mis à jour le

An I du FDR : Le réquisitoire des frontistes

Le samedi 30 mars dernier le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la république s'est donné le temps de faire le bilan de un an de combat pour la démocratie et la république. Un bilan du moins positif, aux dires des animateurs du front. Même s'ils reconnaissent qu'il reste encore beaucoup à faire. Un doigt accusateur reste pointé sur les putschistes et leurs alliés.

Iba N’Diaye, 1er vice-président du FDR

A l'occasion du premier anniversaire du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la république a organisé à la Maison de la presse une conférence débat ayant pour thème : « La situation socio-politique et sécuritaire au Mali, un an après le putsch du 22 mars 2012 ». Question de passer le film de 12 mois de preuves et d'épreuves. Les frontistes ont jetés leurs dévolus sur deux valeureux jeunes qui ont marqué cette année écoulée en termes de combativité et d'engagement, pour animer le débat. Il s'agit du magistrat Ibrahim Djibrilla Maïga, secrétaire général du conseil national des jeunes et Sidi Bocoum secrétaire administratif du PDES.

Un doigt accusateur

En guise d'introduction, Ibrahim a rappelé qu'il y a un an, un coup d’Etat militaire aux conséquences dévastatrices renversait les institutions républicaines et précipitait le Mali dans un chaos sans précédent.

« Comme il fallait s’y attendre le putsch du 22 mars a accéléré la décomposition de l’armée, précipité la partition et l’occupation des 3/4 du pays » a- t- il précisé.

Sidi Bocoum a emboité en rappelant que pendant que certains soutenaient ouvertement le putsch ou que d’autres, sournoisement,  fricottaient avec la junte militaire, sentant que le coup de force était un gros danger pour la stabilité et la sécurité du pays, les associations et partis politiques démocratiques ont mis en place le FDR, dès le 24 mars, pour organiser la résistance contre le coup d’Etat, exiger le rétablissement de l’ordre constitutionnel et le retour des mutins dans leurs casernes. Ce faisant, il a soutenu que le FDR s’est résolument inscrit dans le sens de l’Histoire et sur le chemin de l’honneur dans la tradition de luttes héroïques de notre peuple contre l’oppression et pour la liberté.

« Douze mois durant, notre regroupement a maintenu haut le drapeau de la lutte pour la restauration de la Constitution,  pour la dignité de notre Peuple et pour la libération du territoire national occupé par des groupes armés terroristes » affirme M. Maïga.

Et que malgré tout, un an après le coup d’Etat, la résistance des forces démocratiques et la mobilisation internationale ont conduit à la restauration de l’ordre constitutionnel et la réhabilitation du parlement et des autres Institutions de la République.

Toutefois, Sidi Bocoum a reconnu que le retour de l’armée dans les casernes et la soumission de l’autorité militaire aux autorités publiques et politiques constitutionnelles sont loin d’être effectifs. Et que l’accord-cadre du 6 avril 2012 a aménagé un espace sur la scène publique pour les auteurs du coup d’Etat qui ont été par ailleurs amnistiés malgré les dispositions claires de la Constitution qui qualifie le coup d’Etat de crime imprescriptible contre le peuple malien. Signes, entre autres,  de la présence continue de la junte militaire dans la vie politique, les violations graves des droits humains commises par des membres des Forces armées et de sécurité tout au long des 12 derniers mois:  les multiples interpellations, arrestations et détentions, les tortures, les exécutions sommaires (notamment à la cité universitaire le 30 avril 2012),  les disparitions forcées ( de militaires arrêtés à la suite du conflit entre bérets rouges et bérets verts), les atteintes répétées à la liberté d’expression, les violences physiques contre les journalistes en particulier.

M. Bocoum a indiqué qu'au même moment, la rupture de la chaine de commandement consécutive au putsch, a favorisé, l'occupationon des 2/3 du Nord de notre pays. Le MNLA, en complicité avec des mouvements terroristes et narcotrafiquants, des bandes (salafistes-djihadistes) de tout acabit, au nom de l'Islam qu'ils ont travesti, et de prétendue libération de régions dont ils sont loin d'en être les seuls héritiers, ont entrainé notre pays dans une crise profonde. « En nous plongeant dans le tréfonds de l'abîme, ils nous ont mis dans un inconfort total. Dans les régions dont ils se réclament propriétaires, ils ont commis des crimes imprescriptibles, des crimes contre l'humanité : assassinats, viols de femmes et séquestrations de jeunes filles transformées en esclaves sexuels ; amputations, saccages des biens publics et privés, profanationn des lieux de cultes et des sépultures, destruction et pillage du patrimoine culturel matériel, etc. » a relevé le secrétaire général du conseil national des jeunes. Ce qui a eu pour conséquences, l’isolement international du Mali, consécutif au coup d’Etat, a entraîné une dégradation de la situation économique, financière et sociale: suspension de la coopération (perte de plusieurs centaines de milliards de FCFA), fermeture de projets et d’entreprises, licenciements de travailleurs etc.

