mis à jour le

TIAO A L'ASSEMBLEE NATIONALE : Attaques de l'opposition, réplique de la majorité

Conformément au règlement intérieur de l'Assemblée nationale, le discours du Premier ministre sur la situation de la nation est suivi de questions de la part des différents groupes parlementaires. En application de cette disposition, opposition et pouvoir ont eu droit à la parole à tour de rôle. C'était dans la soirée du 4 avril 2013 dans l'enceinte de l'Hémicycle.

Aussitôt achevé le speech du Chef du gouvernement, que les différents groupes parlementaires sont rapidement montés au filet.

Premier à se lancer dans l'analyse de texte, le député Ablassé Ouédraogo du groupe parlementaire ADJ.

''Vérité et transparence à la SONABEL''

Sur la question de l'énergie et des délestages, le Président du parti 'Le Faso Autrement'' accule le gouvernement qu'il taxe ouvertement d'incompétence. Au vu dit-il, des nombreuses promesses non tenues.

Mais aussi et surtout il pointe du doigt les engagements financiers faits à coût de milliards de FCFA dit-il, et qui n'ont rien rapporté jusque-là. Pour lui, il faut tout simplement la mise en place d'une commission d'enquête pour faire la lumière sur ces faits de gestion.

Luc Adolphe Tiao qui encaisse d'abord le coup, réplique en s'étonnant des propos d'un ancien ministre qui est au fait selon lui des contraintes de l'action gouvernementale, mais qui préfère verser dans la « critique facile » pour avoir changé de camp.

Arba Diallo vs Alain Yoda

De son côté le député maire de Dori, lui ne rate aucune occaion d'attaquer frontalement le Premier ministre. Hier il s'est encore illustré. A Luc Adolphe Tiao qui, en disciple de Gérard Neveu demande aux burkinabè de rêver avec lui, Arba Diallo réplique : « Vous avez parlé de rêve, je suis de ceux qui ne rêvent plus », lance-t-il d'un ton sec. Ajoutant au passage comme bien d'autres de ses collègues d'ailleurs, que ce qui passe actuellement à l'université de Ouagadougou est une crise de gouvernance.

Dans cette guerre des mots ou tous les coups semblent être permis, c'est Bédouma Alain Yoda le président du groupe parlementaire CDP qui prend la défense du Premier ministre.

« Continuez à travailler monsieur le Premier ministre », dit-il. Puis il enfonce le clou sur un ton manifestement ironique : « il y a des gens qui n'ont plus de rêves ; ils en ont eu, ils n'ont pas pu les réaliser ». Pour lui, le chef du gouvernement a raison : « le Burkina avance ».

Juvénal SOME

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

attaques

AFP

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

Le prix Nobel Wole Soyinka répond aux attaques sur les réseaux sociaux

AFP

Libye: des migrants attaqués sous les yeux des secouristes

Libye: des migrants attaqués sous les yeux des secouristes

AFP

Attaques au Mali: le gouvernement promet de renforcer la sécurité

Attaques au Mali: le gouvernement promet de renforcer la sécurité