs villes

Municipales en Afrique du Sud: bataille serrée dans plusieurs villes

AFP

Libye: le gouvernement d'union veut une bataille nationale contre l'EI

Libye: le gouvernement d'union veut une bataille nationale contre l'EI

rue

AFP

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

AFP

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge

AFP

Afrique du sud: l'opposition attaque Zuma dans la rue et devant la justice

Afrique du sud: l'opposition attaque Zuma dans la rue et devant la justice