mis à jour le

En 2004, Karim Wade pesait 300 milliards...

Avant même que la Section de Recherches (Sr) de la Gendarmerie de Colobane, dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis sous l'ancien régime, n'estime à 694 milliards de francs CFA la fortune de Karim Wade, les Français avaient déjà leur petite idée de ce que pesait le fils de l'ancien président de la République : 300 milliards de francs cfa. Aussi, les autorités françaises n'ont-elles pas été estomaquées par les révélations du Parquet spécial de la Cour de Répression de l'Enrichissement illicite (Crei), sur la base des investigations menées par la Sr de la gendarmerie. Selon nos confrères de Libération, dans leur parution de ce vendredi, 4 avril 2013, la France, dans le cadre de la coopération judiciaire, a communiqué au Sénégal une note dans laquelle il est indiqué qu'en 2004, les biens et intérêts du fils de l'ancien président de la République étaient déjà estimés à 300 milliards de francs cfa. C'est ce qui explique la plainte déposée à Paris contre Karim Wade.

S'il est établi que l'ancien ministre d'Etat, ministre des Infrastructures, de la Coopération Internationale, des Transports Aériens et de l'Energie, ne dispose que d'un seul compte bancaire dans la capitale française, en plus de rouler en Smart lors de ses déplacements, il n'en demeure pas moins que d'énormes biens immobiliers lui sont « collés ». En dehors de l'appartement situé au 27, avenue Pierre 1er de Serbie, acheté par Sindiély Wade et géré par la Sci Yaakar qu'elle dirige, Karim Wade a énormément investi dans la pierre à Paris. Au total, ce sont quatre (4) appartements situés dans des quartiers huppés de la capitale française qu'il a acquis. Seulement, en homme rusé, Karim Wade prenait le soin d'éviter ces propriétés, préférant squatter la rue Victor Hugo où Abass Jaber a ses bureaux et un appartement. D'ailleurs, au début de la traque des biens présumés mal acquis, l'homme d'affaires franco-sénégalais, repreneur de la Sonacos (la société nationale des oléagineux), était dans le collimateur des enquêteurs qui le prenaient pour un prête-nom, croyant que cet appartement était une propriété de Karim Wade. Des soupçons qui avaient été au centre d'une audience que le président Macky Sall avait accordé à Abass Jaber en juillet dernier à Paris. Convoqué par la Sr, mais retenu à Londres par un forum organisé par « Jeune Afrique », l'homme d'affaires avait néanmoins mis à la disposition du procureur spécial près la Crei, l'acte d'achat de l'appartement, mais aussi une hypothèque qu'il avait faite sur le bien immobilier afin de lever des fonds. Des documents qui attestent que l'appartement lui appartient. Jaber avait, par la suite, envoyé un huissier à Karim Wade pour qu'il daigne libérer l'appartement qu'il occupait avec sa défunte épouse, ses enfants et leur gouvernante.


Source : Libération

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

Wade

AFP

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

Gracié et libéré, Karim Wade quitte le Sénégal, plongé dans la controverse

AFP

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade

AFP

Sénégal: Karim Wade saisit la Cour suprême

Sénégal: Karim Wade saisit la Cour suprême