mis à jour le

La circulation urbaine insupporte 44% des Marocains

La circulation dans les villes marocaines est insupportable pour 44 %de personnes sondées, un taux qui atteint un pic de 95 % pour les Casablancais et de 72 % pour les Rbatis, selon les résultats d’une enquête sur les moyens de transport dans le pays.

Les voitures sont le moyen de transport le plus utilisé par les répondants (31 %), suivis par les bus (21 %), les petits taxis (19 %) et le reste des moyens de transport en commun, indique ce sondage en ligne effectué, en janvier et février derniers, par l’institut d’enquête et de sondages d’opinion Averty Market Research et Intelligence sur l’utilisation des moyens de transport.

Le choix du moyen de transport est motivé d’abord par la praticité (42 %), la rapidité (40 %) et le prix (37 %) alors que le travail vient en tête des motifs des déplacements (51 %), talonné par le règlement des affaires personnelles (48 %) et l’école (34 %), précise l’enquête.

Parmi les utilisateurs de voitures, 35 % y passent plus d’une heure par jour et 56 pc dépensent plus de 1.000 dirhams par mois pour leurs déplacements (carburant, entretien véhicule…). Près de 85 % des répondants, utilisant principalement le petit taxi, y passent moins de 30 minutes par jour et 50 pc d’entre eux y dépensent plus de 200 dhs par mois.

De plus, 54 % des utilisateurs du transport en commun y passent plus de 30 minutes par jour et 74 % dépensent moins de 400 dhs par mois. Environ la moitié des répondants (49 %) passent plus de 10 minutes pour trouver un petit taxi et 58 % passent en moyenne plus de 15 minutes à attendre le bus.

Par ailleurs, 56 % des personnes sondées n’ont “pas du tout été convaincus” de la nécessité de l’augmentation des prix des carburants tandis que 44 % l’ont parfaitement ou plus ou moins été. Cette augmentation est “supportable” pour 52 % des répondants, selon les mêmes résultats, notant que 32 pc des répondants ont, par conséquent, augmenté leur budget de transport tandis que 30 pc ont réduit leurs déplacements.

Lors des déplacements à Casablanca et à Rabat, 63 % sont prêts à renoncer aux petits taxis et 47 pc à leur voiture au profit du Tramway. Pour ceux refusant d’abandonner leur voiture pour le géant de la circulation, les arrêts trop loin en sont les principales raisons (51 %), le manque de flexibilité (27 %) et le temps du trajet (23 %).

Sur l’état du transport, les répondants sont moyennement satisfaits de la couverture des autoroutes au Maroc avec une note de 5,1/10 et sont parallèlement insatisfaits de la qualité des infrastructures routières (2,8/10) et de la sécurité dans les moyens de transport (2,9/10).

Par rapport aux moyens de transport en commun, ils sont aussi moyennement satisfaits des prix avec une note moyenne de 5,2/10 mais insatisfaits du confort (2,6/10), de la ponctualité (2,9/10) et de la disponibilité (3,5/10).

Les personnes sondées sont principalement des étudiants (32 % ), des cadres (24 %) et des employés (16 %) ayant majoritairement entre 20 et 34 ans (81 %).

LNT

Crédits MAP

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

circulation

AFP

RDC: trois nouveaux robots agents pour réguler la circulation

RDC: trois nouveaux robots agents pour réguler la circulation

chauffards

Pourquoi les Congolais conduisent mal

Pourquoi les Congolais conduisent mal

Dr Vincent Sosthène Fouda

La libre circulation en Afrique centrale n'est pas un décret politique mais une volonté des peuples

La libre circulation en Afrique centrale n'est pas un décret politique mais une volonté des peuples

Marocains

AFP

CAN-2017: El Kaddouri remplace Amrabat, blessé, dans les 23 Marocains

CAN-2017: El Kaddouri remplace Amrabat, blessé, dans les 23 Marocains

AFP

Les Marocains aux urnes pour choisir leurs députés

Les Marocains aux urnes pour choisir leurs députés

AFP

Le tour de France des acrobates marocains nouvelle génération

Le tour de France des acrobates marocains nouvelle génération