mis à jour le

Formation militaire à Koulikoro : Les habitants de la cité du Méguetan entre contrainte et satisfaction

Le programme de formation pour la reconstitution de l’armée malienne prévu  pour Avril 2013 commence   déjà à poser les premiers jalons. Depuis hier mardi, un important contingent militaire a rejoint Koulikoro où  a lieu la formation. Si la population de Koulikoro se rejouit du choix de sa ville, il n’en demeure pas moins qu’elle s’inquiète aussi des désagréments qu’une telle formation peut entrainer.

Au camp d’instruction militaire Boubacar Sada Sy de Koulikoro, les travaux de construction pour l’adaptation du camp à cette formation ont commencé depuis le début du mois de Mars 2013. La population du Méguetan commence déjà à prendre la température de cette formation militaire inhabituelle malgré la présence à Koulikoro d’établissements militaires depuis des décennies.

Des mouvements d’engins militaires notamment des gros camions transportant des matériels de formation, la construction de bâtiments, le nivellement de certaines parties de l’établissement militaire sont,  entre autres des actions qui font croire à cette population le bien fondé de la  formation. On assiste aussi  de plus en plus à la présence de militaires européens à la sentinelle à l’entrée du Camp. Ce qui paraissait incroyable pour les méguetanois  jusqu’à une période récente.  Sur  les berges du fleuve Niger en face du Camp aménagé pour la formation, on assiste régulièrement à des exercices, notamment l’atterrissage d’hélicoptère médical. Il y a un véritable ballet diplomatique dans la cité du  Méguetan.

La population de la ville et ses environs adhère inconditionnellement à cet heureux choix de Koulikoro pour abriter cette formation militaire. Pour certains, elle constitue une valeur ajoutée pour les ressources économiques  de la ville, bien qu’il n’y a pas de rapport direct entre le programme de formation et la population, pour d’autres la formation entre dans le cadre de la sécurisation de la ville de Koulikoro en cette période de crise majeure.

Cependant, il y a un aspect qui inquiète la population. Il s’agit de la coupure sporadique et spontanée de l’artère principale de la ville, la seule route qui communique avec  les deux quartiers de la ville (Koulikoroba – Koulikoro gare) et  qui passe juste devant le camp. Car de temps à autre en faveur de certains exercices  notamment pendant les atterrissages d’hélicoptère sans avertissement, les militaires procèdent  à l’interruption de la circulation des deux côtés du camp aux usagers pendant de longues minutes. Ce qui met les usagers dans une situation dans une situation d’exaspération totale. Pas d’incident, certes mais la population demande à être avisé  pour prendre des dispositions qui s’imposent.  Et lorsque les opératIons de tirs à l’arme lourde débuteront, la prudence voudrait que la population soit avisée à travers des communiqués radiodiffusés pour éviter  une psychose générale.

Zoumana Nayté

 

formation

AFP

Des start-up misent sur le numérique pour améliorer la formation en Afrique

Des start-up misent sur le numérique pour améliorer la formation en Afrique

AFP

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

Libye: une force régulière en formation "pour en finir avec les milices"

AFP

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

Sénégal: la NBA ouvre son premier centre de formation en Afrique

militaire

AFP

Algérie: deuil national de trois jours après la chute d'un avion militaire

Algérie: deuil national de trois jours après la chute d'un avion militaire

AFP

Algérie: 257 morts dans le crash d'un avion militaire

Algérie: 257 morts dans le crash d'un avion militaire

AFP

Algérie: un avion militaire s'écrase avec une centaine de passagers

Algérie: un avion militaire s'écrase avec une centaine de passagers

habitants

AFP

Centrafrique: regain de violences

Centrafrique: regain de violences

AFP

Centrafrique: crise humanitaire

Centrafrique: crise humanitaire

AFP

Maroc: échauffourées entre des migrants et des habitants de Casablanca

Maroc: échauffourées entre des migrants et des habitants de Casablanca