mis à jour le

OGM : Attention, dangers

La lutte contre les OGM (Organisme Génétiquement Modifiés) doit être un combat de tous les instants. C'est ce qu'a annoncé le Pr Assetou founè Samaké. C'était à la faveur d'une journée de réflexion, initiée à ce sujet par le Rassemblement pour la Démocratie et la Solidarité (RDS). C'était ce samedi au Centre International de Conférence de Bamako. 

Baba Berthé, ministre de l’Agriculture

Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) sont, selon les spécialistes, « des êtres vivants (animal, végétal, microorganismes) modifiés par les biologistes afin de leur conférer de nouvelles propriétés ou caractéristiques) ». Ces transformations d'ordre artificiel permettent d'introduire dans le patrimoine génétique d'un organisme, un ou plusieurs gènes, qui lui sont étrangers, dans le but soit d'ajouter, de supprimer, ou de modifier certaines de ses caractéristiques. Ces gènes ainsi introduits peuvent provenir de n'importe quel autre organisme vivant.

Les dangers provoqués par les OGM chez l'homme, se manifestent par des allergies, des cancers, de l'obésité, ou de l'intoxication alimentaire... c'est pourquoi, les OGM font l'objet de débats houleux. Même dans des pays ils ont vu le jour. Pays qui ont vite constaté les dangers liés à leur consommation par l'homme. Ainsi, en France, la loi fixe les conditions de fabrication, d'utilisation et de distribution des OGM. L'autorisation de mise en culture n'est accordée qu'aux variétés qui ne présentent aucun risque de dissémination lié à leur consommation.

Mais au Mali, la consommation des OGM et les risques encourus par les populations sont passés sous silence. Pour accroitre leur rendement, les paysans préfèrent les cultures transgéniques aux cultures traditionnelles. Les consommateurs qui sont dans l'impossibilité de distinguer le riz transgénique du riz local, s'en remettent aux décideurs politiques.

Selon Assétou Founè Samaké, professeur à la Faculté des Sciences et Techniques de Bamako (FAST) et non moins conférencière à cette journée de réflexion, c'est là ou le bât blesse. A l'en croire, la loi sur les OGM est passée à l'Assemblée nationale comme une lettre à la poste.  Ouvrant, du coup, la voie à tous les excès. «Nous consommons, que nous le voulions ou pas, les OGM de manière directe ou indirecte. Prenez l'exemple du coton, le coton transgénique contient des propriétés qui tuent spontanément tout insecte qui a la malchance de bouffer une de ses feuilles. Dans notre pays, certaines ethnies consomment des feuilles de coton. Et les graines de coton sont utilisées pour fabriquer l'huile, et les détritus utilisés comme tourteaux pour le bétail, dont nous consommons la viande.  Ceux qui cultivent ce coton ne se doutent pas que les insecticides peuvent nuire à l'être humain, voire le détruire », avertit le Pr Samaké.

Pr. Younouss Hameye Dicko,  président du Rassemblement pour la Démocratie et la Solidarité (RDS) a, quant à lui, réitéré la détermination de son parti à combattre toutes les formes de terrorisme, dont le terrorisme alimentaire, qui, selon lui,  nous est imposé par les multinationales.

Mamadou Togola

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

OGM

Coucou Monsanto

Les cultures OGM ne sont pas forcément le futur de l'Afrique, voici pourquoi

Les cultures OGM ne sont pas forcément le futur de l'Afrique, voici pourquoi

AFP

Burkina: manifestation contre Monsanto et les OGM

Burkina: manifestation contre Monsanto et les OGM

Lefaso.net

OGM : Monsanto déploie ses agents sur le terrain burkinabè

OGM : Monsanto déploie ses agents sur le terrain burkinabè

dangers

Risques

Areva et le Niger en terrain miné

Areva et le Niger en terrain miné

Actualités

EGYPTE. Vendredi de tous les dangers au Caire

EGYPTE. Vendredi de tous les dangers au Caire

Hamadi Aouina

Les vrais dangers qui guettent le Front Populaire

Les vrais dangers qui guettent le Front Populaire