mis à jour le

Prise de grandes décisions nationales : La Coalition pour la participation des femmes dans les sphères de décisions exige plus de responsabilité

Plus que jamais, les femmes sont décidées à se défaire de la marginalisation dont elles font l'objet lors des prises de décisions nationales.  La Coalition pour la participation des femmes dans les sphères de décisions l'a fait savoir au cours d'une conférence de presse qu'elle a organisée le samedi 30 mars 2013, au Centre Aoua Keïta.
De plus en plus, des voix se lèvent pour revendiquer davantage l'implication intégrale des femmes dans les sphères de décisions. Avec comme chef de file, Mme Sidibé Aminata Diallo, connue sous le sobriquet «Madame la pleureuse» candidate malheureuse à la présidentielle de 2007, les femmes se disent intraitables sur l'obtention de leurs droits.
Vu l'important rôle que le genre joue dans la promotion de la paix et du développement socioéconomique, les femmes demandent au président de la République certaines faveurs.  Il s'agit, entre autres, de l'implication effective des femmes dans le processus de gouvernance démocratique ; d'avoir plus de femmes dans les organes de transition, d'accélérer la mise en ½uvre de la politique nationale genre et la mise en place effective du Conseil supérieur de la politique nationale genre, créé auprès du Premier ministre en décembre 2011.  Ce n'est pas tout. La coalition pour la participation des femmes dans les sphères de décisions recommande l'adoption d'une loi sur la parité dans les postes électifs et un quota de 30% pour les postes nominatifs, la nomination d'une femme Médiateur de la République, la dynamisation des cellules genres créées auprès des départements ministériels. Sans compter la création d'une cellule genre auprès du président de la République, ce qui  est au c½ur des préoccupations des femmes.
En réponse aux questions de savoir si le taux enregistré par la candidature féminine à la présidentielle de 2007 n'était pas un échec pour les femmes, elles répondent par la négation. Selon une des conférencières, l'élection est un choix. Si toutes les femmes n'ont pas opté pour la candidate de 2007, cela ne doit pas remettre en cause les droits de femmes.
Pour l'intéressée , elle-même, Mme Sidibé Aminata Diallo, cette candidature a été un déclic. «Je crois que cela a été une victoire, car non seulement cette candidature a été appréciée par tous, mais elle a aussi permis de prouver que l'éligibilité à la magistrature suprême n'est pas qu'une question d'homme» a-t-elle précisé.
Oumar KONATE

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

coalition

AFP

Au Lesotho, victoire de l'ex-premier ministre Thabane, contraint

Au Lesotho, victoire de l'ex-premier ministre Thabane, contraint

AFP

Elections législatives au Lesotho: coalition instable en vue

Elections législatives au Lesotho: coalition instable en vue

AFP

Côte d'Ivoire: Majorité absolue pour la coalition présidentielle

Côte d'Ivoire: Majorité absolue pour la coalition présidentielle

participation

AFP

Conférence d'entente au Mali: tractations pour une large participation

Conférence d'entente au Mali: tractations pour une large participation

AFP

Zambie: la violence de la campagne électorale menace la participation

Zambie: la violence de la campagne électorale menace la participation

AFP

Centrafrique: dissensions au sein d'un groupe rebelle sur la participation aux élections

Centrafrique: dissensions au sein d'un groupe rebelle sur la participation aux élections

femmes

AFP

Afrique du Sud: manifestation contre les violences faites aux femmes

Afrique du Sud: manifestation contre les violences faites aux femmes

AFP

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

Boko Haram: le rapport complexe des femmes avec leurs ravisseurs

AFP

Nigeria: une vingtaine de femmes enlevées par Boko Haram

Nigeria: une vingtaine de femmes enlevées par Boko Haram