mis à jour le

Interview exclusive avec Mohamed Diaby de la Case sanga 1 : « j’ai divorcé parce que ma femme n’arrivait plus à supporter ma vie d’artiste »

Après quatre années à Paris, Mohamed Diaby signe son retour à Bamako. Révélé lors de la première saison de l’émission téléréalité Case Sanga, l’artiste avait posé ses valises en France où il s’est forgé un autre style différent du zikr qui l’a propulsé sur les scènes musicales maliennes voire africaines.  Dans une interview qu’il a bien voulu nous accorder, Diaby nous raconte sa nouvelle aventure.

Mohamed Diaby

Bamako Hebdo : Après quatre années d'absence sur les scènes au Mali, Mohamed Diaby signe son retour. Peut-on connaitre les raisons de cette absence ?

Mohamed Diaby : Tout d’abord je vous remercie pour cette opportunité que votre magazine m’offre de m’exprimer. Comme vous le savez, un artiste a toujours besoin d'expérience surtout quand on est jeune afin de mieux gérer sa carrière musicale. Voici les raisons qui m’ont poussé à quitter le Mali pour aller à la découverte de nouveaux horizons et cultures musicales. Ma présence à Bamako est un retour à la source et voir si je peux envisager d’autres projets dans le futur. Je salue et remercie tout le peuple malien qui m’a soutenu dans ma carrière. Et je prie Dieu qu’il sorte notre chère patrie de ce calvaire.

Durant tout ce temps vous étiez où précisément ?

J’étais à Paris.

Sur place à Paris, avez-vous initié de nouveaux projets ?

Bien sûr, j’ai plein de projets là-bas. D’ailleurs, j’ai crée un groupe du nom de  »Bademba » avec un musicien burkinabé Abdoulaye Traoré et j’évolue également avec d’autres groupes tels que  »Mandé groupe stars » et  »les mercenaires de l’ambiance de France ».

Qu'en est-il avec ces groupes ?

Dieu merci tout se passe à merveille. Avec ces différents groupes, on a eu pas mal de tournées à faire que ce soit en Europe, en Australie ou aux Etats-Unis. Et on a plein de dates en vue dans les jours à venir. Avec le  »Bademba », j’ai réalisé un album avec ce groupe mais malheureusement celui-ci n’a pas été distribué en Afrique à cause de la piraterie. On vient de terminer notre deuxième opus dont la sortie officielle est prévue en automne inchallah.

Pouvez-vous nous dire davantage sur cet  album ?

Dieu merci, il se porte très bien. Cet album m’a donné un nouvel élan dans ma carrière. Bien vrai qu’avant mon départ pour Paris,  j’avais de nombreux  fans au Mali et un peu partout dans la sous région mais aujourd’hui grâce à cet album je dirai que Mohamed Diaby a un  nouveau public différent de celui de l’Afrique. Il m’a ouvert un autre univers dans la musique. J’ai fait pratiquement le tour d’Europe et d’Amérique à cause du succès de cet album. J’ai eu à faire 69 concerts en 2011 puis qu’il a été mis dans les bacs le 5 janvier 2011. Et en 2012, j’ai fait 47 concerts un peu partout dans le monde. D’ici la fin d’année, j’ai des dates pour l’Afrique. Il a été plusieurs fois primé en Europe, aux Caraïbes et un peu partout. On a été primé par la radio Nova, RFI, Monde Mix et Télérama lors du festival de la musique africaine.

Pourquoi l’Afrique n’a pas été concernée par vos différentes tournées alors que c’est en Afrique que vous avez connu vos premiers succès?

L’Afrique a été la source de mon succès mais les africains n’ont pas su développer ce succès. Je crois que je dois faire plaisir à tous ceux qui ont cru en moi, à mon talent et ont réussi à faire de moi ce que je suis aujourd’hui.

On a connu Mohamed Diaby comme chantre religieux mais avec cet album que j’ai eu la chance d’écouter, on vous retrouve dans un autre style. Pourquoi ce changement ?

C’est une manière de prouver aux mélomanesque Mohamed Diaby est un artiste-chanteur avant tout. Je peux faire d’autres styles différents du zikr car je n’ai étudié que la musique. J’ai fait huit ans dans l’une des plus grandes écoles de  musique de la Côte d’Ivoire l’INSAC où j’ai eu la chance d’avoir comme professeur Deza XXL qui malheureusement a quitté ce monde (que son âme repose en paix)  . J’ai encore d’autres talents que les gens ignorent. Je faisais du zikr pour aider les chantres religieux musulmans à évoluer. Car, ils étaient parfois marginalisés voire non encouragés.

Vos projets futurs ?

Mon futur projet c’est la réalisation de mon nouvel album  »Conseil de vie ». Actuellement, je viens de terminer mon premier titre et son clip  »Tunga Sèguè » c’est-à-dire les souffrances de l’aventure. Il ne me reste que 11 titres pour finaliser cet album.

Diaby est-il marié ?

J’ai été marié malheureusement j’ai divorcé parce que ma femme n’arrivait plus à supporter ma vie d’artiste. Elle trouvait que je n’avais plus de temps à lui accorder à cause de mes différents spectacles.  Mais actuellement je vis en couple avec ma nouvelle fiancée que j’aime très bien.

Pas d’enfants ?

Si j’ai un enfant qui à 7ans. Il vit à Abidjan.

Et vos rapports avec vos anciens collègues de Case Sanga

Tout ce passe très bien entre nous. J’ai rendu visite à certains d’entre eux.

      Réalisée par   Bandiougou   DIABATE

[email protected]

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

interview

Actualités

Interview Daniel Larribe : Confession d’un

Interview Daniel Larribe : Confession d’un

La rédaction

Une interview (presque) imaginaire avec Muammar Kadhafi

Une interview (presque) imaginaire avec Muammar Kadhafi

La rédaction

Une interview (presque) imaginaire avec Said B., profession :

Une interview (presque) imaginaire avec Said B., profession :

Mohamed

AFP

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

Mohamed Abdullahi 'Farmajo', nouveau président de la Somalie

AFP

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

Somalie: l'ex-Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

AFP

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

Tunisie: procès du meurtre de l'opposant Mohamed Brahmi reporté

divorce

AFP

Un compromis kényan éteint la menace africaine d'un divorce avec la CPI

Un compromis kényan éteint la menace africaine d'un divorce avec la CPI

AFP

RDC: divorce consommé au sein de la majorité

RDC: divorce consommé au sein de la majorité

Steven LAVON

Adebayor-Andre Villas Boas: Divorce consommé, départ inévitable en janvier !

Adebayor-Andre Villas Boas: Divorce consommé, départ inévitable en janvier !