mis à jour le

Hollande salue "les pas décisifs" du Maroc vers la démocratie

RABAT (AFP) - (AFP)

Le président français François Hollande a salué jeudi les "pas décisifs" que le Maroc accomplit "chaque jour" vers la démocratie, ajoutant que le royaume s'affirmait comme "un pays de stabilité et de sérénité", lors d'un discours devant le Parlement à Rabat.

"Le message, il est simple : la France a confiance dans le Maroc", a déclaré M. Hollande, qui effectue une visite d'Etat de deux jours.

"Votre pays chaque jour accomplit des pas décisifs vers la démocratie", a-t-il ajouté, louant le souci du Maroc d'assurer son "unité" sur la base de "la reconnaissance de sa diversité".

"Alors sûrement tout ne va pas aussi vite que certains le voudraient, il y a toujours des critiques, des améliorations, c'est votre responsabilité.Et notre devoir, c'est de vous accompagner", a encore déclaré le chef de l'Etat.

Affirmant que le Maroc s'affirmait "comme un pays de stabilité et de sérénité", François Hollande a rendu "hommage à la volonté réformatrice du roi Mohammed VI".

Il a notamment évoqué l'adoption, à l'été 2011, d'une nouvelle Constitution, dans le contexte du Printemps arabe, qui garantit notamment, selon lui, "la tolérance" et "reconnaît le caractère multiple de l'identité marocaine".

"Je sais aussi, malgré ces progrès, ce que sont encore les attentes des Marocains", a ajouté M. Hollande."Il y a des impatiences partout (...) mais je sais que vous avez la volonté de faire face et de réaliser ce que vous avez promis aux Marocains", a-t-il estimé.

Pour le chef de l'Etat français, qui effectue sa première visite dans le royaume depuis son élection en mai 2012, "le Maroc maîtrise son propre changement, et ce n'est pas facile", a-t-il relevé, en référence aux printemps arabes "qui sont prometteurs et en même temps porteurs de risques".

"C'est pour cela que nous devons conjurer toutes les menaces", a-t-il ajouté.

Sur la relation bilatérale, François Hollande a évoqué les liens multiples et l'"affection profonde" des Français pour le royaume.

"Je viens, au nom de toute la France, vous dire combien je suis fier de la relation avec le Maroc", a-t-il clamé.

Revenant sur la présence de soldats marocains au sein de l'armée française lors des grands conflits du siècle dernier, il a indiqué qu'il veillerait à ce que le Maroc "soit associé étroitement aux commémorations" du centenaire de la guerre de 14-18 et aux 70 ans de la seconde guerre mondiale.

Un forum parlementaire franco-marocain verra le jour d'ici la fin de l'année, a également signalé M. Hollande.

"Oui le passé nous unit, et c'est le présent, et c'est l'avenir qui nous rassemble", a-t-il jugé.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Hollande

AFP

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

AFP

Gabon: Hollande "condamne les violences" et réclame la "transparence"

Gabon: Hollande "condamne les violences" et réclame la "transparence"

AFP

Hollande arrivé

Hollande arrivé

Maroc

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

AFP

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

démocratie

Politique

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes

AFP

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

Dans la Tanzanie de Magufuli, développement et démocratie sont-ils compatibles?

AFP

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"

Ali Bongo: "la démocratie s'accommode mal de la prise d'assaut d'un parlement"