mis à jour le

DHL : « Fournir la meilleure offre sur le marché »

Entretien avec MM. Nour Suliman, CEO DHL Express MENA et Faysal El Hajjami, DG de DHL Express Maghreb

 

La Nouvelle Tribune : Quel est le but de votre visite au Maroc ?

Nour Suliman : Le Maroc est un marché très important pour nous, c'est pour cette raison que nous nous devons d'être présent ici le plus souvent possible. Notre but est d'être proche de nos clients, mais aussi de notre équipe DHL Express Maroc. Cela nous permet d'être au courant de ce qui se passe au niveau de la filiale, d'avoir une meilleure idée du service que nous proposons, et de pouvoir mieux envisager l'avenir.

 

Quel est l’impact de cette visite sur l'activité de DHL ici ?

Faysal El Hajjami : C'est un honneur que M. Nour Suliman nous rende visite, c'est aussi une reconnaissance de l'importance du marché marocain et de la zone MENA en général.  Cette visite vient saluer les efforts fournis par l'équipe DHL Express Maroc mais aussi soutenir l'activité locale. Cela ne peut que nous encourager à donner le meilleur de nous pour satisfaire le client et améliorer l'activité DHL Express Maroc.

DHL est présente au Maroc depuis 1987, que représente ce marché par rapport à la région MENA ?

Nour Suliman : Le marché marocain est très important aussi bien pour la région que pour la proximité du pays de l'Occident. Il constitue une liaison entre l'Europe et le Moyen Orient. Il existe un potentiel dans plusieurs secteurs stratégiques au Maroc et à leur tête l'automobile. Mais au final tous ces pays se complètent.

Votre clientèle a-t-elle connu un changement ces dernières années ?

Faysal El Hajjami : Pour ce qui concerne le Maroc, l'évolution industrielle à Tanger est énorme, que ce soit l'usine Renault à Melloussa ou tout autre entreprise qui évolue dans le domaine de l'automobile… Pendant un certain temps les gens nous accusaient de ne travailler qu'avec les multinationales, ceci est erroné. Notre principal  objectif  est de travailler avec tous les clients de la même façon. Nous nous intéressons de près aux PME et aux particuliers, c'est pour cette raison que nous essayons d'élargir notre réseau pour être plus proche de nos clients, quelle que soit leur activité.

Quelles sont vos prévisions pour l'année 2013 ? 

Nour Suliman : Nous sommes très optimistes pour ce qui concerne la région MENA d'une part. Concernant nos clients, nous ambitionnons de fournir la meilleure offre sur le marché pour les satisfaire au mieux. Pour ce qui est de notre staff, nous espérons qu'il soit épanoui et motivé pour un meilleur rendement.

Faysal El Hajjami : Pour l'année 2013, notre ambition est d'être toujours le meilleur sur le marché marocain en matière de service express. Nous avons également développé un partenariat avec la douane afin de simplifier, de faciliter et d'accélérer les procédures de dédouanement des colis et envois express. Nous envisageons aussi d’investir lourdement dans les ressources humaines.

Propos recueillis par
A.L.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

offre

AFP

CAN: le coup de maître tactique d'Hugo Broos offre au Cameroun la demi-finale

CAN: le coup de maître tactique d'Hugo Broos offre au Cameroun la demi-finale

AFP

Kenya: les médecins rejettent une offre du gouvernement et reconduisent la grève

Kenya: les médecins rejettent une offre du gouvernement et reconduisent la grève

AFP

RD Congo: Kabila offre des 4x4 haut de gamme aux vainqueurs du CHAN

RD Congo: Kabila offre des 4x4 haut de gamme aux vainqueurs du CHAN

marche

AFP

Nigeria: 17 morts dans l'attaque d'un marché dans le centre

Nigeria: 17 morts dans l'attaque d'un marché dans le centre

AFP

Tchad: opposants interpellés, marche dispersée

Tchad: opposants interpellés, marche dispersée

AFP

Gabon: une marche blanche réunit un millier de personnes après les violences post-électorales

Gabon: une marche blanche réunit un millier de personnes après les violences post-électorales