mis à jour le

«La prestation de services est médiocre» en Algérie

L'Algérie n'est pas encore une destination, mais c'en est une en construction. De ce fait, il est impératif d'insister sur le volet promotionnel», a déclaré, jeudi, le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, Mohamed Amine Hadj Saïd, en marge du Salon international du tourisme qui se tient à Oran du 4 au 7 avril. N Forum organisé par le journal Ouest Tribune à l'hôtel Le Méridien, le ministre a donné un exemple illustratif : «Si je vous dis Afghanistan, quelles sont les images qui défilent dans votre tête ? Il faut ainsi vous mettre à la place du touriste.» D'où l'importance, selon lui, de bien vendre l'image «Algérie». Il reconnaîtra ensuite, abordant le volet de la mise à niveau, que la prestation de services est très médiocre dans le pays. Une école de formation de haut standing Pour y remédier, «il est nécessaire de faire une politique de formation. Il est bien plus facile en effet de construire un hôtel que de former le gérant dudit hôtel». A ce propos, on apprendra qu'une école de formation de très haute facture sera réceptionnée en novembre prochain à Aïn Benian (Alger), et ce, en partenariat avec la prestigieuse école d'hôtellerie de Lausanne (Suisse), qui est, selon le ministre, «la meilleure école d'hôtellerie au monde». A noter aussi que cette école aura deux annexes, l'une à Oran et l'autre à Constantine. Actuellement, il y a 97 000 lits en Algérie, «dont seulement 20% répondent aux normes internationales». D'où l'importance, selon lui, qu'il y ait une politique de mise à niveau. «Cette politique ne donnera véritablement ses fruits que lorsqu'il y aura de la concurrence.» Le ministre fera part de la réception, en 2013 et 2014, de 50 000 lits. «Nous avons signé des conventions avec 6 banques afin de financer et d'accompagner l'activité touristique.» Le tourisme qui a engendré, rien que pour l'année dernière, 1000 milliards de dollars de recettes au niveau mondial, a cette particularité d'être transversal. «Contrairement au secteur des travaux publics qui ne s'occupe que de routes et d'autoroutes, le tourisme est un secteur transversal qui est lié à absolument tous les autres secteurs.» Il parlera aussi du Schéma directeur de l'aménagement touristique de wilaya. Spécificité pour chaque wilaya «Chaque wilaya a sa spécificité. Je ne mets pas le même tourisme à Oran qu'à Tissemsilt. Ne serait-il pas un peu ''zinzin'' de construire un 5 étoiles à Djanet, alors que là-bas le touriste n'en a pas besoin, mais, faisant référence aux nuits étoilées, de 1000 étoiles ?». Il parlera de 713 projets agréés qui devront générer 82 000 lits et 38 000 emplois, et ce, pour un coût de 240 milliards de dinars. On apprendra que 8% de ces projets sont finalisés et sont, pour l'heure, «dans l'antichambre, attendant d'être réceptionnés». Concernant les prix parfois exorbitants pour l'hébergement, il dira : «C'est la concurrence qui favorisera une politique de tarification adaptée à qui mieux mieux. Quand on aura le choix pour l'hébergement, le prix baissera automatiquement.» Pour ce qui est du camping, il dira qu'un projet existe, celui «de villages touristiques à habitations légères», qui répondront aux normes internationales et dans lesquels il fera bon vivre. «Car, hélas, les campings qu'on voit actuellement chez nous donnent plus envie de décamper que de camper.» Parlant plus spécifiquement d'Oran, M. Hadj Saïd se risquera à un jeu de mots en disant : «Je veux qu'Oran soit placée en haut rang du tourisme d'affaires. J'irai même plus loin en disant qu'Oran sera peut-être la locomotive de la destination Algérie en matière de tourisme.» Abordant le chapitre des zones d'extension touristiques (ZET), il indiquera : «Nous n'avons pas le droit d'hypothéquer l'avenir touristique de l'Algérie. Aussi, j'incite les architectes à n'utiliser que des matériaux réversibles. On n'a plus le droit de bétonner dans les ZET.» Enfin, pour finir, il insistera auprès notamment des agences de voyages pour mettre l'accent sur les nouvelles technologies. «60% des voyages dans le monde se vendent en ligne, d'où la nécessité pour nous d'accorder une grande importance aux nouveaux moyens de communication.»  

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Algérie

AFP

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

CAN-2017: Gabon, Côte d'Ivoire, Ghana et Algérie têtes de série

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

Crash d'Air Algérie au Mali: les pilotes n'ont pas activé le système antigivre

AFP

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi

Crash d'Air Algérie au Mali: le BEA présentera son rapport final vendredi