mis à jour le

Poitrine nues ou jihad ennikah , lequel choisir ?

Par Salem Ben Ammar

Le seul pêché d'Amina, si pêché il y a, est d'avoir sorti les Tunisiens de leur torpeur, troublé leurs interminables nuits de sommeil ainsi que d'avoir servi de révélateur de l'état de l'incurie politique et intellectuelle de la société tunisienne.
Le plus pathétique dans cette affaire qui discrédite toutes les composantes de cette société, est l'attitude pitoyable de l'intelligentsia tunisienne qui plutôt que chercher à analyser la portée politique de son geste, elle s'est laissée emporter dans une frénésie de délires vertueux, vouant aux gémonies d'Amina, comme si elle avait peur elle-même de s'identifier à son geste et de subir la foudre des oukases divins.

Ayant pour leitmotiv «Amina aurait dû choisir un autre moyen pour s'exprimer», sans dire lequel, peut-être qu'elle préconiserait la voie de l'immolation, du terrorisme ou de la fornication ( jihad ennikah ) en Syrie ?
Ignorant que le combat du mouvement Femen participe, à la dignité et à l'affranchissement de la femme de la tutelle étouffante des religions.
Le combat d'Amina est avant tout politique dans le sens noble du terme qui ne comporte ni fard ni faux semblants, ni «salamalecs», ni faux-fuyants. Il est clair et direct qu'il dérange l'ordre établi petit bourgeois. A des années-lumière du sien qui est celui de la compromission, de la sédition et de la capitulation.

Couarde et poltronne, l'intelligentsia tunisienne a fait preuve d'un zèle qui marque son adhésion inconditionnelle au projet de la déshumanisation de la société tunisienne. Plutôt que faire le choix de solidarité qu'elle confond avec adhésion. Elle n'a pas compris qu'être solidaire d'Amina ne consiste à faire sienne sa voie.
Mais la petite intelligentsia tunisienne, qui ne connait plus le sens du mot respect, a opté pour la voie de l'inféodation à Ennahdha.
Pourtant le combat héroïque d'Amina aurait pu représenter une occasion unique pour marquer l'amorce au grand jour sa propre indépendance, mais elle a préféré naviguer à contre-courant de l'histoire.

Le geste d'Amina qu'elle a eu l'outrecuidance de qualifier de libertin, alors qu'il est liberté, aurait pu lui faire comprendre le vrai sens du libertinage couvert par la religion musulmane elle-même...
Atteinte de cécité mentale et manquant de courage politique, elle aurait pu regarder à travers le miroir tendu par Amina le visage hideux des dérives morales dont se nourrissent et se gavent les musulmans et dénoncer ainsi les crimes immondes au nom de la religion. Mais étant elle-même musulmane, elle ne va pas condamner ce à quoi elle croit elle aussi et ce que la religion prescrit.
C'est sa propre lâcheté qu'elle projette sur Amina.

En se dénudant, elle a mis à nu l'«arriérisme» culturel de l'intelligentsia tunisienne et son incapacité à s'inscrire elle-même dans la modernité. Amina voulait réveiller les consciences gangrénées, comme naguère Bourguiba...
Plutôt que de condamner la fatwa de mort prononcée à l'encontre de la digne héritière de Bourguiba, elle l'a délibérément couverte du torrent de boue nauséabonde dont elle s'abreuve en s'abritant derrière le masque de la démocratie.

Amina a démystifié la Tunisie. Par un simple geste, elle a dévoilé son vrai visage, celui de l'intolérance, le fanatisme, le bigotisme, de la bondieuserie, le nombrilisme, la censure religieuse, l'avilissement, la tartuferie, l'hystérie collective, le conservatisme, la fourberie. Du haut de ses 19 ans, elle vient d'apporter la preuve formelle que la vraie révolution doit s'opérer dans les mentalités. Autrement, il n'y a aucun espoir de sortir le pays de son impasse.
Mais avec le déchaînement de haine, les appels au meurtre et de procès en sorcellerie qu'a suscité son geste qui a provoqué l'union sacrée entre les fous d'Allah et les pseudos forces modernistes et soi-disant éclairées , la Tunisie est entrain de glisser inexorablement vers la voie de l'obscurantisme.

Grâce à ce geste, les doutes ne sont plus permis de voir un jour la Tunisie retrouver son lustre passé insufflé par Bourguiba et terni par Ben Ali. Désormais il y avait un avant Amina et un après Amina. Un avant peuplé d'illusions et de rêves. Mais depuis lors, un après cauchemardesque où ce peuple marque son entrée dans le monde des ténèbres.
Les masques sont enfin tombés, la Tunisie de Bourguiba laisse la place à un nouvel Afghanistan.
Amina vient d'illustrer de belle manière que tant que les Tunisiens de tous bords n'ont pas brisé les chaînes du despotisme, l'avenir du pays continuera à s'inscrire au passé.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

poitrine

group promo consulting

Avec sa poitrine qui pèse 30 kg, elle étouffe son copain au cours…

Avec sa poitrine qui pèse 30 kg, elle étouffe son copain au cours…

CC

La vidéo-girl Dalanda Diallo, poitrine au vent!

La vidéo-girl Dalanda Diallo, poitrine au vent!

Jihad

AFP

Béa Diallo, député belge et boxeur contre le jihad

Béa Diallo, député belge et boxeur contre le jihad

AFP

Ben Laden avait des millions de dollars au Soudan qu'il destinait au jihad

Ben Laden avait des millions de dollars au Soudan qu'il destinait au jihad

Terrorisme

Le Sénégal est aussi «une cible majeure» pour les jihadistes

Le Sénégal est aussi «une cible majeure» pour les jihadistes