Alors que, selon Sidi Bocoum, la principale justification du coup d’Etat, la lutte contre les groupes rebelles a été sans cesse reléguée au second plan jusqu’à l’intervention salutaire de la France. « Pendant 10 mois pas un seul coup de feu n'a été tiré contre les occupants qui asservissaient notre peuple! Désorganisée par le putsch, la chaîne de commandement rompue, l’armée n’a guère été préparée à faire face à sa mission de libération du territoire. La finalité des actions des forces militaires et civiles qui ont perpétré et soutenu le putsch du 22 mars était de maintenir le Nord sous le joug des terroristes et préserver leur emprise politique sur le reste du pays » a martélé Ibrahim Maïga.

Sidi Bocoum reconnait que l'intervention militaire française a stoppé une double aventure: celle des terroristes qui avaient programmé d'aller prier, le vendredi 11 janvier,  dans une des grandes mosquées de Mopti après avoir pris Konna , l'aéroport et la base militaire de Sévaré ; et celle d'une  coalition de partis et de  groupes pro-putsch qui avaient planifié le renversement des institutions de Transition et l'avènement d'un régime d'exception avec la mise en place d'un « Conseil National de Transition pour le Changement » (CNTC), tel que clairement mentionné dans leur Plateforme rendue publique le 8 janvier.

Le combat continue

En guise de conclusion, le FDR, par la voix de son vice président Ibrahima N'diaye, demande solennellement la création d’une commission d’enquête judiciaire et parlementaire pour faire toute la lumière sur les événements des 8, 9 et 10 janvier 2013. Le Fdr salue la victoire de la coalition franco malienne et africaine et s'interroge de  l'absence de l'armée malienne à kidal ; souhaite  le démarrage du processus de dialogue pour une réconciliation effective et une paix définitive ; salue l'amorce de dialogue vers  une résolution définitive de la crise au sein de  notre vaillante armée  et encourage  les différents acteurs à  poursuivre ce dialogue fécond.

Le FDR a aussi exigé le respect des libertés collectives et individuelles singulièrement le respect de la liberté de la presse. Et demande la libération immédiate et sans condition du directeur de publication du républicain Boucary Daou. Enfin, le FDR a invité le Président et le Gouvernement à accélérer les préparatifs des élections en vue de respecter les délais indiqués dans la Feuille de route de la Transition, à savoir tenir les élections avant le 31 juillet. Et les rassure de son soutien pour la tenue  d'élections crédibles, transparentes et apaisées.

Akhimy Maïga

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

i

La Rédaction

Sinistrés des communes I et IV : UNE AIDE VENUE D’ALGERIE

Sinistrés des communes I et IV : UNE AIDE VENUE D’ALGERIE

La rédaction

Remaniement. Le bulletin scolaire du Gouvernement Sellal I

Remaniement. Le bulletin scolaire du Gouvernement Sellal I

La Rédaction

Familles sinistrées de la Commune I : QUOTIDIEN STABILISE, AVENIR EN POINTILLE

Familles sinistrées de la Commune I : QUOTIDIEN STABILISE, AVENIR EN POINTILLE

FDR

Autre Presse

FDR : Le choix de l’opposition motive t-il tout le monde ?

FDR : Le choix de l’opposition motive t-il tout le monde ?

L'Indicateur du Renouveau

Moussa Sinko Coulibaly reconduit

Moussa Sinko Coulibaly reconduit

Mutation

Demande d’annulation du grade de Général de Moussa Sinko Coulibaly : Le FDR  a t-il perdu la foi ?

Demande d’annulation du grade de Général de Moussa Sinko Coulibaly : Le FDR a t-il perdu la foi ?

réquisitoire

Autre Presse

Réquisitoire de Monsieur Mahamoudou BOIRE, Procureur Général près la Cour Suprême

Réquisitoire de Monsieur Mahamoudou BOIRE, Procureur Général près la Cour Suprême

group promo consulting

Les avocats de Karim Wade et Cie n'ont toujours pas reçu le réquisitoire introductif

Les avocats de Karim Wade et Cie n'ont toujours pas reçu le réquisitoire introductif

Cameroun

Pour qui sonne le glas?

Pour qui sonne le glas?