mis à jour le

Affaire Boukary Daou C/MP : La liberté provisoire en attendant le procès du 16 avril

Incarcéré à la Maison centrale d'arrêt de Bamako depuis le 18 mars 2013 pour «incitation au crime et au délit et diffusion de fausses nouvelles », notre confrère Boukary Daou a recouvré la liberté le mardi dernier.

Boukary Daou

Cette décision a été prise par le Tribunal de Première Instance de la Commune IV  du district de Bamako lors de son audience correctionnelle du 02 Avril 2013. Une audience qui fera date dans les annales judiciaires de ce petit tribunal situé en plein c½ur de la Commune IV du district de Bamako. Non seulement par la mobilisation extraordinaire de la presse nationale et internationale qui a littéralement envahi la petite salle d'audience, mais aussi et surtout par le nombre d'avocats qui se sont constitués spontanément pour notre confrère. Plus d'une dizaine d'avocats composent en effet le pool constitué autour de Me Lamissa Coulibaly. Il y a, entre autres avocats, l'ancien ministre de la Justice, Me Amidou Diabaté, aujourd'hui député à l'Assemblée nationale du Mali ; le Président de «Avocats sans frontières»,  Me Hamadi Karambé, ainsi qu'un autre membre de ladite Association, Me Seydou Doumbia ;  Me Nématou Maïga ; Mes Malick Djibrilla, Mamadou Camara, Cheick Oumar Konaré, Alassane Diop du Cabinet Abdoulaye Garba Tapo, Seydou Oumar Barry et Ousmane A. Touré.
C'est dire que, côté prévenu, c'était la grande mobilisation. Mais côté Etat ou du moins la partie civile, on se demandait où se trouvaient le contentieux de l'Etat, le Procureur de la République en personne ou le Président du Tribunal de la Commune IV. En vérité, ils ont tous brillé par leur absence au prétoire. Ils étaient en effet représentés par leurs collaborateurs respectifs. Pour le poursuivant dans ladite affaire, c'est-à-dire le Ministère public, son banc était occupé par un substitut, en l'occurrence Idrissa Hamidou Touré. Le Ministère Public étant indivisible, l'absence du Procureur de la République peut trouver une bonne explication. Mais quand même ! Quant à la conduite de l'audience, celui qui en avait la police, c'est-à-dire le Président, s'appelait Seydou Papa Diarra. C'est donc devant ce tribunal légalement constitué que le pool d'avocats de notre confrère a déroulé  sa stratégie de défense.
Au doyen Me Amidou Diabaté de rappeler certains principes de notre Constitution dont la liberté d'opinion, la liberté d'expression et la liberté tout court.  Autant de droits sacrés qui ont été tirés de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1789 et qui ont été repris dans notre Constitution du 25 février 1992 dans son préambule.
A la seule avocate du collectif, Me Nématou Maïga, de plaider devant le Tribunal la demande de liberté de notre confrère. Et au Président du collectif, Me Lamissa Coulibaly, de montrer au Tribunal les garanties de représentativité dont bénéficie Boukary Daou et la garantie de non publication de l'article incriminé, donnée par le prévenu.
Toutes choses qui ont désarmé le Ministère Public qui, dans son réquisitoire, s'est aligné sur la position de la défense. Et autant d'arguments et de garanties qui ont poussé le président du Tribunal, Seydou Papa Diarra, à ordonner par jugement avant dire droit la mise en liberté  de notre confrère, Boukary Daou, s'il n'est détenu pour autre cause.
Il est important de souligner que le Tribunal a renvoyé la cause à l'audience du 16 Avril 2013. C'est dire que si on a gagné aujourd'hui une bataille, la guerre est loin d'être finie. C'est pourquoi, la mobilisation doit continuer car le 16 avril prochain ne sera pas seulement le jugement de Boukary Daou, mais celui de toute la presse malienne.
Bakary SOGODOGO

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

affaire

AFP

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

La star marocaine Saad Lamjarred entendue dans une autre affaire de viol

AFP

Afrique du Sud: une commission d'enquête blanchit Zuma dans une affaire de corruption

Afrique du Sud: une commission d'enquête blanchit Zuma dans une affaire de corruption

AFP

Affaire Karim Wade: 27 millions d'euros restitués

Affaire Karim Wade: 27 millions d'euros restitués

liberté

AFP

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

Égypte: la justice approuve la remise en liberté d'Hosni Moubarak

AFP

Tanzanie: des ONG font campagne pour la liberté d'expression

Tanzanie: des ONG font campagne pour la liberté d'expression

AFP

Somalie: remise en liberté du journaliste d'Al Jazeera

Somalie: remise en liberté du journaliste d'Al Jazeera

procès

AFP

Guinée: un "grand pas" vers le procès du massacre de 2009

Guinée: un "grand pas" vers le procès du massacre de 2009

AFP

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

Côte d'Ivoire: nouveau report du procès de Simone Gbagbo au 7 mars

AFP

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"

Côte d'Ivoire: ouverture du procès des "disparus du Novotel"