mis à jour le

« Les femmes voilées » répondent aux « seins nus »

Depuis quelque temps, on ne parle que de lui, ce mouvement qui réclame la liberté de la femme avec une manière contestée par de nombreuses personnes : poser seins nus en y inscrivant sur sa poitrine toute sorte de messages directes du genre : «fuck you moral », « Mon corps m'appartient, il n'est l'honneur de personne».

Le Femen qui continue à susciter la polémique, dans le monde, et à provoquer la consternation et la colère des islamistes, qu'il dénonce en premier lieu, utilise la nudité pour réclamer la concrétisation des droits des femmes, leur liberté, leur autonomie et leur droit d'exister comme un être indépendant, ayant le droit de penser et d'agir en toute autonomie.  En  s'autoproclamant "sextrémiste", le Femen utilise la nudité des femmes pour choquer, provoquer et faire passer leur message. Une manière contestée par plusieurs personnes. D'ailleurs, Le Femen vient de provoquer le courroux des femmes musulmanes de par le monde. Ces dernières viennent de riposter en appelant, sur Twitter et Facebook, toutes les femmes musulmanes à poster des photos d'elles, avec voile, avec nikab ou sans rien, en inscrivant sur des pancartes des messages qui décrivent leur fierté d'être musulmanes.

Le groupe MuslimahPride, qui circule sur le réseau social depuis jeudi 4 avril, a été créé par des jeunes femmes musulmanes qui disent s'opposer radicalement aux actions et aux méthodes du Femen qui dépeint une image rétrograde de la femme musulmane.  D'ailleurs, c'est ce qu'explique très bien les jeunes filles à l'origine de ce mouvement naissant : "C'est là l'occasion pour les femmes musulmanes de prendre la parole et de montrer aux gens que nous pouvons aussi exprimer notre voix. C'est aussi un moyen de montrer que nous sommes différentes de la manière dont nous sommes dépeintes en Occident. Nous refusons la façon dont nous sommes assimilées à une masse homogène qui n'aurait ni parole ni maîtrise de soi." C'est le "Topless Jihad Day" (Journée du Jihad seins nus) organisé par les Femen le 4 avril qui a déclenché la rage de ces jeunes femmes provoquée par des messages du genre "Fuck your morals" ("J'emmerde ta morale), "Women against islamists" ("Les femmes contre les islamistes") ou encore "No charia" ("Non à la charia).

«Arrêtez de parler en notre nom !»

Les MuslimahPride ont décidé pour faire passer leur message de poster, comme les Femen des photos d'elles-mêmes, mais avec une différence de base, ces dernières sont habillées, tantôt couvrant le visage, tantôt non,  et portant des pancartes sur lesquelles de courts messages  sont inscrits. «Que le Femen ou d'autres mouvements ne nous confisquent pas la parole et revendiquent les libertés en notre nous. Nous pouvons très bien nous défendre avec nos propres moyens », a déclaré le groupe. Les MuslimahPride contestent l'idée que les femmes musulmanes constituent une entité homogène et rappellent leur individualité. Certaines tiennent également à souligner qu'elles seules choisissent de porter le foulard...comme les Femen choisissent de se dénuder. "Je suis libre de couvrir mes cheveux, comme les Femen sont libres de montrer leurs seins. Pourquoi attaquent-elles ma liberté de choisir?", demande l'une d'elles. MuslimahPride vs Femen, chacun défend sa vision des choses, mais avec un objectif commun, faire entendre la voix des femmes marginalisées dans le monde entier.

Nadine Belbey

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

femmes

AFP

Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement

Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement

Droits des femmes

Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales

Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales

AFP

Kenya: "Est-ce halal?" demandent des femmes sur la contraception

Kenya: "Est-ce halal?" demandent des femmes sur la contraception