mis à jour le

Mali : Laurent Fabius veut des élections en juillet

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius effectue une visite très politique vendredi à Bamako pour insister sur la nécessité d'une réconciliation et d'élections en juillet, selon LePoint.fr. La France insiste depuis des semaines sur la nécessité d'avoir au minimum une élection présidentielle en juillet. « Il faut les élections en juillet, parce qu'il faut une nouvelle légitimité démocratique », a estimé plus diplomatiquement mercredi Laurent Fabius, qui enchaînera vendredi les entretiens avec les autorités maliennes et les responsables des partis représentés à l'Assemblée, rapporte le site d'information de l'hebdomadaire français.

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

Mali

AFP

L'opération militaire française au Mali et au Sahel en chiffres

L'opération militaire française au Mali et au Sahel en chiffres

AFP

Macron au Mali pour donner une nouvelle dimension

Macron au Mali pour donner une nouvelle dimension

AFP

Programme chargé pour Macron au Mali

Programme chargé pour Macron au Mali

Laurent

AFP

RFI: Mort de Laurent Sadoux, la voix d'Afrique Midi

RFI: Mort de Laurent Sadoux, la voix d'Afrique Midi

AFP

Foot: la Côte d'Ivoire rend un ultime hommage

Foot: la Côte d'Ivoire rend un ultime hommage

AFP

Décès de l'ancien international ivoirien Laurent Pokou

Décès de l'ancien international ivoirien Laurent Pokou

élections

AFP

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

Elections au Kenya: le président met en garde les fauteurs de troubles

AFP

RDC: Kinshasa veut financer les élections avec des ressources "internes"

RDC: Kinshasa veut financer les élections avec des ressources "internes"

AFP

Gambie: législatives jeudi, premières élections post-Jammeh

Gambie: législatives jeudi, premières élections post-Jammeh