mis à jour le

Armée burkinabè et Soutien à la paix au Darfour : 800 éléments du bataillon Laafi 5 prêts à être déployés

Dans quelques semaines, en mai, l'armée burkinabè, en collaboration avec l'armée américaine, procédera au déploiement de son cinquième bataillon ''Bataillon Laafi'' au Darfour. La cérémonie de fin de formation des éléments du bataillon a eu lieu ce mercredi 3 avril 2013 à Loumbila, sous la présidence du chef d'état-major général des armées burkinabè, le Général Honoré Nabéré Traoré et en présence de l'Ambassadeur des Etats-Unis d'Amérique au Burkina, Thomas Dougherty.

Après 9 semaines d'intense formation, les membres du bataillon sont ainsi jugés aptes à être déployés au Darfour, dans le cadre des opérations de soutien à la paix dans cette partie occidentale du Soudan. L'instruction débutée le 24 janvier 2013 a consisté d'abord en la formation de l'Etat-major et des cadres. Du 28 janvier au 1er mars 2013, ils ont reçu des enseignements portant sur les compétences, les méthodes et les procédures d'Etat-major. Cette première partie de la formation a été sanctionnée par un exercice de commandement, un CPX (Command Post Exercise).

La seconde partie de la formation a été consacrée à l'instruction de la troupe. La formation de la troupe a duré quatre semaines et a porté sur les domaines suivants : l'utilisation du GPS, les patrouilles, les techniques de bouclage et de fouilles d'une zone, le combat en zone urbaine, la défense d'un camp et d'un check point, l'escorte des convois et de VIP, le tir aux armes individuelles et collectives, le secourisme, les règles d'engagement et les droits de l'Homme.

L'exercice d'entraînement en situation de conflit, en anglais le STX (Situational Training Exercise) a marqué la fin de cette phase d'instruction des hommes. La formation d'ensemble du Bataillon Laafi 5 s'est terminée par un entraînement en situation de zone de conflit, par un FTX (Field Training Exercise). Organisé sur 48 heures non stop, cet exerce a constitué en même temps l'évaluation de l'aptitude opérationnelle du Bataillon.

Composition du Bataillon

Le Bataillon Laafi 5 qui va bientôt être déployé au Darfour comprend au total 800 personnes. Il se compose ainsi qu'il suit :
- 49 officiers dont une femme
- 266 sous- officiers
- 474 militaires du rang
- 11 personnes civiles.

L'aspect genre a été pris en compte dans la composition du présent Bataillon. Au total, 9 femmes en font partie dont un officier.

Difficultés rencontrées et pistes de solution

Dans son intervention, le Commandant du Bataillon Laafi 5, le Colonel Jean Arthur Idriss Diasso a fait cas de difficultés rencontrées pendant l'instruction et qui ont quelques fois entravé le bon déroulement de la formation. Il s'agit notamment du nombre insuffisant des moyens logistiques, de problème d'eau et d'hébergement.

Et de souhaiter des améliorations pour les futures formations en ce qui concerne le problème logistique. Pour ce qui concerne la question d'eau, il préconise d'examiner la possibilité de connecter le site du centre de formation de Loumbila au réseau de l'ONEA (Office National de l'Eau et de l'Assainissement). S'agissant du problème d'hébergement, le Commandant Diasso souhaite que l'on prévoie assez de tentes pour les futures formations, en attendant l'aboutissement du projet de construction d'un centre des Opérations de Soutien à la Paix.

Bataillon Laafi 5, fruit de la coopération militaire Américano-Burkinabè

Les éléments du Bataillon Laafi 5 comme ceux des Bataillons Laafi précédents ont été formés dans le cadre du programme ACOTA (African Contingency Opérations Training and Assistance) qui signifie en français Assistance à la Formation pour les Opérations d'Urgence en Afrique (AFOUA).

« Il y a de cela cinq ans, le déploiement du contingent burkinabè au sein de la MINUAD était sans doute, l'opération de paix la plus ambitieuse, la plus complexe et la plus exaltante de l'histoire des Forces Armées Nationales (FAN).

Grâce à la détermination des autorités politiques, à l'engagement de toute la hiérarchie militaire et au soutien constant des Etats-Unis d'Amérique, la projection et le déploiement du bataillon Laafi sont devenus réalité au cours du premier semestre 2009 et de cette date à aujourd'hui, nous avons su faire face à un autre défi : celui des relèves », a rappelé le chef d'Etat-major général des armées burkinabè, Honoré Nabéré Traoré.

Et l'Ambassadeur Thomas Dougherty d'indiquer que son pays, les Etats-Unis d'Amérique, a investi plus de dix milliards de francs CFA en matériel, formation et équipement de maintien de la paix au profit des forces armées burkinabè. « A travers le programme ACOTA, le gouvernement américain traduit concrètement sa volonté d'accompagner le Burkina Faso dans ses efforts pour garantir la stabilité et la paix en Afrique », a-t-il ajouté.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

armée

AFP

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

AFP

Armée française: ravitaillement d'hélicos en vol, "rupture" décisive pour les forces spéciales

Armée française: ravitaillement d'hélicos en vol, "rupture" décisive pour les forces spéciales

Braconnage

Une armée privée à la réputation sulfureuse défend les rhinos en Afrique du Sud

Une armée privée à la réputation sulfureuse défend les rhinos en Afrique du Sud

soutien

AFP

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux

AFP

Soudan du Sud: Machar ne rentrera pas

Soudan du Sud: Machar ne rentrera pas

AFP

Libye: dix villes annoncent leur soutien au gouvernement parrainé par l'ONU

Libye: dix villes annoncent leur soutien au gouvernement parrainé par l'ONU

paix

AFP

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

Ghana: les rastas prêchent pour la paix avant la présidentielle

AFP

Centrafrique: désarmer et juger, deux écueils pour la paix

Centrafrique: désarmer et juger, deux écueils pour la paix

Be safe

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?

Quels sont les pays les plus sûrs en Afrique en 2016?