mis à jour le

Les marins d’IBC réinvestissent la rue

Les marins d'IBC, qui en ont ras-le-bol des promesses non tenues et de l'attitude des pouvoirs publics, ont décidé de passer à l'action, en organisant des sit-in ininterrompus. Les marins d'International Bulk Carriers (IBC) reviennent à la charge. Après avoir, vainement, tenu un sit-in le 3 avril dernier devant le siège de SGP Gistramar, ces marins laissés pour compte ont décidé de réinvestir la rue. Ces derniers, qui en ont ras-le-bol des promesses non tenues et de l'attitude des pouvoirs publics, ont décidé de passer à l'action, en organisant des sit-in ininterrompus. Hier, ces ex-travailleurs de CNAN Group se sont rassemblés devant la maison de la presse à Alger. «Combien de temps ces marins épuisés, traumatisés, ruinés doivent-ils encore attendre ?» se demande M. Yatouchène, secrétaire général du syndicat des marins d'IBC. Pour rappel, lors du sit-in du personnel navigant d'IBC devant la direction de SGP Gistramar, il leur a été signifié que la présidente était en mission. C'est pourquoi, les marins ont décidé de maintenir leur action jusqu'à ce qu'ils soient reçus par la première responsable du directoire SGP Gistramar. La pénible situation «n'a que trop duré» pour ces marins au chômage forcé. «La mer, c'est surtout une peine à vivre. Le métier de marin est rude, dur...», estime Rabah Yatouchène. Ses compagnons trouvent la souffrance qu'ils endurent et l'injustice qu'ils subissent depuis des années sur terre bien plus pénibles que les épreuves de la mer. «Il faut avoir le courage politique de faire de l'homme une priorité, loin devant les considérations financières», estime le représentant des marins d'IBC qui assiste à la dégradation constante du cadre de vie des travailleurs qui l'ont désigné pour veiller sur leurs intérêts. Plusieurs points de revendications des marins sont restés suspendus jusque-là. Ainsi le payement des arriérés de salaires des marins, l'indemnité de départ en retraite... sont entre autres des revendications qui n'ont pas trouvé de réponse favorable. «Ce n'est pas mon indemnité de 55 millions de centimes qui va couler la CNAN et l'Algérie», lâche spontanément Messaoud Rahmoun ayant passé 35 ans au service de CNAN Group. Ce marin attend depuis deux ans, dans la misère et la décrépitude, sa prime de départ à la retraite. La situation de ses anciens collègues redéployés est peu reluisante. «Le cas des marins subalternes ayant été affectés aux entreprises du sous-secteur maritime et portuaire pour des postes à terre, redoutent l'écart de rémunération par rapport à leurs homologues embarqués sur les unités des ports ou autres armements nationaux», déclare M. Yatouchène. Ce syndicaliste regrette le fait que cette préoccupation n'ait pas été discutée au préalable entre les entreprises concernées et IBC. Une autre préoccupation qui inquiète les marins demeure le rapatriement des navires, une décision prise par les pouvoirs publics, mais sur le terrain, cette mesure «peine à se concrétiser». «Le rapatriement du navire El Hadjar bloqué en Indonésie a été annoncé il y a trois mois, à nos jours nous n'avons pas d'information officielle sur cette opération. Si le retour d'un seul navire prend tout ce temps, combien en faudra-t-il pour le rapatriement des 7 autres ?», s'interroge M. Yatouchène. Les marins passent des revendications socioprofessionnelles à la sauvegarde de leur entreprise car «le devenir d'IBC est lié à la sentence arbitrale de la Chambre de commerce de Paris», conclut Rabah Yatouchène.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

rue

AFP

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

AFP

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge

AFP

Afrique du sud: l'opposition attaque Zuma dans la rue et devant la justice

Afrique du sud: l'opposition attaque Zuma dans la rue et devant la justice