mis à jour le

Washington reporte un essai du missile balistique de peur d’aggraver la situation dans la Péninsule coréenne

Le Pentagone a reporté un essai du missile balistique intercontinental à ogives nucléaires Minuteman III, de peur d’aggraver davantage la situation déjà tendue dans la Péninsule coréenne, rapportent dans la nuit de samedi à dimanche les médias américains.
L’Associated Press rapporte que le chef du Pentagone Chuck Hagel a décidé vendredi 5 avril courant de reporter pour le mois de mai le tir expérimental afin d’éviter toute « mauvaise perception ou une manipulation » de la part de Pyongyang.
Selon la source, l’essai devait avoir lieu dans les jours qui viennent en Californie, aux Etats-Unis, et ne s’inscrivait pas dans le cadre des exercices militaires conjoints menés par Séoul et Washington.

Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, avait décidé de reporter cet essai jusqu’au mois prochain. Le Pentagone s’inquiète du fait que cela « puisse être considéré comme exacerbant la crise en cours avec la Corée du Nord » rapporte la même source.

« Nous voulons éviter une mauvaise perception ou une manipulation », a ajouté ce responsable. « Nous nous sommes engagés à tester nos missiles balistiques intercontinentaux pour garantir un arsenal sûr, fiable et efficace », a-t-il toutefois rappelé.

Pyongyang n’apprécie pas les sanctions adoptées par l’ONU
Pyongyang a multiplié ces dernières semaines les déclarations belliqueuses, furieux du nouveau train de sanctions adopté par l’ONU après son nouvel essai nucléaire début février et des manoeuvres militaires conjointes en cours entre les Etats-Unis et la Corée du Sud.

L’annonce du Pentagone intervient alors que Pyongyang a installé un deuxième missile de moyenne portée sur sa côte est et menace d’effectuer des frappes, y compris nucléaires, sur des objectifs américains.

La péninsule coréenne connaît un net regain de tension ces dernières semaines. Début mars, Pyongyang, en signe de protestation contre les exercices conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, a résilié tous les accords de non-agression et de dénucléarisation conclus avec Séoul et a annoncé l’annulation de l’armistice conclu à l’issue de la guerre de Corée (1950-1953).
Pyongyang a transporté vendredi un deuxième missile de moyenne portée sur sa côte orientale et l’a hissé sur un lance-missiles mobile, alimentant les craintes d’un tir imminent.
En outre, les autorités nord-coréennes se sont déclarées incapables de garantir la sécurité des ambassades étrangères à partir du 10 avril en cas de conflit et ont proposé à l’ambassade russe, ainsi qu’aux autres représentations diplomatiques, d’examiner la question de l’évacuation de leur personnel, compte tenu de l’aggravation de la situation sur la péninsule coréenne.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Washington

AFP

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

Soudan du Sud: Washington menace Juba d'un embargo sur les armes

AFP

RDC: Washington redoute des violences si Kabila s'accroche au pouvoir

RDC: Washington redoute des violences si Kabila s'accroche au pouvoir

AFP

Libye: Washington sanctionne le principal opposant au gouvernement d'union

Libye: Washington sanctionne le principal opposant au gouvernement d'union

essai

AFP

Ebola: un premier vaccin prometteur selon les résultats préliminaires d'un essai

Ebola: un premier vaccin prometteur selon les résultats préliminaires d'un essai

Rodolph TOMEGAH

Officiel ! Momo Sissoko ne s’engagera pas avec Anderlecht

Officiel ! Momo Sissoko ne s’engagera pas avec Anderlecht

Essai

Kofi Yamgnane et son discours de la méthode

Kofi Yamgnane et son discours de la méthode

peur

AFP

Le Nigeria vit toujours dans la peur de Boko Haram

Le Nigeria vit toujours dans la peur de Boko Haram

AFP

Etats-Unis: les Somaliens du Minnesota ont peur des représailles

Etats-Unis: les Somaliens du Minnesota ont peur des représailles

AFP

Côte d'Ivoire: les 11.000 pro-Gbagbo réfugiés au Ghana ont  peur de rentrer

Côte d'Ivoire: les 11.000 pro-Gbagbo réfugiés au Ghana ont peur de rentrer