mis à jour le

Assaut de l’armée sur le Groupement Mobile de Sécurité (GMS) : Un jeune soldat tué par un élève-commissaire issu des récentes nominations spéciales

Un BRDM de l’armée en position dans la cour du GMS, photographié ce diamanche 7 avril 2013 (maliweb.net)

Selon des sources concordantes, c'est un élève-commissaire de police - dont nous taisons le nom- qui est l'auteur du coup de feu qui a tué un militaire lors de l'assaut de l'armée sur le Groupement Mobile de Sécurité (GMS), le samedi dernier aux alentours de 6 heures du matin. Depuis l'armée s'est déployée dans ledit camp et continue de désarmer les policiers.  
Suite aux échanges de tirs à balles réelles entre différents syndicats de policiers, intervenus le jeudi dernier en début de nuit, l'armée a investi, très tôt le samedi matin, le camp du Groupement Mobile de Sécurité (GMS). C'est à bord de plusieurs pick-up et avec l'appui d'engins blindés, que des unités de l'armée ont investi les lieux et la gendarmerie a procédé à des interpellations. Tous les policiers alors présents au GMS ont été désarmés, les fauteurs de troubles arrêtés et parfois ligotés. Tout s'était passé sans qu'un coup de feu ne soit tiré. C'est après la fin des opérations, aux alentours de 6 heures du matin, qu'un élève-commissaire va se cacher derrière une porte et tire à bout portant sur un jeune militaire. Il le tue sur le coup.
Pensant avoir agi incognito, l'auteur du coup de feu meurtrier retourna tranquillement à son domicile où il sera arrêté peu après. Rappelons que cet élève-commissaire fait partie de cette vague de policiers proches de l'ex-junte qui ont bénéficié de nominations spéciales, accordées en 2012 par le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, et le ministre de la Sécurité intérieure et de la protection civile, Général Tiéfing Konaté. Cette dernière crise entre policiers tire, d'ailleurs, sa source de ses « promotions spectaculaires ». En tout cas, depuis le déploiement de l'armée, le calme est de retour. A notre passage le dimanche matin, deux policiers venus pour, selon eux, récupérer  leurs tenues, ont été désarmés et conduit en interrogatoire.
Quant aux populations des quatre quartiers environnants, qui avaient demandé le démantèlement du GMS de N'Tomikorobougou, elles sont revenues à de meilleurs sentiments suite, précisément, au désarmement des policiers et à la présence sur les lieux de l'armée avec des engins blindés. Comme on le voit, les autorités semblent maintenant déterminées à trouver une solution durable à cette crise qui n'a que trop duré.  Rappelons que des unités sénégalaises de la MISMA cohabitent dans le même camp avec ces policiers...à la gâchette facile.
Mamadou FOFANA pour Maliweb.net

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

mobile

Technologie

INFOGRAPHIE. L'Afrique est toujours plus gaga de smartphones

INFOGRAPHIE. L'Afrique est toujours plus gaga de smartphones

AFP

Une application mobile sénégalaise pour sensibiliser sur le sort des enfants mendiants

Une application mobile sénégalaise pour sensibiliser sur le sort des enfants mendiants

AFP

Ethiopie: une appli mobile pour des accouchements plus sûrs

Ethiopie: une appli mobile pour des accouchements plus sûrs

sécurité

AFP

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

RD Congo: nouveaux affrontements entre forces de sécurité et une milice

AFP

Le Bénin investit dans la sécurité maritime, "assurance-vie" du pays

Le Bénin investit dans la sécurité maritime, "assurance-vie" du pays

Be safe

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

jeûne

AFP

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: 2 Sud-africains blancs détenus

Jeune Noir enfermé dans un cercueil: 2 Sud-africains blancs détenus

AFP

Le festival de Carthage sacre

Le festival de Carthage sacre

AFP

Réfugiés: plus d'un jeune sur deux est déscolarisé

Réfugiés: plus d'un jeune sur deux est déscolarisé